Quand les cancres s'improvisent professeurs de français...

« Au jour d'aujourd'hui », « comme j'aime à le dire », « en terme de » maîtrise de la langue, « on est sur » de l'approximation « Ô combien ! » insupportable...

Très chers autoproclamés littérateurs, plumitifs de céans, grimauds exhibitionnistes du journal intime dématérialisé, les billets des échotiers de vos quotidiens régionaux ne remplaceront jamais les enseignements de qualité que vous prîtes en grippe dans vos jeunes années, au fallacieux prétexte que la littérature n'allait point vous nourrir.

En vérité, je vous le dis, chers adorateurs de l'à-peu-près, quand je vous observe vous ruer, tels les suiveurs d'une meute affamée, sur des individus dont les défaillances sont connues d'eux mais qui privilégient l'échange à la critique, je ne peux réfréner cette irrépressible envie de me foutre à mon tour de vos bobines de goitreux, convaincus qu'ils sont d'être des cadors de la langue française...

Je vous souhaite, chers amis correcteurs compulsifs et infatués crétins s'imaginant être les détenteurs d'un savoir littéraire, d'acquérir l'humilité et le courage qui vous manquent pour devenir des apprentis humanistes.

Bonne journée...

au-jour-daujourdhui

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.