Faux pas ou sens de l'anticipation

À sa page 9 du 2 Juillet, Le Monde titre un long article : Medef, le premier faux pas de Roux de Bézieux...

                                         

images-6

 

     À sa page 9 du 2 Juillet,  Le Monde titre un long article : Medef, le premier faut pas de Geoffroy Roux de Bézieux.

  Chers lecteurs et lectrices, pardonnez-nous si beaucoup d'entre vous ne connaissent pas encore Geoffroy Roux de Bézieux. Nous présenterons le personnage en quelques lignes tirées de sa biographie officielle.

(Geoffroy Roux de Bézieux, né à Paris en 1962, est dirigeant de plusieurs sociétés nationales et multinationales, dont la Financière Truffaut. Diplômé de l'École Supérieure des Sciences Économiques (ESSEC) et du master Affaires Internationales de l'Université Paris-Dauphine, il entre en 2007 au conseil de surveillance du constructeur automobile PSA Peugeot-Citroën, dont il devient vice-président . Il est encore aujourd'hui membre de la Commission pour la libération de la croissance française. En 2018, il était élu à la présidence du Medef. En Avril 2019, il se positionne officiellement en faveur d'un recul de l'âge légal de départ à la retraite . « Soit on baisse les pensions, soit on bouge l'âge légal », aurait-il déclaré.)

                                    

images-7

 

         Geoffroy Roux de Bézieux a passé une très mauvaise journée ce jeudi 27. Il ne s'attendait pas à ce que son invitation lancée à Marion Maréchal-Le Pen, invitation à participer à la fin du mois d'Août à l'Université d'été du Medef provoquât un tel tollé.

  Sous la pression du monde médiatique et de son entourage, il a dû annuler cette invitation.  « Vu l'interprétation politique qui en est faite. Et sa perception comme une tribune pour Marion Maréchal Le Pen, ce qui n'était évidemment pas le cas » a-t-il précisé.

  Nous lui rendrons justice sur ce point, ne voulant pas l'accabler d'avoir pour Marion les yeux de Chimène.

(L'expression Avoir les yeux de Chimène, allusion à l'amour secret de Chimène pour Rodrigue (Le Cid de Corneille ) désigne la passion ou le fort intérêt pour une personne particulière. Ainsi s'exprimait Arnaud de Pontmartin, journaliste et critique littéraire, dans un portrait malicieux tiré des Jeudis de Madame Charbonneau : « C'était un beau garçon joufflu, haut en couleur, large d'épaules, ayant l'air heureux au monde et enchanté de sa personne ; le type complet d'un Rodrigue de village pour qui tout Gigondas aurait eu les yeux de Chimène. »)

 

        Nous vous le disions dans notre intitulé, Faux pas au sens de l' anticipation. Faux pas ou faute de goût, notre homme à l'excellente éducation n'en manque pourtant pas. Nous écarterons donc cette hypothèse et en resterons au sens aigu de l'anticipation.

                                

img-0944

 

         Car si l'alternative dans laquelle, au sommet du pouvoir, on semble vouloir nous installer, relayée de plus par tout l'appareil médiatique, si l'alternative venait à se muer en alternance, 2022, 2027, peut-être même avant, ne serait-il pas bon de l'avoir anticipée ?

  Tout dirigeant a vocation à être stratège, à anticiper les événements, à s'y préparer, les tourner à son avantage. Et si Geoffroy Roux de Bézieux est aujourd'hui à la tête du Medef, en responsabilité disent certains, il lui faut penser à l'avenir. L'enfant chéri de l'Élysée n'est pas immortel.

 

          Éric Vuillard, Prix Goncourt 2017 pour son roman L'Ordre du jour, a cette juste et belle formule : « L'Histoire est une manière de regarder le présent ».

                                         

unknown-2

 

  Dans ce roman, se faufilant dans les coulisses de l'événement historique. Éric Vuillard nous relate la rencontre, le 20 Février 1933, du Chancelier Hitler, il n'était pas encore Führer, tout juste désigné chancelier par le Maréchal-Président Hindenburg à l'issue des élections législatives du mois précédent, rencontre avec le gratin du patronat allemand, dont Krupp, Opel, Siemens, BASF, IG Farben, Allianz, Telefunken... Rencontre où fut scellé le soutien financier du grand patronat au parti nazi. Bien plus qu'une banale levée de fonds.

 

          Comparaison n'est pas analogie. La République de Weimar céda le pas au IIIe Reich. Quoi après Macron ?

  Lorsque la configuration politique chargée d'incarner et de promouvoir dans notre pays le Libéralisme – l'alternance Droite - Gauche durant 30 ans, le ni Droite - ni Gauche depuis deux ans  – lorsque cette configuration politique devra céder le pas, qui plus est c'est elle-même qui le met en scène, céder le pas à l'Ilibéralisme, viendra peut-être alors l'heure en France des clones de Trump, Salvini et autres Bolsonaro. Le grand patronat doit être prêt. Et ses dirigeants d'aujourd'hui se doivent de commencer à s'y préparer.

   Reprenant la formule d'Éric Vuillard « L'Histoire est une manière de regarder le présent », République de Weimar, puis fascisme et IIIe Reich, Libéralisme puis Illibéralisme, l'essentiel n'est-il pas de préserver le Capitalisme ?

  « Soyons prêts » aurait confié Geoffroy. L’hypothèse Marion se doit d’être étudiée.

                               

images

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.