tatia
Toujours tenter, derrière les symptômes, d'identifier la maladie ; derrière les faux-semblants, la réalité (Louis Pasteur).
Abonné·e de Mediapart

468 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 déc. 2015

tatia
Toujours tenter, derrière les symptômes, d'identifier la maladie ; derrière les faux-semblants, la réalité (Louis Pasteur).
Abonné·e de Mediapart

Défaite à la Pyrrhus.

Au soir de la bataille victorieuse d'Héraclée, en 282 av. J.-C., les armées se séparèrent et le roi Pyrrhus Ier d'Epire…

tatia
Toujours tenter, derrière les symptômes, d'identifier la maladie ; derrière les faux-semblants, la réalité (Louis Pasteur).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

(Héraclée en Lucanie, aujourd'hui Policoro - Région de Basilicate - Italie        13 Décembre 2015)

          Nous sommes à Policoro, sur le site de l'antique bataille d'Héraclée entre Rome et le roi Pyrrhus. Au soir de cette bataille d'Héraclée, en 280 av. J.-C., les armées fourbues et ensanglantées se séparèrent. Le roi d'Epire Pyrrhus Ier, nous rapporte Denys d'Halicarnasse, historien romain, le roi Pyrrhus, victorieux, à ses amis qui célébraient sa victoire, répondit abattu et prostré : « Encore une victoire comme celle-là et je serais complètement défait ».

   Pyrrhus Ier fut le roi des Molosses, tribu illyrienne de l'Albanie d'aujourd'hui, et hêgemôn d'Epire. Descendant d'Alexandre le Grand et conquérant ambitieux, il fut l'un des plus redoutables adversaires des premiers temps de la Rome antique. Après avoir considérablement accru le territoire de l'Epire, il devint roi de Macédoine et de Thessalie. Sa force militaire s'appuyait alors sur une arme redoutable, son armée d'éléphants.

    Sur quoi reposait la crainte de Pyrrhus au soir d'Héraclée ? Sur le coût terrible de sa victoire : la perte de ses principaux généraux et, aussi, peut-être le plus effrayant, celle d'un grand nombre de ces fameux éléphants (ils n'étaient pas roses) qui d'habitude semaient l'effroi dans les rangs des troupes adverses.

   La citation est restée célèbre : « Si nous devons emporter une autre victoire comme celle-là, nous sommes perdus ! ». Elle est restée la référence pour désigner une lutte ruineuse pour son vainqueur : une victoire à la Pyrrhus.

   Dans ces conditions, et cette remémoration historique faite, celle d'une victoire à la Pyrrhus, quelle signification que celle de notre intitulé, une Défaite à la Pyrrhus ? Nous y venons.

           Au soir du désastre électoral, certains utilisant même le terme d'Héraclée électorales, électorales au pluriel car survenant après celle de 2014 après J.-C., et, toujours après J.-C., celles de Mars 2015 et Décembre 2015, le roi du Pire (autre contrée que celle d'Epire) Hollande 1er aurait laissé transparaître une ambivalente satisfaction.

   Ses troupes taillées en pièces, son armée d'éléphants, roses ceux là, ayant succombé, il aurait, à un esclave, son confident éploré et désespéré, confié : « Défaite prometteuse ! J'ai maintenant les mains totalement libres ».

   Oui, le sol tremble encore, les nuées de poussière ne sont pas toutes retombées sur le champ de bataille où gisent éléphants éventrés, frondeurs au pied de leurs balistes démantibulées, conseillers régionaux abattus et achevés à terre par un ennemi sans pitié, le sol tremble encore, mais le général en chef, imperturbable, affiche sa confiance.

           Selon lui, la Droite aurait trébuché. Ses succès partiels pourraient être son chant du cygne, le prélude à sa dislocation, rajoutait-il. Et le roi du Pire disposerait maintenant du ciment politique dont il constituerait son imprenable fortification. Ce ciment : le rassemblement contre le FN.

   Personne ne peut encore deviner l'issue de la prochaine bataille, mais le roi est confiant. C'est lui qui sera le rempart.

   Finie la problématique bipolarisation Droite – Gauche, le ramenant sans cesse à la question de ses reniements, de ses trahisons. Il a maintenant un autre étendard et il sait qu'autour de lui les ralliements sont en marche.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Recommandés par nos abonné·es

À la Une de Mediapart

Journal
Un projet de loi au détriment du vivant
En pleine crise énergétique, le gouvernement présente dans l’urgence un projet de loi visant à accélérer le déploiement de l’éolien et du solaire. Un texte taillé pour les industriels, et qui sacrifie la biodiversité comme la démocratie participative.
par Mickaël Correia
Journal — Éducation
Revalorisation salariale : les enseignants se méfient
Plusieurs enseignants, très circonspects sur la réalité de la revalorisation salariale promise par Emmanuel Macron, seront en grève le 29 septembre 2022, dans le cadre d’une journée interprofessionnelle à l’appel de diverses organisations syndicales. La concertation annoncée pour le mois d’octobre par le ministre Pap Ndiaye sur le sujet s’annonce elle aussi houleuse.
par Mathilde Goanec
Journal — Terrorisme
Soudain, en plein cœur d’un service de renseignement, un cri long et rauque
Il y a trois ans survenait la première attaque commise par un membre de la police contre des collègues. Le seul et unique attentat à avoir frappé un service de renseignement. Mediapart a reconstitué cette tuerie à partir des dépositions d’une cinquantaine d’agents.
par Matthieu Suc
Journal — Discriminations
Lycée fermé pour « séparatisme » : deux ans d’accusations kafkaïennes, un dossier toujours vide
Cet établissement parisien hors contrat présenté comme « coranique », « clandestin » et « séparatiste » a été fermé par les autorités en décembre 2020 et sa directrice était jugée en appel à Paris ce vendredi. Mais deux ans après, rien dans le dossier consulté par Mediapart ne vient étayer ces accusations.
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
Italie, les résultats des élections : triomphe de la droite néofasciste
Une élection marquée par une forte abstention : Le néofasciste FDI-Meloni rafle le gros de l’électorat de Salvini et de Berlusconi pour une large majorité parlementaire des droites. Il est Probable que les droites auront du mal à gouverner, nous pourrions alors avoir une coalition droites et ex-gauche. Analyse des résultats.
par salvatore palidda
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk
Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias