Tanguy Allard
Abonné·e de Mediapart

112 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 mars 2013

A l'UMP, la peur de soutenir les socialistes

Tanguy Allard
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il paraîtrait que les parlementaires UMP ne sauraient trop se mettre d'accord - en soi, c'est loin d'être une surprise... - sur ce qu'ils vont devoir prochainement voter au Parlement : pour ou contre le projet de loi de réforme du marché du travail. Rappelons-le, il s'agit du texte que présentera le gouvernement suite à l'accord national interprofessionnel, signé le 11 janvier entre les partenaires sociaux. Certains du moins, puisque quelques syndicats, pas d'accord du tout, ont manifesté aujourd'hui. 

Cruel dilemme pour les parlementaires UMP ! Voter pour ? Voter contre ? Telle est la question ! 

Ils voteraient bien pour, car un gouvernement sous le si adulé Sarkozy n'aurait pas pondu mieux comme texte, et encore sans s'embêter à consulter les partenaires sociaux... On plaisante : le Medef aurait tout de même été consulté ! Là, il a fallu attendre que le Medef impose ses conditions aux syndicats, mais le résultat est le même. Ce qui en dit long sur le caractère très "socialiste" du futur texte de loi... D'un autre côté, ils ont peur de passer pour les soutiens des méchants socialos ! Alors on se dédouane comme on peut.

Xavier Bertrand, ex-ministre du Travail, dit avoir peur du devenir du Parlement : "M. Sapin a montré les muscles devant sa majorité en leur demandant de ne pas modifier le texte, mais ça pose une réelle question du rôle du Parlement : est-ce qu'il est destiné à devenir une chambre d'enregistrement ?" Il est vrai que, sous M. Sarkozy, le Parlement et sa majorité UMP n'étaient pas du tout une chambre d'enregistrement agissant sous les oukases de son gouvernement et de son président...

M. Copé, le très démocrate président de l'UMP, votera pour, mais dit avoir peur de voir les députés PS durcir le texte : "C'est ça ma grande inquiétude, quand j'entend les députés PS dire qu'ils vont l'abîmer avec des contraintes supplémentaires sur les entreprises". C'est vrai ça ! On pourrait peut-être même réintroduire le salaire et l'embauche journaliers, ça libérerait encore plus les entreprises de toute contrainte...

De toute façon, l'UMP n'osera pas voter contre, voire même trop critiquer, puisque le Medef, par la voix de sa tout aussi démocrate présidente Laurence Parisot, s'en satisfait : "Nous avons été très écoutés, je crois, largement compris ce matin. Peut-être que des choses vont se passer d'une façon que nous n'avons encore jamais connue dans notre démocratie sociale et politique". 

Si le Medef, bien connu pour sa profonde fibre sociale et ouvrière, s'en satisfait, alors l'UMP n'a pas à s'inquiéter. C'est qu'elle peut soutenir à fond ce texte qui n'aura de socialiste que le nom, tout comme le gouvernement qui l'a pondu.

On en aurait presque l'impression que le précédent gouvernement est toujours en place...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal
Valérie Pécresse, l’espoir inattendu de la droite
La présidente de la région Île-de-France a remporté le second tour du congrès organisé par Les Républicains, en devançant nettement Éric Ciotti. Désormais candidate de son camp, elle devra résoudre l’équation de son positionnement face à Emmanuel Macron.
par Ilyes Ramdani
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin
Journal
Sous-effectif, précarité, règles obsolètes : le tracing est débordé par le coronavirus
L’assurance-maladie et les ARS, chargées du tracing des cas contacts, s’appuient sur un personnel précaire, rappelé en catastrophe à chaque rebond épidémique. Les cas contacts et une partie des cas positifs ne sont plus interrogés. Des clusters passent inaperçus.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Du local au global, le mouvement climat assume de vouloir « faire école »
Finies les batailles en solitaire : le mouvement climat adossé aux luttes locales théorise désormais de voir les choses en grand. Un effort stratégique indispensable pour contrer l’appétit sans cesse renouvelé des aménageurs et industriels pour les « mégaprojets » et une certaine inertie politique.
par Mathilde Goanec

La sélection du Club

Billet de blog
Ah, « Le passé » !
Dans « Le passé », Julien Gosselin circule pour la première fois dans l’œuvre d’un écrivain d’un autre temps, le russe Léonid Andréïev. Il s’y sent bien, les comédiens fidèles de sa compagnie aussi, le théâtre tire grand profit des 4h30 de ce voyage dans ses malles aérées d’aujourd’hui.Aaaaah!
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Sénèque juste avant la fin du monde (ou presque)
Vincent Menjou-Cortès et le collectif Salut Martine s'emparent des tragédies de Sénèque qu'ils propulsent dans le futur, à la veille de la fin du monde pour conter par bribes un huis clos dans lequel quatre personnages reclus n’en finissent pas d’attendre la mort. « L'injustice des rêves », farce d'anticipation à l’issue inévitablement tragique, observe le monde s'entretuer.
par guillaume lasserre
Billet de blog
« Une autre vie est possible », d’Olga Duhamel-Noyer. Poings levés & idéaux perdus
« La grandeur des idées versus les démons du quotidien, la panique, l'impuissance d’une femme devant un bras masculin, ivre de lui-même, qui prend son élan »
par Frederic L'Helgoualch
Billet de blog
J'aurais dû m'appeler Aïcha VS Corinne, chronique de l'assimilation en milieu hostile
« J’aurai dû m’appeler Aïcha » est le titre de la conférence gesticulée de Nadège De Vaulx. Elle y porte un regard sur les questions d’identité, de racisme à travers son expérience de vie ! Je propose d'en présenter les grands traits, et à l’appui d’éléments de contexte de pointer les réalités et les travers du fameux « modèle républicain d’intégration ».
par mustapha boudjemai