tadessé
Abonné·e de Mediapart

5 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 nov. 2014

Exhibit en questions

tadessé
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Exhibit en questions –  Episode 1

Il me semble important avant d’exposer la position de la Cie Quelle heure est-il ? vis-à-vis d’Exhibit B de préciser quelques points de vocabulaire. Commun ne veut pas dire uniformité, pas plus que le dénominateur commun de diversité n’efface la pluralité et la singularité des sensibilités. 

Cela étant posé, nous ne saurions placer le débat sous le signe d’une  confrontation entre les points de vues divergents de deux communautés, la blanche et la noire, puisqu’elles n’existent pas a priori. Envisager Exhibit B à partir d’un seul pôle de référence racial fausserait d’entrée de jeu le débat et l’égarerait dans du bavardage sentimental.

Venons-en aux faits.

Exhibit B se propose en la reproduisant, de dénoncer l’humiliation et l’oppression subie par les Noirs grâce à une confrontation regardant/regardé. La grande idée semble-t-il de Bailey est de placer ceux qui à l’époque coloniale étaient simplement regardés en position de regardants.  

On peut à bon droit s’interroger sur la pertinence d’une telle installation dans des lieux comme le Centquatre ou le TGP, situé au cœur d’un territoire cosmopolite où plus de la moitié de la population est d’origine immigrée.

Dénoncer le racisme en reproduisant les codes de représentations racistes contribue-t-il à changer la grille des représentations sociales constituées ? Et pour qui ? 

S’il  s’agit selon l’intention du metteur en scène sud-africain de permettre d’interroger cette grille par un effet de miroir qui permettrait une prise de conscience, cela supposerait alors comme Jean Genet l’avait prescrit à l’époque pour Les Nègres de s’adresser aux seuls blancs puisqu’il semblerait, selon Bailey, qu’ils soient les seuls responsables des situations d’oppression qu’il veut dénoncer.

Étrangement pourtant, ce n’est pas au cœur des 7e et 8e arrondissements de Paris mais bien à Saint-Denis et dans le 19e arrondissement que ce spectacle va être montré. Pourquoi et à quelles fins ? 

Que penser de cette répétition ad nauseam, dans les rares occasions où les Noirs sont enfin visibles, des mêmes postures de victimes muettes, toujours objets et si rarement sujets. Toujours à la marge –  de l’humanité, de l’histoire, de la société –  anciens esclaves, anciens colonisés, éternels sans papiers, jamais porteurs d’une parole qui leur soit propre et des rêves qu’ils auraient à offrir au monde.

On nous parle préparation pédagogique auprès du public et notamment des jeunes. Préparation à quoi ? Á ne jamais se voir dans l’espace culturel français tels qu’ils sont, vivants, créatifs, présents ?

Ne serait-il pas tout autant inspirant et constructif pour tous de permettre l’expression d’autres visions dans l’espace culturel français ?

C’est pour répondre à cette nécessité que nous avons fondé la compagnie Quelle heure est-il ? Produire des œuvres scéniques et audiovisuelles qui soient en relation avec les multiplicités culturelles de la société française. Décloisonner les imaginaires. L’enjeu est de taille. Il en va de ce fameux vivre ensemble tant prôné, si peu visible.

Ne nous trompons pas de débat ni d’enjeu. Le problème ici n’est pas celui de l’installation de Bailey, aussi discutable soit-elle, mais celui d’un défaut de volonté des institutions françaises à accepter et promouvoir ceux qu’elles désignent pudiquement de « minorités visibles ».

J’irais même plus loin. Il faut reconnaître à l’œuvre de Bailey le mérite de permettre de poser au grand jour la question des représentations d’une grande partie de la population française dans l’espace public qui ne se voit jamais dans la complexité et la richesse de ses histoires. Des histoires de femmes et d’hommes, qui ne saurait se réduire à un catalogue pour tanneurs de peau.

Les théâtres sont le lieu de construction des représentations poétiques, sociales et des imaginaires. Que dire alors du fait que des lieux de haute visibilité, comme le TGP et le Centquatre, ouvrent leur scène à Exhibit B, au nom d’un engagement en faveur de la diversité, alors que les créateurs de cette diversité sont absentés de ces mêmes lieux ?

 Que dire des lieux culturels de notre département, le 93, reclus dans un entre-soi monochrome, communautariste, laissant à la porte dix années de politique de diversité ?

Quelle importance accorder alors à l’annulation ou non d’Exhibit B ?

La question est-elle de ne plus avoir à subir de telles représentations ou de pouvoir être vu ? La mise sous silence d’un point de vue réducteur et dégradant pour certains,  suffira-t-elle à garantir la mise en lumière d’autres points de vue ?

Alors ?

Alors, ce qui nous importe avant tout c’est que grâce, à partir, contre, ou par devers Exhibit B soit posée la question des enjeux démocratiques d’une véritable liberté artistique

Pour décoloniser les imaginaires des enclos communautaristes où ils croupissent, pour que l’égalité des femmes et des hommes soit celle du droit de toutes les citoyennes et citoyens de ce pays à disposer de leur corps, de leur esprit, et des variations de leurs identités.

Á suivre…

Myriam Tadessé, pour Qheil.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Art
Trafic d’antiquités : l’art du blanchiment
La mise en examen de l’ancien directeur du Louvre, Jean-Luc Martinez, a mis en lumière l’essor pris par le pillage des sites archéologiques. Les objets se retrouvent ensuite dans les maisons de ventes et les galeries occidentales  prestigieuses. Plongée au cœur d’un circuit opaque et tentaculaire.
par Antoine Pecqueur
Journal — France
Sarkozy-Kadhafi : des mises en examen dans l’opération Hannibal
Une partie de l’équipe impliquée dans la fausse rétractation de Ziad Takieddine a été mise en examen en juin pour « corruption d’agent public étranger », pour avoir tenté de faire libérer le fils de Mouammar Kadhafi, Hannibal, incarcéré au Liban. Noël Dubus, qui pilotait l’opération, a été écroué vendredi.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal
Blast, BHL et le Qatar : ce qu’a dit la justice
Bernard-Henri Lévy a perdu son procès en appel contre le média Blast, qui le présentait comme le possible bénéficiaire d’un financement du Qatar. Le philosophe critique l’interprétation de l’arrêt faite par le directeur du site d’information.
par Yann Philippin
Journal
« Ouvrez l’Élysée » : échangez avec Usul et Ostpolitik
Venez échanger avec Usul et Ostpolitik d’« Ouvrez les guillemets », qui ont chroniqué toute la campagne un lundi sur deux. Posez vos questions en direct.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Est-ce la fin du Bac Pro ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée à l'enseignement professionnel. Dans un tweet daté du 17 mars, elle expliquait vouloir "une réforme du lycée professionnel sur le modèle de l'apprentissage" laissant présager d’un bouleversement de l’éducation nationale.
par Germain Filo
Billet de blog
Sous Macron, l'écologie chute en 10ème place mais l'homophobie se classe en 1ère
Au dernier remaniement, plusieurs homophobes rentrent définitivement au gouvernement. Le plus notable, Christophe Béchu, maire d'Angers, devient Ministre de la transition écologique, domaine où il n'a aucune compétence. Le rang protocolaire du Ministère de l’Ecologie, lui, passe du 5ème au 10ème rang.
par misterjbl
Billet de blog
Boone : « La pauvreté est contenue »
Quand l’économiste Laurence Boone considérait que « l’argent est très bien redistribué vers les pauvres » et quand le chef de l’État fustige les « profiteurs de guerre ». Petit retour également sur les Gilets jaunes d’avant les Gilets jaunes.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Un ministère au double intitulé et à la double tutelle pour un double jeu ?
Carole Grandjean vient d'être nommée ministre déléguée en charge de l'Enseignement et de la formation professionnels auprès du ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse mais aussi du ministre du Travail. Cet intitulé et cette double tutelle n'ont pas de précédent. Serait-ce propice à un double jeu ?
par claude lelièvre