tatia
Toujours tenter, derrière les symptômes, d'identifier la maladie ; derrière les faux-semblants, la réalité (Louis Pasteur).
Abonné·e de Mediapart

447 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 oct. 2021

Non solum...sed etiam

Après les ravageuses révélations du Rapport Sauvé sur la pédocriminalité dans l'Église catholique, la nécessité est posée d'un vrai aggiornamento.

tatia
Toujours tenter, derrière les symptômes, d'identifier la maladie ; derrière les faux-semblants, la réalité (Louis Pasteur).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

                                 

          Après les ravageuses révélations du Rapport Sauvé sur la pédocriminalité dans l'Église catholique, la nécessité est posée d'un vrai aggiornamento.

  L'indemnisation des victimes, la demande de pardon, la réforme de la gouvernance de l'Église, la sélection et la formation des séminaristes, toutes celles-ci suffiront-elles à empêcher radicalement, nous voulons dire à la racine, la perpétuation d'un tel mal ? Non solum...sed etiam (Non seulement mais aussi). Y aurait-il d'autres choses à faire, d'autres mesures à prendre ?      

                                 

           Il y a maintenant trois ans, en visite au sanctuaire irlandais de Knock, à l’occasion de la messe de clôture de l'édition 2018 de la Rencontre Mondiale des Familles, le Pape François avait déjà imploré le pardon du Seigneur à ce sujet. C'étaient là ses propres mots :

   « Aucun d'entre nous ne peut se dispenser de se sentir ému par les souffrances de ces enfants auxquels on a volé leur innocence pour les abandonner à la blessure de leurs douloureux souvenirs. Nous avons honte et nous souffrons de ces crimes ignobles. Pardon Seigneur pour ces péchés et la trahisons ressentie par tant de personnes dans la famille de Dieu. »

  Pédophilie. Le mot n'était pas prononcé, mais il était dans toutes les têtes. François, saintes paroles. Resteront-elles en l’Eire ou seront-elles suivies d’effet ? La question rebondit aujourd'hui après les révélations du terrible rapport.

           Nous ne faisons pas partie, et c'est également votre cas, nous en sommes certains, même pour ceux d'entre vous se qualifiant de « bouffeurs de curés », nous ne faisons pas partie de ceux qui pensent que seuls les pervers et les pédophiles sont attirés par la vocation sacerdotale. Nous  cherchons ailleurs l'explication de cette relation perverse entre pédophilie et pratique pastorale.

                                   

     Relation, peut-être la même que celle déjà connue, entre pratique pastorale et zoophilie. Celle qui conduit parfois d'humbles pâtres et bergers isolés dans leurs refuges alpestres à la fornication avec chèvres et brebis. La solitude et la privation.

   Nous cherchons l'explication et pensons l'avoir trouvée, du moins en grande partie : solitude et privation. Désormais, comment y remédier et mettre fin à de telles pratiques coupables.

          Pourquoi cette solitude et cette privation, ce dogme du célibat forcé des prêtres ? Et comment en finir avec lui ? La religion serait-elle en cause ?

(« La misère religieuse et tout à la fois l'expression de la misère réelle et la protestation contre la misère réelle. La religion est le soupir de la créature accablé, l'âme d'un monde sans cœur, de même qu'elle est l'esprit d'un état de choses où il n'est point d'esprit. » Karl Marx)

  Nous avons posé la question à Mariette Greco, docteure en théologie et collaboratrice bien connue du journal La Troix, le grand quotidien catholique de référence.

                                   

          Mariette Greco, bonjour ! Ce n’est pas de chansons dont nous voulons aujourd’hui vous entretenir. C’est à la théologienne que nous nous adressons. Pouvez-vous nous dire si ce dogme du célibat des prêtres est intangible et nous éclairer sur son origine ?

   Vous le savez aussi bien que moi. Le célibat des prêtres n'est pas né avec le christianisme. Il remonte au Moyen Âge, plus de 1000 ans après la mort du Christ. N’entrons pas, cela serait trop complexe, dans le débat byzantin quant aux raisons pour lesquelles, après la scission des deux Églises, l'orientale et la latine, cette dernière a tenu à se distinguer de sa sœur en rendant obligatoire le célibat. Il est bien connu que Jésus n'avait rien dit à ce sujet. Si lui-même n'avait pas pris femme, certains de ces apôtres étaient mariés, tels Pierre et Philippe.

                                   

           Vous nous dites donc Mariette Greco, que ce célibat a correspondu à une décision de l'Église à un moment donné.

   Oui, car durant une très longue période, les prêtres de l'Église latine pouvaient être mariés. Mais, eux et leur femme devaient se conformer à la « continence », cet autre nom de l'abstinence, l'absence de relation charnelle. Cela, bien sûr, fonctionnait plus ou moins bien. Au XIe siècle, le Pape Grégoire VII « purifiait » la situation en imposant le célibat. Nous en sommes là depuis. Comme dans d'autres religions ou cultures, où l'on en est encore à la pratique de l'excision ou au port de la burqa.

          Mais Mariette Greco, qui dit décision historique dit aussi possibilité, autre décision historique, de son annulation. Alors ?

   Oui ! Et voila pourquoi je m'adresse aujourd'hui au Pape François. Cher François, vous seul êtes en mesure de prendre cette décision historique. Je vous en supplie, ayez ce courage. Prenez la et protégez ainsi innombrables enfants à travers le monde. Vous rendrez ainsi également la paix de l'âme à ceux qui auraient pu être leurs tortionnaires.

   La preuve a été faite. Le célibat des prêtres, cela ne marche pas et ne peut pas marcher. Enterrons ce dogme inique et criminel. Cher François, dites stop tout de suite. Moi, Mariette, je vous en conjure, laissez les se marier.

   Et comme l’a si bien chanté Juliette, ce n’était pas un cantique : « Marions les, marions les… »

      « Marions les, marions les

         Je crois qu'ils se ressemblent

         Marions les, marions les

         Ils seront très heureux ensemble... »

                               

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
La commission d’enquête parlementaire ménage Bernard Arnault…
L’audition du patron de LVMH par la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est déroulée de manière aussi calamiteuse que celle de Vincent Bolloré. La plupart des dangers qui pèsent sur l’indépendance et l’honnêteté de la presse ont été passés sous silence.
par Laurent Mauduit
Journal — Médias
… après avoir tenu café du commerce avec Vincent Bolloré
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches nationalistes.
par Laurent Mauduit
Journal
Didier Fassin : « On est dans un basculement qui n’était pas imaginable il y a 5 ans »
Alors que l’état de crise semble être devenu la nouvelle normalité, quelles sont les perspectives pour notre société ? Didier Fassin, directeur d’études à l’EHESS qui publie « La société qui vient », est l’invité d’« À l’air libre ».
par à l’air libre
Journal — Justice
Au procès d’Éric Zemmour, la politique de la chaise vide 
Jugé jeudi pour avoir dit que Philippe Pétain avait « sauvé les Juifs français », Éric Zemmour n’est pas venu à son procès en appel. Faute d’avoir obtenu un renvoi après la présidentielle, son avocat a quitté la salle. Le parquet a requis 10 000 euros d’amende contre le candidat d’extrême droite.
par Camille Polloni

La sélection du Club

Billet de blog
Un grand silence
L'association Vivre dans les monts d'Arrée a examiné le dossier présenté par EDF. Nous demandons, comme nous l'avons fait en 2010 et comme nombre de citoyens le font, que soit tenu un débat public national sur le démantèlement des centrales nucléaires : Brennilis, centrale à démanteler au plus vite.
par Evelyne Sedlak
Billet de blog
Électricité d'État, non merci !
La tension sur le marché de l’électricité et les dernières mesures prises par l’Etat ravivent un débat sur les choix qui ont orienté le système énergétique français depuis deux décennies. Mais la situation actuelle et l'avenir climatique qui s'annonce exigent plus que la promotion nostalgique de l'opérateur national EDF. Par Philippe Eon, philosophe.
par oskar
Billet de blog
Fission ou fusion, le nucléaire c’est le trou noir
Nos réacteurs nucléaires sont en train de sombrer dans une dégénérescente vieillesse ; nos EPR s’embourbent dans une piteuse médiocrité et les docteurs Folamour de la fusion, à supposer qu’ils réussissent, précipiteraient l’autodestruction de notre société de consommation par un effet rebond spectaculaire. Une aubaine pour les hommes les plus riches de la planète, un désastre pour les autres.
par Yves GUILLERAULT
Billet de blog
Notre plan B pour un service public de l'énergie
[Rediffusion] Pour « la construction d’un véritable service public de l’énergie sous contrôle citoyen » et pour garantir efficacité et souveraineté sur l’énergie, celle-ci doit être sortie du marché. Appel co-signé par 80 personnalités politiques, économistes, sociologues, historiens de l’énergie dont Anne Debrégeas, Thomas Piketty, Jean-Luc Mélenchon, Aurélie Trouvé, Gilles Perret, Dominique Meda, Sandrine Rousseau…
par service public énergie