Syndicat des Quartiers populaires de Marseille
Défendre les intérêts des habitant·es des quartiers populaires de Marseille
Abonné·e de Mediapart

1 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 avr. 2020

(Dé)pister la Marseille solidaire: l’émission vivante et populaire

Les crises s’accumulent et se ressemblent. Dans les quartiers populaires de toute la France, la crise est longue, elle ne se date plus. La crise sanitaire actuelle touche triplement nos quartiers. Elle est sociale, politique et morale. Elle fait système avec d’autres crises. Heureusement, Marseille a fabriqué depuis des décennies des solidarités dont seuls les territoires populaires ont le secret.

Syndicat des Quartiers populaires de Marseille
Défendre les intérêts des habitant·es des quartiers populaires de Marseille
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les crises s’accumulent et se ressemblent. Dans les quartiers populaires de toute la France, la crise est longue, elle ne se date plus. Nous sommes né·es en crise, nous sommes apparu·es comme une crise, nous existons par la crise du colonialisme, nous étions la solution pour éviter une crise de main d’œuvre, au sein d’Etats pour qui le confinement spatial des populations migrantes, racisées, a de tout temps été nécessaire.

Marseille, port ayant accueilli un grand nombre de ces migrations, est une illustration de cette continuité coloniale, sous perfusion de l’emploi public et gérée de façon chaotique par des notables locaux qui ne bénéficient plus d’aucune légitimité. La moitié de la ville délaissée subit de plein fouet chaque crise. Il y a 17 mois maintenant, une crise du logement s’ouvrait, accompagnée rapidement par une crise politique, une crise d’hégémonie politique pour les classes au pouvoir.

La crise sanitaire actuelle touche triplement nos quartiers. Elle est sociale, politique et morale. Elle fait système avec d’autres crises. Heureusement, Marseille a fabriqué depuis des décennies des solidarités dont seuls les territoires populaires ont le secret. Le confinement n’échappe pas à cette règle. Face aux lenteurs des pouvoirs publics, qui se rendent compte, ébahis, que les territoires de la République leur échappent faute d’y avoir prêté attention depuis des décennies, des systèmes d’entraides se mettent en place sur les gisements d’humanité populaire qui y pré-existaient. Les institutions viennent alors demander du soutien aux collectifs de quartiers, aux associations, aux parents d’élèves, pour savoir comment faire, qui aider. Il n’est nul besoin de douter de la bonne foi des agents, des travailleurs sociaux. Leur travail est là, beaucoup d’entre eux et elles se démènent depuis longtemps pour faire pousser des dispositifs dans les interstices dont ils disposent. Eux et elles aussi font partie de cette Marseille qui bricole ses propres solidarités.

Petit à petit, autour du Manifeste pour une Marseille vivante et populaire signé par plus de 70 associations, syndicats, collectifs de quartiers en janvier 2019 pendant les mobilisations pour le logement (qui faisaient suite à l’effondrement de deux immeubles le 5 novembre 2018 et la mort de 8 de nos voisin·es), la coordination de cette action solidaire se met en place. Se dessine alors un système social et politique parallèle, qui avait déjà montré sa splendeur en juin 2019 lors des Etats Généraux de Marseille.

Nous avons investigué auprès de nos compagnons de route pour vous montrer la fabrique de cette Marseille là et en avons fait une émission confinée, fière, digne et amatrice : « (Dé)pister la Marseille solidaire ». Son premier épisode a été diffusé le  mercredi 8 avril. Tous les deux jours, à 19h45, avant d’applaudir nos compagnons qui bossent pour rendre notre confinement acceptable, nous mettrons la lumière sur ses invisibles qui font Marseille et continuons à nouer des complicités militantes et citoyennes précieuses pour « le jour d’après ».

Pour retrouver cette émission, rendez-vous :

sur notre page Facebook : https://www.facebook.com/sqpm13

ou sur notre chaine Youtube : https://www.youtube.com/channel/UCYH2oNGSXdQh6caNMiZUzsg/

Retrouvez l'épisode 1 avec le Collectif des Habitants Organisés du 3ème arrondissement :

(Dé)pister la Marseille solidaire - ép.1 : le Collectif des Habitants Organisés du 3ème © Dé-pister la Marseille solidaire

Retrouvez l'épisode 2 avec l'application AOUF

(Dé)pister la Marseille solidaire, ep.2 : AOUF ! © Dé-pister la Marseille solidaire

Le Syndicat des Quartiers Populaires de Marseille.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
L’action des policiers a causé la mort de Chouviat
D’après l’expertise médicale ordonnée par le juge d’instruction, la clé d’étranglement et le plaquage ventral pratiqués par les policiers sur Cédric Chouviat, alors que celui-ci portait encore son casque de scooter, ont provoqué l’arrêt cardiaque qui a entraîné sa mort en janvier 2020.
par Camille Polloni
Journal — France
Dans les Ehpad du groupe Orpea, des CDI introuvables
D’après nos informations, des recrues du groupe privé de maisons de retraite doivent, en France, se contenter de signer des CDD au motif qu’il s’agirait de remplacer des salariés en CDI. Or, dans bien des cas, ces salariés n’existeraient pas. Le groupe dément toute irrégularité, assurant qu’« il n’y a jamais eu d’emploi fictif au sein de l’entreprise ».
par Leïla Miñano avec Benoît Brevet (Investigate Europe)
Journal — Droite
Le député Guillaume Peltier visé par une enquête
Le parquet de Blois a annoncé, lundi 24 janvier, l’ouverture d’une enquête préliminaire à la suite des révélations de Mediapart sur l’utilisation des fonds publics du député Guillaume Peltier, porte-parole de la campagne d’Éric Zemmour.
par Sarah Brethes et Antton Rouget
Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Agir pour faire reconnaître le génocide ouïghour. Interview d'Alim Omer
[Rediffusion] l’Assemblée Nationale pourrait voter la reconnaissance du caractère génocidaire des violences exercées sur les ouïghour.es par la Chine. Alim Omer, président de l’Association des Ouïghours de France, réfugié en France, revient sur les aspects industriels, sanitaires, culturels et environnementaux de ce génocide.
par Jeanne Guien
Billet de blog
Stratégies de désinformation et de diversion de Pékin sur la question ouïghoure
[Rediffusion] Alors que de nombreux universitaires sonnent l’alarme quant au risque génocidaire en cours dans la région ouïghoure, Pékin s’évertue à disqualifier tout discours alternatif et n’hésite pas à mobiliser ses réseaux informels en Europe pour diviser les opinions et couper court à tout débat sur la question ouïghoure. Une stratégie de diversion négationniste bien familière. Par Vanessa Frangville.
par Carta Academica
Billet de blog
« Violences génocidaires » et « risque sérieux de génocide »
La reconnaissance des violences génocidaires contre les populations ouïghoures a fait l’objet d’une résolution parlementaire historique ce 20 janvier. C'était un très grand moment. Or, il n'y a pas une mais deux résolutions condamnant les crimes perpétrés par l’État chinois. Derrière des objets relativement similaires, se trouve une certaine dissemblance juridique. Explications.
par Cloé Drieu
Billet de blog
La cynique et dangereuse instrumentalisation du mot « génocide »
La répression des Ouïghours existe au Xinjiang. Elle relève très probablement de la qualification juridique de « crimes contre l’Humanité ». Mais ce sont les chercheurs et les juristes qui doivent déterminer et les faits et leurs qualifications juridiques, et ce le plus indépendamment possible, c’est à dire à l’écart des pressions américaines ou chinoises.
par Bringuenarilles