Sylvain Truffier
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 oct. 2019

LA solution au voile islamique

LA solution pour tous, facile, pas chère et garantie radicale à la crise islamophobique, pseudo-laïcarde, identitaro-communautariste du voile islamique, en sortie scolaire ou n'importe où.

Sylvain Truffier
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dans les débats concernant le port du voile, quelle que soit l'occasion de le ranimer, j'ai une très forte admiration intellectuelle pour l'effort de ceux qui n'ont pas cru devoir en faire un sujet, ni même un commentaire, d'où la tentation immodeste de faire de même.

Mais ce serait égoïstement manquer d'empathie pour tous ceux et toutes celles qui semblent ne pas avoir d'autre préoccupation, alors que je crois détenir la solution à leur tracas, et que c'est de toute évidence la seule.

Car ceux qui se sont gardés de produire leur analyse ou leur témoignage, de sonner tocsins et allali le savent souvent mieux que les autres: on n'entre pas dans un débat où personne ne parle de la même chose. Cela ne sert à rien.

Chacun a son histoire. Il n'y a pas deux femmes qui portent le voile avec la même, pour pouvoir dire "elles" ou "nous" : "les femmes voilées". Il n'y a pas non plus deux personnes (sauf très primaires) qui voient vraiment l'accessoire de la même façon. Assujetissement patriarcal ou libération anti-queutards, cache sexe des discriminations ou étendard religieux, bigouden bédouin ou gilet jaune de banlieue? Allez savoir, quand ce n'est pas une mémé Hermès du XVIe, une danseuse en bandana, une crise d'ado ou une alopécie. 

Rappelons aux uns comme aux autres que même la notion de prescription religieuse est discutable. L'islam a cinq piliers, dont le voile ne fait pas partie, et son indication est très secondaire en regard de celle de défendre l'acceptation du culte selon sa profession de foi. Les Indonésiens mangent du porc et les Touaregs observent, en matière de droit matrimonial, une tradition matriarcale. 

Dans ce fichu débat, il n'y a donc aucun moyen raisonnable de faire de la "femme enfoulardée" une troisième personne, ni au singulier ni au pluriel, d'où un discours qui se réduit inéluctablement à toi/moi, pour ne pouvoir finir qu'en vous/nous. C'est très désagréable quand on n'a vocation à être ni des vôtres, ni des nôtres, et pas du tout envie de se faire prendre en sandwich à cette valse, sachant que ça ne peut finir qu'en crêpage de chignons ou Saint Ben Barthélemy.

Mais il y a une solution pour ceux qui s'opposent au voile comme signe religieux distinctif.

Il y a aussi une solution pour ceux qui défendent la liberté de manifester sa religion, ou de juste porter un foulard.

Et ça tombe bien ; c'est la même. Solution facile, pas chère et garantie radicale.

Oh! Je sens la fébrilité de votre sincère impatience à vous accorder les uns les autres, mais il vous faut d'abord souffrir une petite histoire, dont j'ignore si elle est vraie, mais cela importe peu.

On dit qu'au Tibet, la tradition voulait que quand un voleur de pommes (oui, bon, des pommes au Tibet, peu importe), enfin quand quelqu'un se trouvait à être poursuivi par la police, alors tout le monde se mettait à courir. Ni devant les policiers pour leur échapper, ni derrière le malandrin pour l'arrêter, mais dans tous les sens, pour que les premiers perdent leur proie de vue.

LA solution, on l'aura compris, est toute simple: c'est que tout le monde se mette à porter le foulard, au moins le temps que ça se calme.

- Identitaires, homme ou femme, portez un foulard et ce ne sera plus un signe religieux ou communautaire distinctif.

- Solidaires, homme ou femme, portez un foulard, et ce ne sera plus un motif de stigmatisation.

CQFD: FOULARD POUR TOUS !

Sauf pour les postiers bien entendu (les facteurs, lassés des morsures, ne portent plus de casquette depuis qu'ils ont compris que c'était surtout d'avoir la tête couverte, et pas le courrier, qui excitait les chiens).

Voilà, comme ça dans deux ou trois mois on pourra parler d'autre chose.

Epicétou, merci, assalamu alaykum.

PS.

Non, ce billet n'est pas sponsorisé par la maison Hermès.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin
Journal
Sous-effectif, précarité, règles obsolètes : le tracing est débordé par le coronavirus
L’assurance-maladie et les ARS, chargées du tracing des cas contacts, s’appuient sur un personnel précaire, rappelé en catastrophe à chaque rebond épidémique. Les cas contacts et une partie des cas positifs ne sont plus interrogés. Des clusters passent inaperçus.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Du local au global, le mouvement climat assume de vouloir « faire école »
Finies les batailles en solitaire : le mouvement climat adossé aux luttes locales théorise désormais de voir les choses en grand. Un effort stratégique indispensable pour contrer l’appétit sans cesse renouvelé des aménageurs et industriels pour les « mégaprojets » et une certaine inertie politique.
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Get Back !!!
Huit heures de documentaire sur les Beatles enregistrant « Let it Be », leur douzième et dernier album avant séparation, peuvent sembler excessives, même montées par Peter Jackson, mais il est absolument passionnant de voir le travail à l'œuvre, un « work in progress » exceptionnel où la personnalité de chacun des quatre musiciens apparaît au fil des jours...
par Jean-Jacques Birgé
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et le collectif Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre