Monsanto / Bayer et les abeilles: 2ème épisode

Laurent, apiculteur amateur landais, voit ses abeilles mourir brutalement. Or le champ de maïs qui borde sa maison vient de changer d’exploitant. Celui-ci travaille avec Monsanto / Bayer. De nombreux échanges avec cette entreprise permettent de démontrer que cette parcelle est utilisée à titre expérimental. S'en suit alors un combat pour la vérité contre le «secret industriel».

Monsanto/ Bayer et les abeilles

Résumé du premier épisode (article du 3 juillet 2019 sur le club de Médiapart)

En 2016, Laurent apiculteur amateur landais, voit toutes ses abeilles mourir brutalement. Or le champ de maïs qui borde sa maison vient de changer d’exploitant, avec des visites très fréquentes des techniciens de Monsanto, des épandages de pesticides, des récoltes de certains rangs à la main. Inquiet, Laurent questionne le directeur de Monsanto à Peyrehorade, lui demande le suivi cultural du champ, puis reçoit chez lui une délégation de l’entreprise avec des associations écologiques et des journalistes de Sud Ouest.

Monsanto avoue que cette parcelle est expérimentale mais n’en dit pas plus :"secret industriel". S’en suit une demande de la déclaration d’autorisation d’expérimentation à la Préfecture. Silence. Saisie de la CADA  qui donne raison à l’apiculteur et là, bizarrement, en 2019 plus de culture expérimentale, mais du maïs traditionnel, une jachère de 30 mètres le long de la clôture mitoyenne à sa propriété.

En parallèle le service des Renseignements Généraux convoque Laurent et sa compagne au sujet de "leur procès contre Monsanto".

 

Deuxième épisode,

Monsanto /Bayer  a quand même envoyé en guise de suivi cultural, 3 pages montées de toutes pièces, agrémentées de petites photos montrant différents engins agricoles, expliquant à chaque produit épandu l’action de celui-ci… mais avec un nom sur le document qui ne correspond pas à celui de l’exploitant actuel.

Concernant la convocation du service des renseignements généraux,

Laurent et Sylvie, sa compagne ont refusé de s’y rendre, alors le fonctionnaire zélé leur a répondu qu’il en avertirait le Préfet.

C’est donc bien le Préfet en grand inquisiteur, qui, lorsqu’il a reçu l’avis de la CADA  (Commission d’accès aux documents administratifs) émettant un avis favorable à leur demande d’obtention des documents de déclaration spécifique de cette culture, mandate un fonctionnaire pour enquêter sur leur détermination.

Celui ci va même, lors d’une manifestation publique, jusqu’à interroger la présidente de la section locale de l'association "nous voulons des coquelicots" en lui disant :

" Je voulais juste pouvoir faire remonter au ministère l'histoire exacte de Monsieur G. Laurent, avoir ses propos à lui, et pas ceux rapportés par la presse...Alors si vous pouvez lui faire passer le message..."

En bon petit soldat des intérêts du lobby agroalimentaire et de l’Etat, le Préfet préfère diligenter une enquête sur un particulier que de répondre à la question qui préoccupe l’apiculteur à savoir :

Monsanto/ Bayer a t’il déposé une autorisation de cultures expérimentales pour cette parcelle ?

Juridiquement et afin d’avoir peut être une réponse à cette question, il lui faut désormais saisir le tribunal administratif avec l’aide d’un cabinet d’avocats, ce qui revient à un coût financier auquel lui et sa compagne auront du mal à faire face. C’est pourquoi une cagnotte de solidarité est mise en ligne (cf. lien ci-dessous)

Et les abeilles dans tout cela !!

Laurent a  racheté 3 essaims en mai 2019, en a placés 2 chez un ami, loin d’un champ cultivé, et gardé une ruche chez lui. A la dernière visite celle-ci se porte bien.

Rappelons que depuis la réception chez eux d’une délégation Bayer/ Monsanto, la culture a changé (maïs traditionnel), qu’une bande de jachère de 30m de large a été mise en place entre la culture et leur propriété (alors que les agriculteurs affirment que 5m seraient suffisants), et que l’épandage des pesticides ne se sont faits après 20h.

Tout combat local est à la base de la lutte environnementale !

Merci d’avance pour vos dons.

https://www.onparticipe.fr/cagnottes/1CHF8UDo

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.