Tanguy Allard
Abonné·e de Mediapart

112 Billets

0 Édition

Billet de blog 31 oct. 2012

Tanguy Allard
Abonné·e de Mediapart

Amuseurs de gauche et de droite

Tanguy Allard
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les 35 heures ont une nouvelle fois occupé quelques heures nos amuseurs publics, de gauche comme de droite.

La gauche au pouvoir nous amuse à ses dépends par l'intermédiaire de la grande équipe ministérielle. Là, encore mieux que les fois précédentes. Au contraire de l'affaire du cannabis de Peillon, et de tant d'autres, hier c'est le premier ministre lui-même qui s'est fait remettre en place par son ministre du Travail. Tout ça pour avoir déclaré qu'il ne refusait pas le débat sur le retour aux 39 heures. Ce qui fait que Mr Ayrault et d'autres sont revenus sur ses propos, tout en les confirmant, mais en assurant que rien ne changera. Le "one government show continue".

La droite nous amuse aux dépends en ironisant sur "l'éphémère éclair de lucidité" de Mr Ayrault (Fillon). Ce dernier a même fait rêver Mr Copé, qui a cru voir "le courage politique le revêtir". Et tous, en choeur d'en rajouter, une couche sur la chappe - déjà très épaisse - de "couacs", de "cacophonie" et "d'amateurisme" qui pèse sur la tête de nos gouvernants. Tout en oubliant bien de souligner qu'en 10 ans de droite au pouvoir, pas un seul gouvernement n'a eu le "courage politique" de s'attaquer aux 35 heures. Amusants personnages...

Mais, question : qu'en pensent les millions de travailleurs qui ont perdu leur emploi ces dernières années à cause de la rapacité des actionnaires et dirigeants de géants économiques d'une part, de l'impéritie des gouvernements (de droite...) d'autre part ?

Bof ! Ces grands messieurs s'en foutent. 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte