Faut pas prendre les vessies du bon dieu pour des lanternes sauvages.

« J’ai confiance en nous. Les heures que nous vivons sont cruciales. Faisons tout pour freiner l’épidémie ensemble. »

Après ses diverses sorties sur les français, le p'tit chef de rayon (qu'a pas oublié de nous faire la leçon) y va de son discours rassurant de petit père du peuple. Mais y s'imagine quoi, le camelot de la raie poubellique ? Qu'on est des oies blanches nées de la dernière flotte de 6 semaines ? Y s'figure p'tèt' qu'on a un moustique dans la boîte au sel et qu'on s'refait pas le film de toutes les salades qu'y nous a déblatérées.

Pis bon, faut pas prendre les vessies du bon dieu pour des lanternes sauvages. On a bien reniflé qu'y veut nous ménager pour pouvoir rebiffer au truc...

Alors bon, chais pas si t'es casqué.e mais j'te dis que faut qu'tu fasses gaffe au lascar. Y'a pas gourance sur cézigue; c'est un micheton du grand capital qu'a rien à carrer de ta pomme !!!

escroc

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.