La vie barbante d'un oisif.

V'là déjà quasi 7 piges qu'un palmé me débourre dans les babouches à cause qu'y supporte pas que j'lui ai dit de laisser refroidir ma dabuche avant de lui tailler un costard.

V'là déjà quasi 7 piges qu'un palmé me débourre dans les babouches à cause qu'y supporte pas que j'lui ai dit de laisser refroidir ma dabuche avant de lui tailler un costard.

Au début, comme j'étais encore sous le choc que ma maternelle a cassé sa pipouse dans mes brandillons, j'avais le raisiné bouillant et je réagissais au quart de tour quand c'est qu'le fondu lâchait son goujon sur la mémoire de ma daronne. Maintenant que de l'eau a coulé sous les ponts, j'te mate ses délires en silence et y'a même des fois où c'est que j'ai un peu pitié de sa pomme.

C'est vrai, à presque 70 berges, ce guignol aura passé sa retraite à renifler le calebar des ceusses qui peut pas blairer. Quoi que j'imagine bien qu'il est pas novice en la matière et que quand c'est qu'il était actif, y devait bien passer du temps à cramponner son monde. J'vais pas te refaire l'histoire mais en gros, pour créer une demi-douzaine de pages FB destinées à enflaquer le populo, faut avoir du temps à perdre et surtout se barber comme un croûton de brignollet derrière une vieille malle... Et j'te passe les potins de bignoles et autres baratins sur ses cibles.

Bref, pour te faire une idée, j'te colle en images comment qu'le cintré procède. Tu verras, c'est soufflant. Clique sur les captures pour être redirigé.e vers le post d'origine puis vers le détournement de celui qui m'a barboté mon identité.

*1ère capture: ma publication initiale.

*2ème capture: détournement de mon propos par le déglingué du caisson qui m'a chouré mon blase

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.