sylvie gouttebaron
Abonné·e de Mediapart

3 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 févr. 2019

L’effraction de lire

À force de dire qu’il y aurait une littérature « complexe », on favorise l’émergence de concepts aussi absurdes qu'économiquement mortifères d’une littérature « facile », de livres « faciles à lire ». Démonstration à partir d'un train de banlieue...

sylvie gouttebaron
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Où ai-je donc lu, un jour, que dans le train le portable passe mal et que « le taux chute à 72% dans les trains de banlieue » ? Ce devait être un rêve, car le quotidien en vrai me faisait penser autrement, me faisait penser, me laissait songeuse. En effet, certains signes inquiétants pourraient gravement nous affecter s’il ne restait – comme promesse d’un monde, sinon meilleur, du moins viable – que des lettres animées dans les potages des enfants.

Poursuivons. Ligne C d’un francilien, je lis. En face de moi, ou presque, on téléphone. Gentiment. Une femme. Puis une autre, celle-ci, plus fort, moins gentiment, si bien que la première lui demande, gentiment, de parler moins fort, si possible. J’en profite pour brandir le livre que je lis et que j’aimerais lire encore si, moins fort. Charge massive de la seconde, qui, après force invectives, me demande, très simplement, d’arrêter de lire, puisqu’elle ne peut pas téléphoner. Oui, en effet, c’est une idée, mais je ne sais pas qu’en faire.

Je reprends. Ligne C, quelques années auparavant. Je lis. Une femme s’assied à côté de moi, et téléphone, fort. Elle téléphone très fort, en langue étrangère, ce qui, en principe, requiert moins l’attention que le français. Mais c’est si fort, et beau, que j’en perds le fil. Je lui demande de parler plus doucement, je lui demande gentiment, en souriant. Sa réponse tombe comme un couperet : « Pour lire, il y a des endroits, ça s’appelle des bibliothèques ! » C’est vrai. Mais il arrive qu’on lise dans le train. Aussi.

Maintenant, on fait quoi ? On reprend tout et on s’explique. Monde à l’envers, tentons de remettre de l’endroit. Ce qui inquiète ici, et surtout dans l’épisode un, c’est que l’objet livre, présenté, est en question. Il manifeste quelque chose, quel qu’il soit. Quel qu’il soit ? Je ne sais pas. Est-ce le livre ? Est-ce la lecture ? Ce n’est pas moi, c’est sûr, c’est moi avec un livre et lisant. Un portrait comme un autre, une figure, une image. Je crains un instant que cette figure ne soit de plus en plus malvenue, déplacée, embarrassante. Je lis complexe, sans complexe. Je ne sais pas ce qu’est la littérature que l’on dit « complexe ». On dit surement cela pour faire simple et par démagogie.

Or la littérature est sans clivage. Elle est l’origine et la fin, sa fin. Si l’on dit complexe, c’est pour éviter ce travail lent, profond, invisible, qui creuse le sillon du savoir, un généreux apprentissage de la lecture de la littérature. On ne va pas à elle. Elle survient, on la reconnaît, à n’importe quel âge. Il suffit ensuite de la chercher et de la reconnaître encore. Cela suppose un effort sans doute mais en quoi un effort (ne pas perdre le sens de l’esprit et grandir avec), serait-il contraire à un vrai divertissement ? Par la forme que prend une pensée pour s’exprimer en langue neuve, on rencontre bien des univers, principe même du jeu et de la relation, du jeu de la relation. Sortir de soi pour y revenir plus riche et sans heurts.

A force de dire qu’il y aurait une littérature « complexe », on favorise l’émergence de concepts aussi absurdes que mortifères économiquement d’une littérature « facile », de livres « faciles à lire ». L’élite (mais qui en vérité ?) lirait le complexe quand d’autres liraient le facile (je ne dis pas simple, car simple est ce qu’il y a de plus difficile disait Léon Motchane, le fondateur de l’IHES, qui en savait long sur la littérature). Et ça, faire ça, opposer ainsi, c’est créer de la violence sourde, assourdissante. C’est faire que se hausse le ton devant un livre rejeté par principe, et avec lui, l’être qui le porte et le montre comme viatique essentiel. C’est aussi faire que s’effondre la littérature, pour laquelle il n’y aurait alors littéralement plus de place, seule, puisqu’il lui faut se qualifier. Ce compétitif est son contraire et la loi du marché contraire à sa démarche.

Heureusement, les lettres des potages feront toujours des enfants. C’est la littérature qui peut faire ça, comme le vocabulaire de Jack Spicer lui faisait quelque chose. Ainsi va la littérature, même quand elle prend le train. Son allure lui fait ça.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau