Ma liberté de blasphémer...

Facebook a tout bonnement cramé mon post qu'était une réponse à un "bigot mahométan" venu me dire que ma dabuche était un tapin, juste sous mon post qui moquait les journaleux outrés par ce jambon dans la boîte-aux-lettres d'un cadre du CFCM. Voici donc cette lettre ouvert au gus en question.

Le "fils de gagneuse" que je suis ne remercie pas le teigneux qu'est venu poser sa galette sous mon post antitala.
Ce mollusque gorgé de haine marque contre son camp et fait le jeu des nazillons et autres chemises noires. Je suppose qu'il en est pas à son coup d'essai. C'qui fout les miquettes, c'est que quand des types avec des blases orientaux viennent te gerber leur haine du mécréant à longueur de publications, les cul-bénits aux raccourcis brunâtres tardent pas à pointer le bout de leur tarbouif.
Tu vois, mon p'tit sarazin (j'aurais bien dit moricaud mais t'es tellement fondu que t'aurais crié au racisme sans même voir que mon blase en dit plus long sur mes convictions que celui de Dupont Lajoie sur les siennes), en me traitant de "abn aleahira" (ابن العاهر), c'est certain que t'as bossé à l’œil pour le RN et ces autres nostalgiques des années sombres...
Malgré tes mouscailles sous les mots des parpaillots, t'arriveras jamais à foutre les foies aux ceusses qui conchient ton Père La Tuile (et celui des autres crèches à bigots).
Alors, pour pas dévier d'un poil de fion de ma voie de "fout-la-rage", je te le redis (ainsi qu'à tes clones):
PERSONNE NE M'ÔTERA MA LIBERTÉ DE BLASPHÉMER!!!
Croire c'est s'embourber dans la tourterie. Le blasphème est un antidote à l'ignorance. Y t'protège de ces cuteries qui te poussent à préférer la camarde à cette philosophie de vie exprimée par Vidocq dans "Les vrais mystères de Paris":
"(...) on a toujours la consolation d'pouvoir se dire, lorsqu'il faut caner, qu'on a joyeusement passé sa tigne. (...)".
Allez, ma couille (molle?), bisous. Paluche-toi là-dessus et fais-toi bien dauffer par tes frères...

j
charlie-1

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.