Discuter du droit de vote des étrangers aux élections municipales... après les élections municipales. Logique !

Ainsi donc une échéance a été trouvée pour discuter (enfin !) du droit de vote des étrangers aux élections municipales s'entend. Ce sera en 2014, mais après les élections municipales du mois de mars. Donc, quoi qu'il arrive, les étrangers pourront se brosser pour voter l'année prochaine, une fois de plus. Décision de papa François, dont il s'est expliqué hier lors de son grand oral de passage en deuxième année.

Il a effectivement dit vouloir repousser le texte sur le droit de vote des étrangers extra-communautaires après les élections de 2014 car, a-t-il dit, "je sais que l'opposition n'en veut pas et je ne veux pas donner l'impression que nous chercherions avant les élections municipales à imposer les enjeux".

Ce serait donc ça ? Papa François voudrait ménager l'opposition. Il le lui doit bien, quand on y pense. C'est vrai, elle qui a été si tendre avec lui depuis son arrivée au pouvoir il y a un an, qui s'est déjà laissé imposer la loi sur le mariage pour tous - définitivement validée aujourd'hui par le Conseil constitutionnel - sans piper un mot alors qu'il paraît qu'elle était contre. Quelqu'un a entendu quelque chose ? Papa François n'allait pas rajouter en plus le droit de vote des étrangers. Cette opposition si tendre aurait fini par se fâcher...

Plus sérieusement, cela aurait été autant d'électeurs en plus qui auraient pu voter socialo aux municipales l'année prochaine, ce qui n'aurait certainement pas fait de mal aux candidats PS, dont beaucoup auront un mal de chien à garder leur place de maire... Enfin, ainsi fonctionne la logique politique de notre papa François national : contenter tout le monde. On imagine son traumatisme face au pataquès provoqué par le mariage pour tous. Il n'allait pas recommencer directement avec le droit de vote des étrangers...

En fait, sous prétexte de ménager l'opposition, il se ménage surtout lui-même. Enfin, il n'y a qu'une bonne trentaine d'année que les socialos ont promis le droit de vote aux étrangers. Ils ne sont plus à ça près, ils peuvent bien attendre encore une trentaine d'années... 

Et arrêter les logiques politicarde idiotes, arrêter de tourner autour du pot, assumer ce que l'on promet, ça dit quelque chose à quelqu'un ? Voilà qui changerait...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.