Sylvie Guillaume
Députée européenne - Présidente de la délégation française du Groupe des Socialistes et Démocrates
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 juin 2019

Sylvie Guillaume
Députée européenne - Présidente de la délégation française du Groupe des Socialistes et Démocrates
Abonné·e de Mediapart

Pourquoi la politique de la France en matière de migration est-elle inefficace?

Alors même que le défi migratoire ne faisait pas partie des revendications exprimées lors des derniers mouvements sociaux en France, et assez peu lors des élections européennes, le gouvernement ne cesse de proposer des politiques répressives, court-termistes et surtout inefficaces en la matière, par Sylvie Guillaume, eurodéputée, présidente de la délégation française du groupe S&D.  

Sylvie Guillaume
Députée européenne - Présidente de la délégation française du Groupe des Socialistes et Démocrates
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

À chaque étape importante de la vie politique en France, cette question est remise sur le tapis par le gouvernement ; ce quinquennat ne fait pas exception. Alors même que le défi migratoire ne faisait pas partie des revendications exprimées lors des derniers mouvements sociaux en France, et assez peu lors des élections européennes, le gouvernement ne cesse de proposer des politiques répressives, court-termistes et surtout inefficaces en la matière.

Tour d’horizon des dernières absurdités de l’exécutif :

- Accélérer les éloignements : si l’éloignement des personnes en situation irrégulière et ayant épuisé toutes les procédures possibles et les voies de recours n’est pas en soi illégitime, les méthodes des autorités françaises sont injustes, coûteuses et inefficaces. Ainsi, le recours quasi systématique à la détention, et les expulsions forcées coûtent près de 14 000 euros par personne contre 2 500 à 4 000 euros pour le retour aidé selon un rapport de l’Assemblée nationale. Ces expulsions représentent entre 70 et 80 % des raccompagnements. Elles sont utilisées depuis des années par la France. Ce qui est remarquable, c’est que le taux de retour n’augmente pas et demeure faible. En outre, l’accès au recours pour les déboutés de l’asile est de plus en plus restreint, pour faciliter les expulsions au détriment du droit.

- Expulsions vers des pays dangereux : autre nouveauté en matière de migration, le renvoi vers des pays dangereux. La France renvoyait déjà des personnes vers l’Afghanistan, la semaine dernière, c’est une ressortissante érythréenne qui a été expulsée vers l’une des pires dictatures du monde. Cela ne s’était pas produit depuis des décennies. Ce qui démontre une contagion des politiques sombres menées ces dernières années par certains de nos voisins européens. 

- Quotas de migrants : idée inlassablement reprise concernant la gestion des migrations en France, l’instauration de quotas de migrants. Autant dire, un pansement sur une jambe de bois ! Non seulement déjà en 1993, le Conseil constitutionnel avait statué sur le caractère anticonstitutionnel de ce système, mais en 2009, le ministre de l’Intérieur Brice Hortefeux avait commandé un rapport dont les conclusions sont sans équivoque : les quotas sont « inefficaces, irréalisables ou sans intérêts ».

Le gouvernement actuel envisage pourtant de fixer des « objectifs annuels » migratoires. Dans quel but sinon électoraliste et populiste ? Que le gouvernement ne se fasse aucune illusion : des quotas n’auront aucun impact sur l’immigration irrégulière.

Au lieu de s’entêter dans cette voie sans issue, les autorités françaises devraient plutôt proposer des solutions d’accueil et d’hébergement, et des procédures efficaces notamment aux migrants qui vivent dans des conditions indignes. Elles doivent impérativement se mettre d’accord avec leurs homologues européens pour enfin aboutir à un système équitable et efficace de répartition au sein de l’UE. C’est précisément la réforme du Paquet législatif européen sur l’asile, notamment du système de Dublin, en cours depuis mai 2016, qui permettra de faire évoluer la situation actuelle. Malheureusement, celle-ci est bloquée au sein du Conseil (représentants des États membres de l’UE) où les égoïsmes nationaux empêchent un quelconque accord et la mise en œuvre d’une politique européenne efficace. Les élections européennes sont maintenant derrière nous et les négociations sur les ‘top jobs' pas encore conclues ; mais il est urgent que les acteurs européens se remettent rapidement au travail !  

Sylvie Guillaume, eurodéputée présidente de la délégation française du groupe S&D.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal — Moyen-Orient
Face à la colère du peuple, le régime iranien choisit la fuite en avant répressive
Les unités organisant la répression sont multiples et impitoyables mais n’arrivent toujours pas à mater des manifestants qui n’exigent plus seulement la fin du voile obligatoire, mais celle du régime.
par Jean-Pierre Perrin
Journal
Énergies renouvelables : un projet de loi au détriment du vivant
En pleine crise énergétique, le gouvernement présente dans l’urgence un projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire. Un texte taillé pour les industriels, et qui sacrifie la biodiversité comme la démocratie participative.
par Mickaël Correia
Journal
Amnesty International dénonce le rôle de Facebook dans les exactions contre les Rohingyas
L’ONG publie un rapport documentant comment, en 2017, le réseau social a été incapable de modérer les messages appelant à la discrimination ou au meurtre des membres de cette minorité ethnique de confession musulmane, et les a même promus via ses algorithmes. Elle demande à sa société mère, Meta, de les indemniser.
par Jérôme Hourdeaux
Journal — Éducation
Revalorisation salariale : les enseignants se méfient
Plusieurs enseignants, très circonspects sur la réalité de la revalorisation salariale promise par Emmanuel Macron, seront en grève le 29 septembre 2022, dans le cadre d’une journée interprofessionnelle à l’appel de diverses organisations syndicales. La concertation annoncée pour le mois d’octobre par le ministre Pap Ndiaye sur le sujet s’annonce elle aussi houleuse.
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis
Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias