Synclair
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 oct. 2015

Réponse à l'article "Camera perdue en territoires de la République"

Synclair
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bonjour,

je voulais réagir à la lecture de cet article.  J'ai vu le documentaire, je n'ai pas la télé et c'est par un lien que j'ai pu le voir. Je le fournis aussi : http://ovh.to/Z4ePLK

Evidemment vu le flot de commentaires qui ne parle essentiellement pas de l'article ni de l'émission, il y a peu de chances d'être pris au sérieux et en particulier par le collectif qui a écrit ce texte.

On peut rejeter tout ce qui se fait à la télévision aujourd'hui, certains le font et sans doute n'ont-ils pas tort. Format obligé, montage saccadé comme par exemple le déclarent des personnalités (toutes?) de la "bande passante" ou Peter Watkins, sans doute bien d'autres dignes d'intérêt que je ne connais pas. 

Pour autant, il me semble que cette émission me paraît intéressante à regarder et permet de faire réfléchir (ce qui n'est pas si habituel) si on veut s'en donner la peine.

Je partage certaines critiques de cet article comme celle du titre (en particulier du livre), que peut signifier des territoires perdus? cela renvoie effectivement à une rhétorique de guerre (en partie perdue), mais alors contre qui? Pourquoi pas de terres non explorées (incognita tant qu'on y est), comment les caméras y vont-elles alors? Tout cela est de la grandiloquence ridicule et de ce point de vue, le documentaire lui-même le montre. Les personnes qui parlent ne sont pas des espions envoyés dans ces territoires mais des citoyens-professeurs au demeurant ordinaires. Deuxièmement la séquence "Eux et Nous" est peu convaincante, voire  nauséabonde car elle pourrait laisser à penser qu'au fond ce sont eux qui ne veulent pas être nous. Je crois néanmoins que c'est d'une part une question que l'on doit poser mais très difficile,  je ne suis pas sûr qu'un documentaire puisse le faire, et la façon dont l'article la traite est peu convaincante aussi. Cela dit rien ne justifie le nauséeux.

En premier lieu, je trouve hors de propos l'idée de reprocher de ne pas donner la parole aux élèves. Premièrement parce que ce serait un autre film certes nécessaire mais un autre et dans lequel on ne donnerait pas la parole aux enseignants, on pourrait aussi faire un film sur les parents, sur les enseignants en milieu catholique,  école et élèves etc. mais 52mn c'est court et je suis contre cette façon de tout embrasser (bien dans l'air du temps des EPI demandés par la ministre) qui n'amène (sauf cas exceptionnel et encore une fois, l'intérêt du film est de montrer que ce qui se passe n'a rien d'exceptionnel!) que du très superficiel.

Le sujet du film est de décrire les problèmes (réels) de professeurs et si on regarde un peu attentivement on s'aperçoit que les problèmes échappent totalement aux préjugés (quelquefois racistes) de "l'opinion commune". Il n'est pas question de familles démissionnaires, d'embrigadés, de chahut incessant, ni même de violence finalement, etc. Au contraire il y est question de voir comment on peut enseigner telle partie du programme (shoah) ou telle notion (laïcité), ce qui est complexe et pas parce qu'il s'agirait de population particulièrement rétive. A chaque fois le premier discours semble le suggérer mais les réponses sont elles particulièrement nuancées et finissent par le fait que c'est possible, mais pas comme le veut la Ministre avec une minute de silence. C'est possible avec du temps, du temps qui n'est pas celui de l'émotion, mais de la pédagogie et qui suppose de bien connaître le sujet, ce qui ne s'improvise pas (cela aussi est dit). D'ailleurs, je ne suis pas sûr qu'il y ait beaucoup d'émissions qui ont remis en question cette minute de silence, alors que on l'entend très distinctement ici, "ils ne pouvaient pas comprendre", "je l'ai fait parce qu'on m'a demandé de le faire", etc.. A ce propos permettez-moi une digression, je n'avais jamais compris pourquoi je me sentais mal-à-l'aise avec ce "je suis Charlie", alors que Charlie au fond faisait partie de la famille (était des nôtres comme l'a dit Jean-Luc Mélenchon), grâce à ce commentaire, je le comprends mieux car "je suis Charlie" signifiait finalement "je suis français émotionnellement" comme le dit le sociologue dont le discours par ailleurs n'est pas des plus intéressants. La réalité est que je suis patriote (je le revendique) mais pas émotionnellement, sentimentalement peut-être mais ce n'est pas la même chose, d'ailleurs je disais (et dis encore ) que je suis Charlie et Musulman, ce qui permettait de mettre à distance cette émotion et aussi  parce que les 2 sont factuellement faux mais ce sont bien les grandes victimes de cette horreur. 

Contrairement à ce que semble dire l'article, les enseignants rappellent souvent que l'on parle d'adolescents, qu'ils sont en construction etc., l'un dit que c'est effectivement une raison de l'interdiction du voile, ce qui pour ma part me convainc (ce qui signifie aussi que c'est une raison pour ne pas l'interdire à l'université, si certains n'avaient  pas compris). Souvent aussi ils insistent sur le fait que  l'on parle de ces populations mais que cela pourrait concerner toute autre population. Il n'y a guère que sur le sujet de l'antisémitisme que la question de la population "incriminée", comme vous dites, resurgit nettement,  mais même sur ce point, certains enseignants disent nettement qu'il est laissé en dehors de la classe s'il y en a, que le problème serait plutôt une espèce de "concurrence mémorielle" que les enseignants justement désamorcent et arrive à désamorcer. Là encore, je suis d'accord avec vous sur les "éclaircissements" des universitaires qui au fond "recadrent" le propos, mais à mon sens, la force de conviction est du côté des enseignants du secondaire. Enfin, à propos de l'enseignant du collège  Degeyter, là encore, il est plus convaincant quand il parle vraiment de "ses" élèves ou de "ses" problèmes que quand il récite comme un bon élève la leçon de la "fuite des Juifs en terres catholiques", ou de la "laïcité qui est justement le contraire de l'interdiction".

Si je conseille ce documentaire, c'est justement parce qu'il prend un peu temps pour analyser - à travers la parole - certaines situations et que l'on y voit des enseignants, qui ne sont pas d'accord entre eux, qui s'interrogent, qui répondent et j'ajoute avec  honnêteté. Ce qui n'est déjà pas banal. Mais surtout -et est-ce votre reproche non avoué?- qui  aiment les élèves qu'ils ont,  trouvent dans leurs connaissances (leur formation universitaire) malgré tout de quoi répondre à des situations qui pourraient devenir difficiles et finalement qui aiment aussi "leur école" (oserais-je dire "notre école").

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart