sylvainpattieu
Abonné·e de Mediapart

15 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 mars 2022

68-95 Alain Krivine, passeur révolutionnaire

Alain Krivine vient de mourir, et pour nous, celles et ceux qui se sont engagés dans les années 1990, il représentait quelque chose.

sylvainpattieu
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 En novembre-décembre 1995, j’étais lycéen, les fumigènes colorés des cheminots avaient éclairé de nouveaux espoirs. Ça n’était plus 36 ou 68, on ne remportait plus des acquis, on limitait les dégâts, on retardait les échéances mauvaises.

On nous disait que c’était la fin de l’histoire, le mur de Berlin était tombé, l’URSS, c’était fini. Pourtant on voyait bien le chômage qui montait, la pauvreté qui persistait, la montée du Front national. Les années Mitterrand, notre génération, comme disaient les affiches avec un bébé, avaient aussi été celles du fric, de la reddition devant le monde des affaires, auquel de nombreux dirigeants socialistes s’étaient ralliés avec gourmandise. Le parti communiste n’était plus très attractif à l’heure de la fin du « socialisme réel ». On avait des réserves de révolte, on ne savait pas très bien où les diriger. Arlette Laguiller avait bien fait 5%, mais les militants de ses fameuses caravanes, l’été suivant, semblaient trop rigides.

J’avais vu sur les murs des affiches avec ce nom, Alain Krivine, pour un meeting à la fac. Il y avait une force dans ses sonorités de dirigeant bolchevik, dans son histoire liée à Mai 68. A chaque manif, on se le rejouait, ce joli mois de mai, parce qu’on a tendance à copier ce qui a précédé. Beaucoup d’anciens soixante-huitards, parmi les dirigeants, passaient sur les plateaux télé pour raconter leur version de l’histoire, il fallait bien que jeunesse se passe. Alain Krivine, lui, se battait toujours. Il était aux côtés des sans-papiers de Saint-Bernard, quand la police avait forcé la porte de l’église. La LCR, son organisation, on disait la Ligue, investissait de nouveaux combats en plus de ceux traditionnels du mouvement ouvrier : antifascisme, antiracisme, renouveau féministe, droits des gays et lesbiennes (on ne disait pas encore LGBTQI +), altermondialisme, droit des chômeurs, droit au logement, écologie. Il y avait deux jambes au militantisme, le parti et les mouvements sociaux. C’était aussi une manière de ne pas se couper du monde, de ne pas rester dans un entre-soi de convaincus.  

Alain Krivine était de ceux qui avaient voulu « venger leurs pères », selon les mots de la chercheuse et documentariste Florence Johsua : leurs familles d’origine juive avaient connu l’antisémitisme et la Shoah, ils se voyaient en mélange de révolutionnaires russes et de nouveaux résistants. Ils avaient défendu l’indépendance de l’Algérie, combattu l’impérialisme pendant la guerre du Vietnam, été de toutes les luttes de la décennie 1970, ces « années 68 » d’insubordinations diverses. Cette histoire, Alain Krivine faisait partie de celles et ceux qui la transmettaient, à nous, jeunes militantes et militants de 95. Avec assez d’ouverture d’esprit pour prêter attention aux nouveaux combats, aux nouvelles façons.

Il était très bon orateur, très bon pédagogue, on aimait l’entendre dans les réunions publiques. Il avait de l’humour. Il était débonnaire et assumait des positions radicales. Il était exaspérant, parfois, parce qu’il était aussi un homme de son temps, les vieux réflexes sont durs à dépasser. D’un activisme qui laissait beaucoup de choses de côté. Mais il était simple dans ses rapports aux autres, modeste, dévoué, collectif. Il ne rechignait devant les tâches les plus subalternes, il multipliait les déplacements, sans jamais être exigeant sur ce qu’on lui donnait à manger, sur les endroits où il dormait. Il avait su passer la main sans hésiter à Olivier Besancenot pour représenter l’organisation, quand tant d’autres, même dans de petits groupes, s’accrochent à une position.

Il est resté fidèle à ses convictions. Il a mené, toute sa vie, un combat pour la justice sociale. Il a cherché, à tâtons, comment on peut être révolutionnaire dans une période sans révolution. Il a su transmettre un flambeau, celui de l’émancipation, la volonté de lier questions démocratiques et questions sociales, dans la lignée de l’opposition de gauche au stalinisme - quand bien même nous avons suivi ensuite, celles et ceux de 95, des voies différentes au gré des accords et des désaccords politiques.

Il meurt alors que de nouvelles menaces s’imposent dans le monde, le regain de l’impérialisme et du militarisme avec la guerre en Ukraine, l’autoritarisme et les antiféminismes, le djihadisme, les inquiétudes sur le climat, la destruction de plus en plus systématique des conquêtes sociales. Ce n’est qu’un début, continuons le combat. C’est un des slogans qu’il a souvent scandés, et même si la situation semble parfois désespérante, c’est un programme plus que jamais nécessaire.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND