Tanguy Allard
Abonné·e de Mediapart

112 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 mars 2013

Le beau socialisme à la Chinoise

Tanguy Allard
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Xi Jinping, nouveau président chinois, a prononcé aujourd'hui son premier discours. Il s'y est voulu déterminé à porter son pays toujours plus haut, appelant à une "renaissance de la nation chinoise" par le combat "pour la cause du socialisme". Un nouvel espoir pour les damnés de la Terre ? Euh... non, pas vraiment car il a ajouté "la cause du socialisme aux couleurs de la Chine". Rappelons-nous, il s'agit de cette superpuissance "communiste" qui s'est ouverte au capitalisme il y a déjà plusieurs décennies, et en a adopté les pratiques les plus sauvages. Et si les travailleurs chinois nageaient dans le bonheur, on le saurait...

D'un autre côté, M. Jinping a appelépour réaliser le rêve chinois, à "promouvoir l'esprit chinois. C'est à dire l'esprit national centré autour du patriotisme". Mais, au fait, le socialisme n'est-il pas, à la base, ce fameux mouvement internationaliste qui fit si peur aux grandes puissances capitalistes aux XIXe et XXe siècles ? 

Enfin, et parmi tant d'autres joyeusetés, M. Jinping a appelé les soldats et officiers de l'Armée populaire et de la police militaire, guidés par le Parti (communiste chinois, ou PCC), à être "capables de remporter des combats et avoir l'objectif d'une armée forte et disciplinée". Eh oui, la Chine est notamment en bisbille avec le Japon en ce moment pour le simple et stupide prétexte d'un petit archipel inhabité (ou presque). Donc, la Chine se prépare à une guerre... Mais, au fait, le socialisme n'est-il pas censé, si on cherche bien, être un mouvement antimilitariste ? 

Voilà un monsieur qui, en un discours, est arrivé à concilier nationalisme, militarisme, voire impérialisme, avec socialisme. C'est fort, très fort. Et on va encore s'étonner que le mot "socialisme" fait peur... 

Mais au fait, le socialisme n'est-il pas aussi, à la base encore une fois, l'idéologie ayant pour objectif l'amélioration de la condition des travailleurs, opprimés et pressurés par le capitalisme sauvage ? Oui, parlons-en, qu'en est-il du sort des centaines de millions de travailleurs chinois, travaillant un nombre d'heures indécent pour une misère que daignent leur lâcher les grands capitalistes locaux, souvent caciques du PCC soit dit en passant, et étrangers installés en Chine ? 

Bof ! Le grand marxiste qu'est M. Jinping semble n'y avoir pas pensé ou, pire, s'en fout. C'est sans doute cela le socialisme à la chinoise...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’impunité et la lâcheté des puissants
Après la révélation des accusations contre l’ancien ministre, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire. Au-delà de son devenir judiciaire, cette affaire nous interpelle sur l’insuffisance de la lutte contre les violences sexuelles et sur l’impunité des sphères de pouvoir.
par Lénaïg Bredoux
Journal — International
Des deux côtés de la Manche : la politique du blâme
Londres et Paris se renvoient la responsabilité à la suite du naufrage qui a coûté la vie à 27 demandeurs d’asile le 24 novembre. Après une lettre que Boris Johnson a adressée à Emmanuel Macron et publiée sur Twitter, le gouvernement français a désinvité la ministre de l’intérieur britannique lors des pourparlers européens prévus à Calais ce dimanche.
par Marie Billon
Journal — International
Des entreprises françaises parmi les bénéficiaires d’un possible réseau de blanchiment
Les 3,5 millions de documents bancaires de « Congo hold-up » permettent d’identifier un réseau d’entreprises, opérant dans la communauté indienne de RDC, qui pourraient avoir blanchi des centaines de millions de dollars. Plusieurs entreprises françaises figurent parmi les bénéficiaires.
par Justine Brabant et Sonia Rolley (RFI)
Journal — International
Paris et Rome s’accordent a minima pour peser dans l’après-Merkel européen
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi