Un régime autoritaire en France

Était-ce pensable, les citoyens de France sous l'emprise envahissante d'un régime autoritaire prescrit par l'étranger ?

 

Le 49-3 pour mater la majorité à l'Assemblée et  l'état d'urgence pour mater les salariés  sont les instruments emblématiques d'une dictature soft. Les socialistes détricotent méthodiquement le code du travail pour placer les salariés à la merci des patrons.Le MEDEF jubile.

A l'extérieur, le gouvernement  socialiste nous impose ses guerres dans les pays musulmans, sans penser aux effets meurtriers des attentats dont les victimes sont nos jeunes ici, à l'heure de l'appéritif où des réjouissances d'un concert.

En réintégrant l'Otan, nos  dirigeants politiques depuis Sarkozy à Hollande, ont abandonné (sans aucune consultation des électeurs) cette neutralité forgée par de Gaulle,  qui faisait la force  et l'honneur de la France (de Villepin à l'ONU le 14 février 2003 pour soutenir cette position, ce fut  un grand et rare moment de fierté française). Quelques mois après, les USA et l'Angleterre semaient le chaos en Irak. Chaos qui dure encore aujourd'hui et pas seulement en Irak. Voir le désastre libyen suite à l'épouvantable expédition sarkosyste.

En fermant les yeux sur les régimes totalitaires qui sévissent en Égypte, Turquie, les pays du Golfe, sur les pays  néo-fascistes : Ukraine, ou d'apartheid: Israël, nos dirigeants bradent les valeurs de la République et des Lumières. En fermant les yeux sur les financements de Daech venus de ses alliés (Pays du Golfe) et sur le jeu trouble de la Turquie pour laisser passer les djihadistes et les convois de pétrole et d'armes qui nourrissent l’État Islamique, les dirigeants français poursuivent une stratégie aventureuse aux lendemains incertains et inquiétants.

L’État austéritaire installé depuis une douzaine d'années se double de l’État autoritaire depuis quelques mois. 

L'état d'urgence pour répondre au terrorisme à bon dos et cache mal un dispositif prêt à mater les mouvements de protestation qui vont surgir ici ou là, avec les atteintes portées contre le monde du travail ou  contre les mouvements écologistes. Certains  ont -en déjà payer le tribut, Rémi Fraisse et mort à Sevens (l'enquête de gendarmerie est bâclée), d'autres militants écolo sont victimes de tirs  des forces de l'ordre au Flash-ball au visage, avec la perte d'un œil. Pendant ce temps un autre traitement est administré aux  ex salariés de Goodyear traités en criminels et condamnés à des peines de prison pour avoir voulu défendre leurs intérêt face aux attaques d'un patron voyou.

La seule et vraie protection des gouvernants dont aspire les citoyens  n'est-ce pas celle contre le chômage, l'exploitation et la pauvreté, la perte de dignité? A la place et comme un jeu de bonneteau,le prestidigitateur Valls lui a substitué un discours de pseudo protection contre le terrorisme. La stratégie du choc connue dans les pays en voie de développement est appliquée aux français, qui l'eut crut ?

Certes, le MEDEF est à la manœuvre c'est sûr, mais n'agit-il pas en service commandé de la finance ? Le géant des banques d’investissement américain JPMorgan Chase* ne réclamait-il pas  dans un rapport paru en mai 2013, l’abrogation des constitutions démocratiques bourgeoises établies après la Seconde Guerre mondiale dans une série de pays européens et la mise en place de régimes autoritaires?Il est vrai également qu'une partie de notre élite fut formatée  et retournée lors d'un stage  à la French Américan Foundation (programme  Young-Leader). Comment comprendre  autrement la mise au pas du pays soumis aux intérêts de l'oligarchie occidentale orchestrée par les USA? Le TAFTA qui se trame hors contrôle démocratique (Transatlantic Trade and Investment Partnership -TTIP) donnera la possibilité aux firmes de faire passer leurs privilèges via des tribunaux arbitraux contre l’État (l'affaire Tapie n'est rien à côté de cela) avec toutes les conséquences néfastes sur l'environnement, les libertés et la sécurité alimentaire ou pharmaceutique.

Bref une dictature soft qui ne dit pas son nom s'installe : à coup de 49-3 et d'état d'urgence mis en place par le super-préfet Valls depuis quelques mois.Nous y sommes.

Que la droite fasse son boulot dégueulasse qui consiste à réduire les avantages aux salariés(salaires décents, conditions de travail, ) et assurer toujours plus de confort (profit et libertés d'exploiter) au patronat c'est bien  dans sa nature, sa tradition et sa culture.

Que les solfériniens le fassent au nom de la gauche, dépasse l'entendement, la mesure et vient brouiller tous les codes et repères. Comment s'étonner alors de l'attraction puissante qu'exerce le Front National sur ces classes moyennes et populaires dont la part disponible de cerveau a été captée par le foot, le porno et la télé réalité ?

Dès lors, on  comprend mieux pourquoi l'état d'urgence est installé durablement (le terrorisme à bon dos) pour mieux taper sur ceux qui résistent ou voudront résister. Tout le monde a pu observer un premier galop d'essai contre les militants écolo lors de la Cop 21.

Comment a-on pu en arriver là ?

*La première banque des États-Unis admet avoir distribué de 2005 à 2008 des obligations gagées sur des créances de qualité bien plus douteuse

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.