L'organe central de La France Insoumise: une machine de guerre stalinienne...

Info (vérifiable par les militant.e.s et/ou soutiens):

Le leader de La France Insoumise a tellement bien verrouillé l'appareil centrale de son mouvement que, légalement, La France Insoumise a zéro adhérent.

Pourtant des milliers de personnes y militent. Mais elles ne sont pas adhérentes. Elles sont juste inscrites sur le site internet du mouvement. Juridiquement, La France Insoumise est une association (comme la plupart des organisations politiques). Or depuis sa création, cette association n'a admis aucun adhérent. Ce qui fait que son bureau, dont les 3 membres sont inamovibles faute d’adhérents, a statutairement les pleins pouvoirs sur toute la structure.

Ces 3 personnes sont Manuel Bompard, l'exécutant en chef de Mélenchon dans l'appareil, Marie-Pierre Oprandi, sa trésorière de longue date et Benoît Schneckenburger, son responsable du service d'ordre.

Bref, après bien des doutes, des questionnements et des remises en question sur cette organisation politique à laquelle j'ai participé (pendant quelques séances dans des ateliers de travail) et pour qui j'ai voté, je réalise aujourd'hui que c'est une vraie machine de guerre aux relents staliniens et, bien que le programme du charismatique Mélenchon soit un des meilleurs que je n'aie jamais lu, je me devais d'apporter quelques éclaircissements sur ce qu'est La France Insoumise, machine à broyer dont quelques esprits forts pu "apprécier" la puissance.

Alors oui, voter pour un programme et non pour un homme, je le veux bien... Mais si cet homme arrive au pouvoir, comment se comportera-t-il vraiment? Si déjà au sein de son organisation il purge le mouvement en utilisant les méthodes des pires dictateurs (cf Aude Lancelin qui a démissionné du Média à cause d'un "putsch" organisé contre elle, Thomas Guénolé, les membres du groupe JR Hébert, François Cocq et tant d'autres), qu'en sera-t-il du pays s'il arrive au pouvoir?

Djordje Kuzmanovic (qui a quitté le mouvement en 2018) a même publié une tribune dans laquelle il dit que " (...) dans ce mouvement prétendument démocratique et horizontal, les décisions sont prises arbitrairement par quelques-uns, voire par un seul. (...)".

Bon, je m'arrête là sinon on va penser que je fais de l'anti-Mélenchonisme primaire. Je voulais juste apporter des éléments à ce que j'avais dit auparavant afin que chacun puisse constater que, même si un mouvement est plébiscité par la base pour son programme humaniste, il peut être anti-démocratique dans les faits. 

Voilà, c'est tout...

Bisouilles, les fripouilles.

stalenchon

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.