Il lui restera le nom de « The Killer »

Pour ses amis et inféodés, une pluie de grâces présidentielles…

                                

images

 

          Pour ses amis et inféodés, une pluie de grâces présidentielles. Pour les misérables qui peuplent les couloirs de la mort, jusqu'au dernier jour, les exécutions capitales.

  Malgré ses contestations et dénégations, Donald Trump n'est plus Président depuis le 3 Novembre 2020. Seulement l'homme chargé d'expédier les affaires courantes, en attendant l'entrée en fonctions officielles de son successeur le 20 Janvier 2021.

  Jusqu'au bout, la loi lui confère cependant le droit de grâce, l'imperium principis, cette autorité conférée dans l'Antiquité à Rome à l'Empereur en raison de son titre de princeps, le premier des citoyens.

 

          C'est à ce titre que Donald Trump a effacé les condamnations et les poursuites qu'encouraient ses proches. Et contrairement à une coutume respectée jusqu'alors depuis 1896, dans ce même intervalle de quelques semaines, du 3 Novembre au 20 Janvier, 6 condamnés à mort depuis de longues années, attendant peut-être la vie sauve de l'ouverture du nouveau mandat, ont été envoyés en chambre d'exécution. Pour eux, pas le droit de grâce.

                               

images-2

 

  Comble du cynisme, parmi ces envoyés à la chambre fatale, une femme, Lisa Montgomery, 52 ans, condamnée il y a 16 ans pour le meurtre d'une femme enceinte dont elle voulait s'emparer du bébé. Autant l'acte était criminel, autant ses circonstances en indiquaient le caractère tout démentiel.

 

         Donald Trump quitte le pouvoir sous le Signe de Satan.

                                  

images-3

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.