Tanguy Allard
Abonné·e de Mediapart

112 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 mars 2013

Horreur !

Tanguy Allard
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Horreur dans les chaumières ce soir ! Une nouvelle fracassante est tombée : Jérôme Cahuzac, notre ministre délégué au Budget, a été démissionné par l'Elysée, à sa propre demande. Cela suite à l'ouverture d'une information judiciaire pour "blanchiment de fraude fiscale". Cela même suite à l'ouverture d'une enquête préliminaire le 8 janvier dernier pour le même motif. Cela enfin suite à un mois de bras de fer entre M. Cahuzac et le site Mediapart, qui a abouti à la révélation d'un enregistrement audio dans lequel M. Cahuzac révélait bien involontairement détenir un comte à l'Union des Banques Suisses (UBS) de Genève.

Malgré cela, durant des semaines, M. Cahuzac a continué à nier, surtout après que l'UBS a déclaré aux autorités suisses, qui se sont empressées de faire passer l'info à notre ministère de l'Economie et des Finances, que M. Cahuzac n'avait pas de compte chez elle depuis 2006. Ce qui fait qu'il ne pouvait donc logiquement pas y avoir fermé de compte en 2010, comme l'affirmait Mediapart.

Et on ne pouvait que le croire. Premièrement parce qu'un ministre ne ment jamais à ses concitoyens, c'est bien connu. Deuxièmement parce qu'une banque ne ment jamais aux autorités, c'est bien connu aussi. Enfin parce qu'une source du ministère de l'Economie et des Finances avait affirmé au JDD qu'"imaginer une seule seconde que les autorités suisses aient pu faire une réponse de complaisance [était] tout simplement absurde".

Et là, paf ! On apprend que M. Cahuzac doit démissionner car l'enquête préliminaire du 8 janvier, témoins et expertises à l'appui, a authentifié l'enregistrement audio, que M. Cahuzac tenait pour faux depuis deux mois. Ce qui rend M. Cahuzac coupable de mensonge envers la justice et ses concitoyens. Horreur ! 

Dire qu'on pensait que les ministres et les autorités étaient irréprochables et ne mentaient jamais. Dire qu'on pensait que les banques ne mentaient jamais à personne. Et là, M. Cahuzac - un ministre s'il vous plait ! - nous aurait menti ? La banque UBS nous aurait menti ? Les autorités suisses seraient complices de ce mensonge ? 

Quel choc ! Tout cela est si inhabituel de la part d'autorités si respectueuses des peuples qu'elles dirigent...

Lire aussi : 

http://boufcemon.blogspot.fr/2013/02/cahuzac-blanchi-na-jamais-doute-de-son.html

http://boufcemon.blogspot.fr/2013/03/m-cahuzac-jamais-inquiet.html

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — International
Comment les Chinois ont corrompu les Kabila pour un contrat minier géant
Une société-écran, alimentée par deux sociétés d’État chinoises détentrices du plus gros contrat minier de l’histoire de la RDC, a versé au moins 30 millions de dollars à la famille et au premier cercle de l’ancien président Joseph Kabila. Sa famille a aussi obtenu en secret des parts dans l’autoroute et le barrage liés à la mine.
par Yann Philippin et Sonia Rolley (RFI)
Journal — International
Des millions volés à l’État ont financé un retrait de cash par le directeur financier de Kabila
L’entreprise congolaise Egal, qui a détourné 43 millions de dollars de fonds publics en 2013, en a reversé 3,3 millions sur un compte de la présidence de la République de RDC afin de compenser un retrait d’espèces effectué par le directeur financier du président Joseph Kabila.
par Yann Philippin
Journal — International
Russie : pourquoi le Kremlin veut en finir avec Memorial
L’historien Nicolas Werth explique les enjeux de la possible dissolution, par la justice russe, de l’ONG Memorial. Celle-ci se consacre à documenter les crimes de la période soviétique, mettant ainsi des bâtons dans les roues du roman national poutinien.
par Antoine Perraud
Journal — France
Mosquée « pro-djihad » : au Conseil d’État, le ministère de l’intérieur se débat dans ses notes blanches
Vendredi 26 novembre, le Conseil d’État a examiné le référé de la mosquée d’Allonnes (Sarthe), qui conteste sa fermeture pour six mois ordonnée par arrêté préfectoral le 25 octobre. Devant les magistrats, la valeur de feuilles volantes sans en-tête, date ni signature, a semblé s’imposer face aux arguments étayés de la défense. Compte-rendu.
par Lou Syrah

La sélection du Club

Billet de blog
« Murs de papiers »
[Archive] Olivier Cousin, dans son dernier film, nous donne à voir ce qu’est la vie des sans-papiers à travers une permanence d’accueil de la Cimade : des chemins de l’exil aux mille dangers, des parcours du combattant face à une administration française kafkaïenne, la fin de la peur et l'espérance en une vie meilleure, apaisée.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
« Ailleurs, partout » : d’autres images des migrations
« Ailleurs, partout », d’Isabelle Ingold & Vivianne Perelmuter, sort le 1er décembre. Le documentaire offre une passionnante réflexion sur les paradoxes de la géographie contemporaine, entre fausse ubiquité du cyberespace et vrais obstacles aux migrations. Rencontre avec les deux réalisatrices. (Entretien avec Nashidil Rouiaï & Manouk Borzakian)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Avec le poids des morts
« Chaque famille, en Côte d'Ivoire, par exemple, est touchée. Tu vois le désastre, dans la mienne ? On assiste à une tragédie impensable ». C. témoigne : après un frère perdu en Libye, un neveu disparu en mer, il est allé reconnaître le corps de sa belle-sœur, dont le bateau a fait naufrage le 17 juin 2021 aux abords de Lanzarote, à Orzola.
par marie cosnay
Billet de blog
« L’Héroïque Lande - La Frontière brûle » : des vies électriques
[Archive] «L'Héroïque Lande. La Frontière brûle», réalisé par Elisabeth Perceval et Nicolas Klotz, renverse les attendus d'un film «sur» La Jungle de Calais, pour sonder les puissances politiques et sensibles du cinéma, avec des images qui s'imaginent depuis une Zone et avec ses fugitifs.
par Robert Bonamy