Les idées lumineuses de Mr Migaud

Il paraîtrait que Didier Migaud, premier président de la Cour des Comptes, a livré hier un certain nombre de nouvelles idées afin d'augmenter encore les recettes de l'Etat, dans l'optique de la réduction du déficit public. Objectif de ces nouvelles pistes données par Mr Migaud : aider toujours plus les revenus les plus faibles à boucler leurs fins de mois... en négatif.

- Fiscalisation des prestations sociales au titre des allocations familiales, car elles s'intègrent dans les revenus finalement, ou du moins leur baisse et leur plafonnement. En voilà une bonne idée qui... ne va pas relancer la consommation des ménages déjà fragilisés par la crise ! Et qui, du même coup, va encore réduire les recettes dues à cet impôt si juste qu'est la TVA... Du coup, le milliard récolté par la fiscalisation des alloc' en 2013 (1,5 milliard en 2014), ne fera que compenser la baisse des recettes de TVA, non ? Ce qu'il est futé ce Mr Migaud !

- Fiscalisation de la majoration de la pension de retraite des parents de plus de trois enfants, qui pourrait rapporter 800 millions en plus à l'Etat. En voilà une idée qui va encourager la natalité dans les générations à venir ! Ce qu'il est fort ce Mr Migaud ! 

- Désindexation des pensions du régime général des retraites par rapport à l'inflation, voire tout simplement gel de ces pensions. Etant donné qu'il semblait être déjà question, dans une future réforme des retraites de désindexer les pensions des régimes spéciaux, avant extension au régime général, les pensionnés du régime général doivent-ils finalement s'attendre à voir leur pension coupée en deux lors de la prochaine réforme des retraites pendant qu'on y est ? (http://www.blogger.com/blogger.g?blogID=7835306628344789751#editor/target=post;postID=1695906733423795557;onPublishedMenu=allposts;onClosedMenu=allposts;postNum=16;src=postname). Une future réforme des retraites déjà initiée par la Cour des Comptes. Mr Migaud a quelque chose contre les vieux ?
- Réduction des aides aux entreprises. La plus grande partie des aides publiques étant déjà accaparées par les plus grosses boîtes, celles-ci se rattraperont en licenciant ou en gelant les salaires de leurs travailleurs ; quant aux petites, cela achèvera de les faire couler. Mr Migaud est décidément un farouche défenseur de la relance économique...
L'argument magique de Mr Migaud est que "personne ne doit être à l'écart de l'effort". Ce que Mr Migaud omet, c'est que tous ces gens qu'il vise ici, aux revenus pas forcément conséquents, contribuent déjà à l'effort avec la TVA, qui les touche eux en premier, et qui a été augmentée lors de la sortie du "pacte de compétitivité", rappelons-nous...
Dans tout cela, Mr Migaud n'a pas parlé d'autres coupes sur lesquelles la Cour des Comptes planche forcément déjà : la coupe 1000 euros sur son propre salaire, sur celui de ses collègues de la Cour, sur celui de chaque député et sénateur, sur celui de chaque ministre et sous-ministre, sur celui des PDG d'entreprises publiques - même si, pour ces pauvres gens, il a déjà été plafonné à 450 000 euros par an... -, sur celui...
Comment ? Ah, on nous signale que ce n'est pas prévu dans les suggestions de la Cour des Comptes. Un oubli, certainement...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.