tatia
Toujours tenter, derrière les symptômes, d'identifier la maladie ; derrière les faux-semblants, la réalité (Louis Pasteur).
Abonné·e de Mediapart

474 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 sept. 2022

tatia
Toujours tenter, derrière les symptômes, d'identifier la maladie ; derrière les faux-semblants, la réalité (Louis Pasteur).
Abonné·e de Mediapart

Difficultés à concevoir un enfant

L'Observatoire épidémiologique de la fertilité en France (Obseff) l'indique : près de 15 à 25 % des couples…

tatia
Toujours tenter, derrière les symptômes, d'identifier la maladie ; derrière les faux-semblants, la réalité (Louis Pasteur).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Illustration 1

        L'Observatoire épidémiologique de la fertilité en France (Obseff) l'indique : près de 15 à 25 % des couples mettent plus d'un an, quelques fois deux à trois, avant d'arriver à obtenir une grossesse. Mais à partir de quand faut-il s'inquiéter ?

         Après des années de doutes et d'hésitation, et même un avortement prématuré au printemps 2020, Emmanuelle et BlackRock s'interrogent sur leur possible infertilité à venir, et ceci malgré la fréquence de leurs rapports amoureux, et l'impossibilité de donner naissance à la petite fille qu'ils désirent tant, au point de lui avoir déjà choisi son futur joli prénom : Capitalisatio. Pourquoi donc ce prénom si peu usité ?

Illustration 2

         Emmanuelle a déjà plus de 40 ans. Et à cet âge le temps devient précieux. Au point d’envisager maintenant un passage en force par un simple amendement, à la hussarde diront certains, ce qui est loin d’être la position du missionnaire . Témoin, ce gros titre du journal Le Monde. Est-ce bien raisonnable ?

Illustration 3

          Le Dr Maïeuti, réputé gynécologue-obstétricien et spécialiste de la biologie de la reproduction, a bien voulu répondre à nos questions touchant ce couple en difficulté.

(La maïeutique, du grec maïeutiké, est l'art de faire accoucher. Dans la philosophie socratique, c'était également l'art de conduire l'interlocuteur à découvrir et à formuler par lui-même la vérité.)

          Dr Maïeuti, l'infertilité d'Emmanuelle et de BlackRock est-elle définitive ? Existe-t-il un espoir de mettre au monde la petite Capitalisatio à laquelle ils tiennent tant ?

  Ne désespérons pas. Pour l'instant, en ce qui concerne Emmanuelle, je ne parlerai pas d'infertilité. Elle a pu par le passé, certes avec d'autres conjoints, mener à terme plusieurs grossesses avec naissance réussie, par exemple celle de la petite Réforme du Code du Travail.

Illustration 4

  Je ne parlerai pas donc pour elle d'infertilité définitive, même si sa capacité à procréer à nouveau d'ici 2027 a pu être mise en danger par plusieurs contages ictériques.

Illustration 5

  Mais c'est certain, l'inquiétude demeure, les grossesses restant potentiellement difficiles après 40 ans.

          Dr Maïeuti, ces difficultés à procréer ne pourraient-elles pas devenir cause de tensions dans le couple ? Estimant Emmanuelle définitivement infertile, son compagnon actuel, BlackRock, ne pourrait-il pas se tourner vers une autre liaison pour obtenir la naissance de la petite Capitalisatio ?

(BlakRock est une société multinationale américaine spécialisée dans la gestion d'actifs, en particulier de fonds de pension. Elle est actuellement le plus important gestionnaire d'actifs au monde avec près de 7000 milliards de dollars.)

  C'est peut-être la chose la plus à craindre, celle de l'infertilité de la jeune femme, tant ce genre de conjoint, à l'instar de nombreux monarques d'Ancien Régime, ne prends épouse que pour avoir la descendance de son choix.

  Vous connaissez probablement cette expression tirée du domaine des courses hippiques : « Ne pas miser sur un mauvais cheval ». Il est à craindre que BlackRock ne la fasse sienne.

  Telle Io, prêtresse d'Héra, changée en génisse, Emmanuelle transformée en haridelle.

Illustration 6

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte