Tanguy Sandré
Doctorant
Abonné·e de Mediapart

7 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 févr. 2021

Groenland : Kuannersuit mine la coalition au pouvoir

Trois mois après l’élection d’Erik Jensen à la présidence du Siumut, le principal parti du Groenland, et le revirement de la nouvelle direction du parti sur le projet minier Kuannersuit, à Narsaq, les membres du parlement groenlandais ont voté la tenue d'élections anticipées le 6 avril.

Tanguy Sandré
Doctorant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Défait en novembre 2020 à la tête de son parti, le Siumut, par Erik Jensen, le Premier Ministre groenlandais, Kim Kielsen, se trouve dés lors dans une posture instable. Traditionnellement, le président du parti maritaire, en l'occurence le Siumut, dirige le gouvernement groenlandais (le Naalakkersuisut)[1]. Ces dernières semaines, des négociations sont menées par la nouvelle direction en vue de former une nouvelle coalition.

Parallèlement, en janvier, le projet minier de Kuannersuit (Narsaq) entre dans une phase de consultation, qui doit permettre in fine la délivrance d’un permis pour l'extraction de terres rares, d’uranium et de fluorure de sodium. Certain·es y voient, outre une opportunité économique, une des conditions à l'approfondissement de l'autonomie du pays dans sa quête d'indépendance. L’étude d’impact environnemental présentée par Greenland Minerals à l'origine du projet, et son actionnaire chinois Shenghe Resources, a été retoquée à trois reprises avant d'être finalement validée[2]. La consultation publique qui doit se terminer le 1 juin apparaît comme une formalité.

Bien qu'axant son discours sur l’indépendance, la nouvelle direction du Siumut exprime, courant janvier, sa défiance vis-à-vis du projet minier et souhaite le report de la consultation, faisant valoir les conditions sanitaires actuelles, de nature à empêcher certain·es expert·es de s'exprimer [3]. Ce projet, qui inclut notamment la construction d'une centrale de cogénération au diesel est également pointé du doigt sur le plan environnemental et climatique. Il pourrait participer à augmenter les émissions de CO2 du Groenland de 45%. Pour mémoire, à la suite de l’Accord de Paris, le Groenland n’a pas pris d’engagements à la baisse pour ces émissions de CO2. Selon la société australienne Greenland Minerals, le Groenland émet actuellement 9,7t de CO2 par habitant et par an. Le projet minier porterait le niveau des émissions groenlandaise à 13,9t de CO2 par par habitant et par an[4]. Les pêcheurs, les éleveurs et les chasseurs craignent également les risques de pollutions des rivières et des sols.

Pour faire valoir cette nouvelle orientation stratégique, les nouveaux·elles dirigeant·es du Siumut ont engagé des négociations de coalitions avec plusieurs partis minoritaires , dont le parti indépendantiste Partii Naleraq, qui dispose de quatre sièges au Inatsisartut - le Parlement monocaméral groenlandais. Le 8 février, le parti se retire des négociations, invoquant son manque de confiance vis-à-vis des dissensions internes au Siumut[5]. Dans le même temps, la coalition gouvernementale s'effrite, et les démocrates décident de se retirer[6]. Alors qu'au sein des organes de directions du Siumut, Erik Jensen et le président du groupe parlementaire, Hermann Berthelsen, souhaite éviter des élections anticipées[7], mardi 16 février, le parlement exprime un vote défiance vis-à-vis du Naalakkersuisut, ouvrant la voie à la tenue d'élection le 6 avril pour le renouvellement de ses membres[8]. Le même jour, se tiendront les élections locales dans les 5 cinq municipalités du pays. D'après les sondages, Inuit Ataqatigiit, parti classé à gauche et connu pour son opposition au projet minier sur le Kuannersuit, devrait obtenir le plus grands de voix, ouvrant potentiellement une remise en cause du projet minier...[9]

A lire sur www.cyclingphd.com

Tanguy Sandré

[1] https://sermitsiaq.ag/erik-jensenforhandlingerne-genoptages-vintersamlingen

[2] https://www.lemonde.fr/international/article/2021/02/17/au-groenland-un-projet-minier-fait-tomber-le-gouvernement_6070261_3210.html

[3] https://sermitsiaq.ag/jens-frederik-kielsenkoalitionen-overlever-ikke-siumuts-kursskifte

[4] https://sermitsiaq.ag/mineprojekt-oege-co2-udledning-markant

[5] https://sermitsiaq.ag/node/227170

[6] https://sermitsiaq.ag/jens-frederik-kielsenkoalitionen-overlever-ikke-siumuts-kursskifte

[7] https://sermitsiaq.ag/siumut-klar-afvaergedagsorden

[8] https://sermitsiaq.ag/dato-inatsisartut-valg-droeftes-i-udvalg

[9] https://sermitsiaq.ag/naalakkersuisutingen-erstatningsansvar-0

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss