tadessé
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 déc. 2014

Merci..

Que de mots et de maux échangés, partagés depuis cet appel pour un Exhibit à celles et ceux qui nous inspirent. Que de belles rencontres aussi depuis cette première réunion improvisée un 1er novembre au Centquatre… Une même nécessité nous a lié : le désir de changement.

tadessé
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Que de mots et de maux échangés, partagés depuis cet appel pour un Exhibit à celles et ceux qui nous inspirent. Que de belles rencontres aussi depuis cette première réunion improvisée un 1er novembre au Centquatre… Une même nécessité nous a lié : le désir de changement. Comme le dit si magnifiquement Angela Davis : « I am no longer accepting the things I can not change… I’m changing the things I cannot accept » (Je n’accepte plus les choses que je ne peux pas changer… Je change les choses que je ne peux pas accepter). Comment ? Nous étions Paulin Foualem et moi pour questionner, être dans la proposition, mettre le débat sur la table. Le contre ne nous intéresse pas, pire, nous nous en méfions. Il nourrit l’adversité et porte en lui le piège dont nous avions tous le désir de sortir : l’assignation à une place déterminée, dans les labyrinthes d’un apartheid des imaginaires et des consciences.

L’annulation d’Exhibit B que portait la pétition ne nous intéressait pas. C’était juste un signal d’alarme disant que quelque chose était pourri au royaume d’Elseneur. Malheureusement ce signal d’alarme n’a pas été entendu, et de signal, de prétexte il est devenu un objectif en soi et l’angle d’attaque choisi pour fissurer des forteresses de mauvaise foi, de déni, de mépris, de toute une quincaillerie de trucs assez peu ragoutants composant cette forteresse, connue aussi sous le nom de structures institutionnelles de la République des droits de l’homme.

Nous n’avons pas attendu cet Exhibit pour apprendre qu’il y a du racisme dans ce pays. Ce racisme nous le vivons dans nos métiers, sur les affiches de cinéma, dans les rayons des librairies sectorisés, racialisées : les Blancs qui parlent un français de France, section littérature française et l’escalier de service, section outremer, Afrique ou autres pour les parlants français mais pas de France intramuros. Gallimard la blanche et Gallimard continent noir. Intégrez-vous. Allez à l’école de l’intégration et de la méritocratie républicaine, passez votre bac +5 et s’il vous plait, retournez à votre place, balayer nos rues.

Bref, tout le monde sait ça. Qu’il le veuille ou non. En fonction de sa position y’en a même que ça fait vivre. Expos par ci, expertises par là, ça ne change pas grand chose mais comme disait feu ma tante « qu’est-ce que tu veux que je te dise, dans la vie on n’a pas toujours ce qu’on veut ». Sauf que voilà, entre ce toujours pour certains et le jamais pour d’autres,  il y a un gouffre.

C’est alors qu’ Exhibit B est arrivé à point nommé si je puis dire, pour mettre les pleins feux sur ce gouffre. Ben alors me diront certains, c’est quoi « votre » problème ? On parle bien de la même chose ! Et bien non, de la même chose, oui mais pas du même point de vue. C’est que voyez-vous, nous ne considérons pas le fait d’éclairer le gouffre comme une fin en soi. C’est d’en sortir que nous voulons, pas d’y patauger, aussi esthétiquement éclairés que nous puissions l’être.

C’est ce désir de liberté qui  nous a rassemblé dans ce collectif, noirs comme blancs, femmes comme hommes. Et c’est ce même impératif de liberté qui nous le fait quitter aujourd’hui Jean-Marie Bataille, Paulin Foualem et moi.

Il nous importait avant tout qu’un débat qui refusait jusqu’alors de se faire dans notre société ait lieu. Les digues de certitudes et de bonne conscience se sont enfin fissurées. Nous en sommes heureux. Il appartient désormais à chacune et chacun en son âme et conscience, de prendre la responsabilité de son humanité et d’œuvrer pour une société d’inclusion et non d’exclusion. Cette responsabilité ne peut être qu’intimement personnelle, elle ne saurait être la propriété d’un collectif, d’un parti, de décrets, d’assignation en justice qui se focaliseraient sur des maux.

Dénoncer, n’est qu’une étape.

Notre propos c’est d’énoncer pour…

       Myriam Tadessé, pour Qheil

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Le jugement consacre la liberté d’informer
Dans un jugement du 6 juillet 2022, le tribunal de Nanterre a condamné l’État pour sa tentative de perquisition des locaux de Mediapart du 4 février 2019, la jugeant « ni nécessaire dans une société démocratique ni proportionnée à l’objectif poursuivi ». Le jugement, très sévère pour le parquet de Paris, consacre aussi la protection des sources.
par Edwy Plenel
Journal
Un archipel anti-guerre russe s’invite à Bures-sur-Yvette
À l’Institut des hautes études scientifiques (IHES) de Bures-sur-Yvette, des mathématiciens ont organisé un symposium en solidarité avec Azat Miftakhov, prisonnier de Poutine. Ce fut l’occasion d’entendre s’élever des voix démocrates russes.
par Antoine Perraud
Journal — Exécutif
À l’Assemblée, Élisabeth Borne invente le « compromis » sans concession
La première ministre a prononcé, mercredi 6 juillet, sa déclaration de politique générale à l’Assemblée nationale. Face aux députés, elle a tenté de tracer les contours d’un quinquennat du « compromis », sans rien céder sur le fond du programme d’Emmanuel Macron.
par Romaric Godin et Ilyes Ramdani
Journal — Europe
Lâché par ses ministres pour un mensonge de trop, Boris Johnson sur le départ
À la suite d’un nouveau scandale, le premier ministre britannique est confronté à une vague de démissions dans son gouvernement et parmi les parlementaires conservateurs. Malgré les appels à partir, Boris Johnson affirme vouloir « continuer ».
par François Bougon

La sélection du Club

Billet de blog
L’usine occupée des Murs-à-Pêches à Montreuil : Zone à dépolluer et Zone à défendre
Depuis le 2 avril dernier : les 45 habitants et les 27 collectifs qui occupent l’ancienne usine depuis septembre 2020 sont expulsables manu militari sans médiation, sans délai, ni solution de secours. Cette occupation multiforme et créative permet pourtant de maintenir ouvert un débat public indispensable sur la dépollution de ce site et son avenir.
par collectif "Garde la Pêche, Montreuil"
Billet de blog
Zadistes de la République !
En entrant à l’Assemblée, Marine Le Pen a déclaré « c’est pas une ZAD ici ! ». Face à l’effondrement en cours du système Terre, et à l’absence de réponse à la hauteur de la part du monde politique, un collectif de militante·s, responsables et élue·s écologistes appellent à la désobéissance civile. Ils et elles enjoignent à créer « toutes les ZAD nécessaires, pourvu qu’elles nous incitent à nous réveiller collectivement » : « Devenons des Zadistes de la République ! »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Quartier libre des Lentillères : construire et défendre la Zone d’Ecologies Communale
« Si nous nous positionnons aux côtés des Lentillères et de la ZEC, c’est pour ce qu’elles augurent de vraies bifurcations, loin des récits biaisés d’une transformation urbaine encore incapable de s’émanciper des logiques délétères de croissance, d’extractivisme et de marchandisation. » Des architectes, urbanistes, batisseurs, batisseuses publient une tribune de soutien aux habitants et habitantes du Quartier libre des Lentillères à Dijon.
par Défendre.Habiter
Billet de blog
ZAD contre la bétonisation d'un espace agricole de 2,23 ha à Orcet en Puy-de-Dôme
Détruire un espace maraîcher, de verger et de champs cultivés pour bétonner est le projet du maire d'Orcet qui inquiète sa population enfin au parfum grâce à l'action du collectif StopUrba63 appuyé par ANV-COP21, organisateurs de la manifestation réussie du 4 juillet dans le bourg. Il est plus que temps pour ses habitants de refuser cette bétonisation qui va en détruire un joyau précieux.
par Georges-André