Syrine KRICHEN
Commissaire d'exposition et écrivain
Abonné·e de Mediapart

4 Billets

1 Éditions

Billet de blog 16 mars 2020

De la restriction de l'art (ou de son confinement)

L'époque est aux arts à ce que nous sommes pour le Pangolin

Syrine KRICHEN
Commissaire d'exposition et écrivain
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’époque est à l’annulation des concerts, du théâtre, des expositions, du spectacle donc du vivant. Oui, l’autre n’est plus que le possible vecteur de la fin : nous ne sommes plus les uns des autres, nous ne sommes plus les uns avec les autres, nous sommes les uns contre les autres avec désormais distanciation de sécurité. Nous sommes ainsi les victimes d’un état des choses qui se désagrègent depuis quelques temps et sommes-nous si surpris ? 

Un mal universel s’abat sur l’entièreté du monde, un virus se propage et lui n’a pas suivi les réglementations des frontières. Un corona qui en moins de rien, nous vise tous et nous confine. Notre virus vient de Chine, du petit pangolin, un joli petit animal, qui serait le porteur du virus corona. Si vous cherchez le pangolin, vous le trouverez encore sur internet, il est fait d'écailles, il est le lien entre la chauve souris qui lui transmet le virus et nous.

Le pangolin, avec sa mignonne petite frimousse, est un met rare, qui se vend sur les marchés de Chine et ne pas oublier que cet animal est protégé, il est en effet menacé. Aujourd’hui, il semblerait que cela soit la ligne directe pour comprendre l’arrivée du Corona sur notre planète : de la chauve souris, au petit pangolin à nous.

Je me demande depuis quand, dans notre histoire, de petits animaux si beaux avec une si mignonne petite tête, puissent devenir l’ennemi des hommes et des femmes de notre époque ? Alors évidemment, il y eut le rat avec la peste : le rat d’ailleurs en a fait les frais, tout du moins sa réputation. Et, aujourd’hui, nous avons notre pangolin, et de là, à dire que si toutes nos existences sont bousculées, c’est à cause de lui, et des étales des marchés chinois, mais pas du peu de bien malgré tout que nous vouons à la nature, à la fragilité, à la fragilité du vivant, au vivant, au beau, au précieux, à la singularité, tout comme à l'exubérance, non ! Donc, du peu de cas que nous consacrons tous à l’urgence, à la déliquescence, aux dangers, d'une terre qui sature, qui se trouve là, à tourner et d'une terre qui se demande encore pourquoi ? 

Mais revenons, à notre départ, sans dire que le mignon pangolin, n’apprécie ni le théâtre, pas les concerts, ni les expositions, ni le vivant, car comment le vivant peut-il de lui même s’annihiler ? A moins : d'un corona dévastateur... 

Depuis quelques mois, je remarque qu’il devient de plus en plus ardu de monter des projets artistiques, actualités parfois obligent, cependant à ce rythme, comment allons nous faire pour nous rappeler que nous sommes aussi et surtout des êtres de culture, bien avant d'être des corps sociaux, ou fiscaux.

Comment ne pas penser ou croire, que c’est en agissant vers les femmes et des hommes disposés à mettre en oeuvre le beau, le vrai, à le révéler envers et contre tous, à s'engager donc, que nous réussirons peut-être à comprendre, non pas le pangolin, le mignon ne le désire peut-être pas, mais cette grande difficulté tout comme notre immense inertie en ce moment à appréhender les créations des hommes et des femmes qui tendent indéniablement, vers cet idéal : l'art comme ce bien, ce bon ou ce beau. 

Oui, depuis nombre de jours, nous sommes menacés et nous l’avions compris, sans tous nous l’avouer, car se le dire eusse été, ou serait accuser le petit pangolin.

Syrine KRICHEN

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
La véritable histoire d’Omar Elkhouli, tué par la police à la frontière italienne
Cet Égyptien est mort mi-juin pendant une course-poursuite entre la police aux frontières et la camionnette où il se trouvait avec d’autres sans-papiers. Présenté comme un « migrant », il vivait en fait en France depuis 13 ans, et s’était rendu en Italie pour tenter d’obtenir une carte de séjour.
par Nejma Brahim
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin
Journal — International
Plusieurs morts lors d’une fusillade à Copenhague
Un grand centre commercial de la capitale danoise a été la cible d’une attaque au fusil, faisant des morts et des blessés, selon la police. Un jeune homme de 22 ans a été arrêté. Ses motivations ne sont pas encore connues.
par Agence France-Presse et La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Faux aliments : en finir avec la fraude alimentaire
Nous mangeons toutes et tous du faux pour de vrai. En France, la fraude alimentaire est un tabou. Il y a de faux aliments comme il y a de fausses clopes. Ces faux aliments, issus de petits trafics ou de la grande criminalité organisée, pénètrent nos commerces, nos placards, nos estomacs dans l’opacité la plus totale.
par foodwatch
Billet de blog
Face aux risques, une histoire qui n'en finit pas ?
[Rediffusion] Les aliments se classent de plus en plus en termes binaires, les bons étant forcément bio, les autres appelés à montrer leur vraie composition. Ainsi est-on parvenu en quelques décennies à être les procureurs d’une nourriture industrielle qui prend sa racine dans la crise climatique actuelle.
par Géographies en mouvement
Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
Grippe aviaire : les petits éleveurs contre l’État et les industriels
La grippe aviaire vient de provoquer une hécatombe chez les volailles et un désespoir terrible chez les petits éleveurs. Les exigences drastiques de l’État envers l’élevage de plein air sont injustifiées selon les éleveurs, qui accusent les industriels du secteur de chercher, avec la complicité des pouvoirs publics, à couler leurs fermes. Visite sur les terres menacées.
par YVES FAUCOUP