Il était une fois la cloche...

Quand tu uses ta layette et que tu tailles la bavette avec de vieux camarluches de zone, t'as des souvenirs en pagaille qui remontent du fond de ta citrouille et là, tu t'rappelles les 400 coups que t'as fait avec eux... La « rencontre »  préférée au « tape-cul », histoire de jacter un peu pour dégotter des sous-tasses qui te fileraient un un soleil ou un talbin genre Pascal, c'était un principe...

On se cognait de savoir si on allait boulotter le soir ; on savait qu'y aurait toujours un supermarca où c'est qu'on pourrait barbotter d'la tortore. Une fois même, y'a une bougeoise qui m'file 50 sacs et qui m'dit qu'c'est pas pour me piquer la ruche. J'te laisse imaginer c'que j'lui balancé en travers sa bobine de grenouille de bénitiers. C'est vrai ça ; c'est pas parce que t'es à la cloche que t'as pas l'droit de turler tranquillou !!!

Une autre fois, devant un foyer d'accueil pour ex-taulards, y'a un type avec un perf' et des tiags qui m'invite chez lui. C'est un prêtre éducateur et en plus, un pote de mon dabe. Émile Granger c'est son blase. Le type s'est fait dépouiller plein de fois par des résidents du foyer mais y lâche rien et continue à les aider. Un jour, l'a même voulu me payer un tapin (que j'ai refusé, bien sûr). Alors la passe a été pour lui. Il a écrit des bouquins sur le célibat des curetons et des trucs de théologie mais ça lui rapporte que dalle... Même une fois, y m'a emmené voir une conf' de Guy Gilbert, histoire de me montrer comment le mec baratine le populo et à la fin, y t'l'a mouché sévère sur son investissement personnel et sur la pub qui s'fait... Paraîtrait même que son centre d'accueil s'rait une structure privée qu'il aurait créée et il en s'rait salarié en plus de son taf de prêtre... Ben tu vois, Émile, quand j'ai pris le bitume pour calter dans le sud, y m'a lâché 150 keusses et y m'a pas dit que j'pouvais pas m'rincer avec...


Bref, quand tu prends du bouchon et que tu croises de vieux frangins de galère, y'a un passé qui t'remonte en pleine gaufre que même si tu l'as pas oublié, t'essaies de pas trop y penser...
Voilà, un chtite tranche de vie que j'renie pas et même que beaucoup poteaux m'ont connu à c'te période de ma vie.


Bisous les filles et Beaunes Nuits (sans Georges)...

zonards-masque-s

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.