Syrine KRICHEN
Commissaire d'exposition et écrivain
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

1 Éditions

Billet de blog 10 avr. 2020

Le Co-vid nos droits

Syrine KRICHEN
Commissaire d'exposition et écrivain
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.


En usant, d’une heure de soleil, dans une rue désertée par les confinés, j’ai vu ce mot écrit sur un mur blanc : Le Covid vos droits. Je me suis arrêtée, j’ai réfléchis, dois-je prendre une photographie pour saisir cette phrase à l’apparence abrupte. Abrupte ? Mais en ce moment, le soleil nous est alloué une heure, nous nous en sentons pour la plupart privés, il n’est en effet plus de nos droits. Puis, j’ai hésité à faire un cliché du graffiti pour saluer son auteur, mais de peur de passer pour une touriste en pleine terreur ou que la Police ne m’arrête car la case de l’attestation dérogatoire sortie pour photographier le dormant en confinement n’existait pas : je n’ai pas osé, plus précisèment je ne m’en suis pas sentie en droits.
De plus, j’avance avec un foulard de protection à l’extérieur de mon confinement et j’éviterai d’en dire plus sur le masque, n’en ayant jamais cherché dans les pharmacies comprenant que cet objet dépassait largement en ce moment les histoires si aberrantes des plus spéculatives bulles : Les tulipes en Hollande, ou les start-up plus récemment, à la différence prés qu’aujourd’hui, il ne s’agit pas de fleurs mais de la possible possibilité d’être protégés et qui à tous les égards n’a jamais été hélas le droit de tous. Sur le retour de cette heure accordée, j’ai pensé à cette statue exposée au musée d’Orsay ou un être imposant, avec une capeline toute d’un blanc rayonnant, et d’une grande hauteur a la main majestueusement dirigée vers son visage masqué. Ce chef d’oeuvre a pour titre la Comédie Humaine et devant cette sculpture anticipatrice, de moi même et par la même je ne m’autorise pas le droit de polémiquer plus.
Je suis donc rentrée dans mon appartement enfin dans mon lieu de confinement, avec ce leit-motiv en tête : Le covid vos droits. Tout comme la majeure partie de la population désormais nous faisons le ménage dans notre confinement, dormons, faisons l’amour, cuisinons en confinés et comme tous, je n’imaginais pas mon lieu de vie ainsi comme un abris pour confinés, d’ailleurs confinement rime avec baraquement et qui dit baraquement dans l’histoire des hommes dit souvent : privations des droits.
Avant la fin de cette période catastrophique, nous pensons tous à ce que nous ferons de nos premiers temps de non-confinés et j’ai décidé aussi que je reprendrai le serrage de mains, et les embrassades. Ce Covid, hors même que nous sommes dans une société de la bienveillance, celle ou coûte que coûte, il est de bon aloie de faire le bien vers tous même vers les salops, atteint son paroxisme avec ce Covid qui nous interdit la tendresse vers nos aimés, les gestes d’amitié et d’amour vers ceux que nous aimons. Nous ne sommes plus en droits de le faire. Le virus a pour attribut celui de nous l’interdire. Il nous prive de ce droit d’aimer pleinement ce que nous aimons et chérissons et donc de laisser l’amour vivre ce qu’il porte en lui : la vie. Oui, le Covid vide nos droits.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
La véritable histoire d’Omar Elkhouli, tué par la police à la frontière italienne
Cet Égyptien est mort mi-juin pendant une course-poursuite entre la police aux frontières et la camionnette où il se trouvait avec d’autres sans-papiers. Présenté comme un « migrant », il vivait en fait en France depuis 13 ans, et s’était rendu en Italie pour tenter d’obtenir une carte de séjour.
par Nejma Brahim
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin
Journal
Comment combattre l’enracinement du Rassemblement national
Guillaume Ancelet et Marine Tondelier, candidats malheureux de l’union de la gauche dans des terres où l’extrême droite prospère, racontent leur expérience du terrain. Avec l’historien Roger Martelli, ils esquissent les conditions pour reconquérir l’électorat perdu par le camp de l’égalité. 
par Fabien Escalona et Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
Grippe aviaire : les petits éleveurs contre l’État et les industriels
La grippe aviaire vient de provoquer une hécatombe chez les volailles et un désespoir terrible chez les petits éleveurs. Les exigences drastiques de l’État envers l’élevage de plein air sont injustifiées selon les éleveurs, qui accusent les industriels du secteur de chercher, avec la complicité des pouvoirs publics, à couler leurs fermes. Visite sur les terres menacées.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Faux aliments : en finir avec la fraude alimentaire
Nous mangeons toutes et tous du faux pour de vrai. En France, la fraude alimentaire est un tabou. Il y a de faux aliments comme il y a de fausses clopes. Ces faux aliments, issus de petits trafics ou de la grande criminalité organisée, pénètrent nos commerces, nos placards, nos estomacs dans l’opacité la plus totale.
par foodwatch
Billet de blog
Face aux risques, une histoire qui n'en finit pas ?
[Rediffusion] Les aliments se classent de plus en plus en termes binaires, les bons étant forcément bio, les autres appelés à montrer leur vraie composition. Ainsi est-on parvenu en quelques décennies à être les procureurs d’une nourriture industrielle qui prend sa racine dans la crise climatique actuelle.
par Géographies en mouvement