SYNAVI
Syndicat National des Arts Vivants
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 mars 2021

SYNAVI
Syndicat National des Arts Vivants
Abonné·e de Mediapart

Réouvrir les théâtres, oui, mais…

«L'ouvert,[c'est] l'espace pur dans lequel infiniment fleurissent et se perdent les fleurs.» R.M. Rilke

SYNAVI
Syndicat National des Arts Vivants
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Partout résonne aujourd'hui un appel à rouvrir les théâtres et les lieux de culture.

Cet appel mobilise tous les acteur.rice.s culturel.le.s et, parmi eux, les artistes et les équipes artistiques indépendantes, compagnies de théâtre et de danse, de cirque, marionnettes, arts de la rue, conteurs et ensembles musicaux, qui, depuis un an, n'ont pu présenter leurs spectacles aux publics.
Nombreux sont celles et ceux qui se sont maintenu.e.s en état de survie précaire par des dispositifs d'aides publiques - souvent complexes et inadaptés à leur activité - ou qui ont déjà disparu du paysage artistique. Entre annulations de spectacles et reports incertains, beaucoup se retrouvent épuisé.e.s par un stop and go permanent, par les atermoiements des pouvoirs publics et par l'absence d'un calendrier de réouverture. Pour toutes et tous, l'espoir de voir les théâtres ré-ouverts s'accompagne de l'inquiétude d'un embouteillage dans les programmations à venir qui sera fatal à un grand nombre de créations et d'aventures collectives...

Nous savons que la réouverture nécessaire des théâtres ne suffira pas à répondre aux besoins. Parce que cette réouverture est d'abord conditionnée par une relance durable des activités artistiques et culturelles. Que seront les théâtres ré-ouverts s'ils ne sont pas en état d'accueillir toute la diversité des propositions de création ? Si cela conduit à remettre en cause des emplois et des droits sociaux des artistes et des technicien.ne.s ? Ce qui doit s'ouvrir dans les théâtres, ce n'est pas seulement les guichets et les campagnes d'abonnements, c'est une présence, une vie artistique renouvelée, dans ses manifestations multiples et fécondes. Il est grand temps que les théâtres déconfinés s'ouvrent au grand vent des libertés artistiques, celles des personnes rassemblées en publics et celles des artistes s'exposant sur les scènes, corps, voix et regards mêlés.

Ce qui doit être rejeté lors de cette réouverture, c'est le renfermement dans des modes de fonctionnement opaques, sélectifs, discriminatoires, non respectueux de l'égalité et des droits culturels des personnes, c'est la course à la rentabilité et à la marchandisation de la création, c'est le repli de l'activité artistique et culturelle dans des lieux sanctuarisés par temps de crise sanitaire, écologique et sociale.

Ce qui doit être relancé au-delà de la réouverture, c'est la capacité des artistes et de leurs équipes administratives et techniques à contribuer à la vie culturelle, à inventer d'autres rencontres et processus de création avec les citoyen.ne.s de toutes générations, dans tous les lieux et par tous les temps. A manifester leurs engagements dans la durée, autant par la proximité et la présence sur des territoires que par la recherche de liens entre le proche et le lointain, entre l'imaginaire et le réel.

Ce qui doit être développé et soutenu, aussi, ce sont les espaces multiples et intermédiaires, les interstices créatifs où les équipes artistiques vivent, créent, produisent dans une relation de proximité aux habitant.e.s, à leur entourage, à leur territoire.

Ce qui doit être pensé, c’est la possibilité de faire exister cette relation ténue mais essentielle, dans les lieux divers, les lieux de vie, de travail, d’éducation, de l’éducation populaire, etc…

Il y a donc urgence à ce que la solidarité se renforce entre lieux et compagnies et qu'au-delà de la réouverture des théâtres et des aides « d'urgence », les pouvoirs publics reconnaissent et soutiennent durablement un nouvel essor de la création d'art vivant, qui dépasse largement les seuls espaces et les seuls temps de représentations publiques face à un public, dans un théâtre.

Nous savons créer - et récréer - les liens, les dimensions artistiques et culturelles de nos vies écornées par une année de confinement et de quotidiens restreints. Qu'on nous en donne les moyens. Il n'y a pas de zone blanche culturelle. Il y a juste des équipes artistiques en manque de moyens, de partenaires et de reconnaissance.

Les membres du Conseil National du SYNAVI

Emmanuelle Gourvitch et Elsa Maupeu, présidente et vice-présidente.

Rémy Bovis, délégué aux politiques

Michel Alban, délégué au développement et aux délégations régionales  

Vincent Dhelin, délégué aux affaires sociales

Jean-François Roustan, délégué à la communication

Alice Charmont et Cécile Gaurand, trésorières

Vincent Bady, Mathilde Clavier, Laurent Chaume Eyraud, Benoit Faivre, Marthe Gauducheau, Cécile Gheerbrant, Elie Golgevit, Jeanne Guillon, Bertrand Krill, Delphine Lalizout, Emmanuel Landier, Hélène Lantz, Sandrine Le Metayer, Paul Pitaud, Gilbert Pouille, David Rolland, Eric Vanelle, Muriel Guyon (secrétaire générale) et les délégations régionales du syndicat : SYNAVI Auvergne Rhône-Alpes, SYNAVI Centre Val-de-Loire, SYNAVI Hauts-de-France, SYNAVI Ile-de-France, SYNAVI Grand-Est, SYNAVI Occitanie, SYNAVI PACA, SYNAVI Pays-de-Loire et SYDCAR SYNAVI Nouvelle Aquitaine.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
Un Syrien menacé d’expulsion, victime d’un engrenage infernal
Mediapart a rencontré un Syrien de 22 ans enfermé en rétention près de Roissy. Alors que les relations diplomatiques sont rompues avec le régime Assad, des contacts ont été pris en vue de son renvoi, d’après nos informations. Son « obligation de quitter le territoire français » a été validée par la justice. 
par Céline Martelet
Journal
Corruption : le géant Airbus accepte de nouveau de payer pour éviter des procès
Affaire Sarkozy-Kadhafi, Kazakhgate : le groupe d’aéronautique échappe à toute poursuite grâce au paiement d’une amende de 15,8 millions d’euros, selon un accord trouvé avec le Parquet national financier. Des associations anticorruption dénoncent les abus de la justice négociée à la française.
par Fabrice Arfi et Yann Philippin
Journal
À Bruxelles, la France protège la finance contre le devoir de vigilance
Dans une note confidentielle, la France supprime toute référence au secteur financier dans la définition de la « chaîne d’activités » couverte par le devoir de vigilance dans la directive européenne en préparation. Bercy dément vouloir exonérer les banques. Les États se réunissent jeudi 1er décembre à ce sujet. 
par Jade Lindgaard
Journal — France
À Saint-Étienne, le maire et le poison de la calomnie
Dans une enquête que Gaël Perdriau a tenté de faire censurer, Mediapart révèle que le maire de Saint-Étienne a lancé une rumeur criminelle, dont il reconnaît aujourd’hui qu’il s’agit d’une pure calomnie, contre le président de région Laurent Wauquiez. À l’hôtel de ville, des anciens collaborateurs décrivent un quotidien empoisonné par la rumeur, utilisée comme un instrument politique.
par Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Expérimenter, oui mais pour quoi faire et pour qui ?
A partir d’un cadre national qui garantit l’unité du système éducatif, il est toujours utile de libérer et d’encourager les initiatives locales si cela favorise la réussite de tous les élèves.
par Delahaye JP
Billet de blog
Le socle commun au collège... Où en est-on ?
A-t-on réussi à créer ce « commun » dans les collèges ? Comment ce socle pourrait-il évoluer ? Pourrait-il être étendu ?
par Guillaume Co
Billet d’édition
L’indice de position sociale, révélateur de la ségrégation scolaire
À la suite d'une décision de justice, le ministère de l’Éducation nationale a publié les indices de position sociale de chaque école et collège (public + privé sous contrat). Le Comité National d’Action Laïque analyse la situation dans une note en ligne.
par Charles Conte
Billet de blog
Les inégalités ethno-raciales à l'école (13/15)
Si la classe est le facteur déterminant des inégalités scolaires, des processus ethno-raciaux sont également à l'œuvre. Ce billet présente les principaux mécanismes discriminatoires qui traversent l’école, quand ce n’est pas elle qui les coproduit, afin de mieux comprendre la fragilisation des trajectoires scolaires et sociales des enfants racisés, qu’ils soient français ou immigrés.
par Marcuss