Business as usual

Dans quelques heures, il sera minuit, nous entrerons dans l'année 2020.

Dans quelques heures, il sera minuit, nous entrerons dans l'année 2020.

Mon épouse vient de se retirer dans la chambre pour endormir notre petite fille de 5 mois, elle se mettront certainement au lit ensemble, comme tout les jours, la nuit étant le moment le plus favorable à l'allaitement en cododo.

Comme souvent le soir, quand le calme est revenu dans la maison, j'en profite pour jeter un œil sur l'actualité en parcourant un peu la toile en écoutant de la musique en sourdine.

Donc, que me "raconte" les infos de la journée et de la soirée du 31 décembre 2019. En fait, rien de différent des autres jours ! Même le "discours" d'Emmanuel Macron, résumé par Libé, est aussi vide de contenu que ses autres discours et peut se résumer par "On ne change pas un système qui gagne".

L'entrée dans la décennie 2020 n'aurait-elle pas du amener quelques changements dans ce discours présidentiel ?

2020-2030, n'est-ce pas la décennie annoncée par le club de Rome voici presque 50 ans comme la "porte d'entrée" en barbarie ?

Visiblement, Emmanuel Macron ne connait pas le club de Rome !

Il n'est pas le seul car qu'avons nous fait depuis 50 ans pour éviter ce rendez-vous ?

Collectivement et individuellement, qu'avons nous fait pendant ces 50 dernières années, et surtout ces vingt dernières années, depuis qu'il est impossible d'ignorer que notre société, notre civilisation s'effondrera avant le milieu de ce siècle ?

J'écris bien sur cela pour nous, le "nous" qui vivons dans des pays globalement prospères même si de plus en plus inégalitaires !

Avons nous ces vingt dernières années voté massivement pour des "dirigeants" conscient du "petit" problème qui concerne toute la planète et qui ont prit les bonnes décisions pour nous éviter le choc d'un effondrement brutal ?

Avons nous renoncé à notre pot de Palmella de la semaine, un seul pot par semaine pour les moins gourmands bien sur ?

Le pot de Palmella est un choix "symbolique" dans ce cas, nous avons tous dans nos placards et notre frigo des dizaines de produits tout aussi nocifs pour la planète et pour la santé de nos enfants que le Palmella, mais bon, "il n'y a pas de mal à se faire du mal", d'autant plus que ces enfants n'ayant pas d'avenir, autant qu'ils en profitent encore quelques années …

J'ai l'air bien sombre pour une soirée du 31 décembre qui devrait être "festive", pourquoi ne suis-je pas en train de participer à la traditionnelle gabegie de fin d'année, au grand "sacrifice rituel" de la saint Sylvestre qui suit le non moins traditionnel grand gaspillage du 25 décembre ?

Pragmatiquement, j'aurais envie de réponde que j'ai horreur de me sentir mal le lendemain !

Et surtout, ayant renoncé voici pas mal d'années à l'indispensable consommation de cadavres d'animaux sous toutes ses formes et de boissons joyeusement Xcidée pour la traditionnelle nuit du 31 décembre, je passe habituellement maintenant la soirée en petit comité avec quelques amis rabat-joies de mon espèce à brouter quelques salades, alimentation préférée comme vous le savez tous des végétariens et encore plus des végétaliens. L'arrivée d'une adorable demoiselle cet été a modifié notre programme, ce qui me permet de réfléchir cette nuit tranquillement sur les années qui arrivent.

Je ne suis pas sombre mais un peu triste, je me demande si amener un âme à s'incarner dans le monde qui se prépare n'était pas un acte d'un grand égoïsme ?

La réponse est bien sur "oui", je voulais l'appeler Murphy, les fans du film Interstellar comprendront pourquoi, mais mon épouse s'y est opposée. Si vous n'avez pas vu ce film, je vous le recommande vivement.

Revenons en au Club de Rome, je n'aime pas beaucoup les chiffres mais voici un petit graphique simple à interpréter. Cette version a été réactualisée en 2010 et vous constaterez que pour des projections datant de 1972, c'était plutôt "pas mal". Vous remarquerez également que la chute brutale des courbes se situe bien autour de 2020 ! Donc, demain …

club de Rome club de Rome

Il est 23h50, voici déjà 2h que j'écris ces quelques lignes, demain est presque arrivé. Je vais donc m'arrêter ici en vous laissant, demain, méditer sur ce graphique.

Je remercie les quelques médiapartiens qui auront peut-être prit quelques minutes pour me lire et en vous souhaitant de bien profiter de l'année qui vient car ils nous restent, j'espère, quelques années "heureuses". Essayons donc d'en profiter même si cela est de plus en plus difficile pour de plus en plus d’entre-nous. Mais une chose est maintenant certaine, la situation ne fera que s'aggraver !

Bonne et heureuse année à tous.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.