Évergétisme. Le retour

                                   

img-0701

 

         Le terme d’évergétisme, il n’a rien à voir avec celui de vergetures, ces vilaines et disgracieuses rayures cutanées dûes à la distension des fibres élastiques du derme de la peau de l’abdomen dans les suites d’une grossesse, non, ce terme d’évergétisme renvoyait à la qualité de Ptolémée III, pharaon de la dynastie lagide au 3° siècle avant J.-C., surnommé pour l'éternité, L’Évergète ou le Bienfaiteur.

    Couronné en 246 av. J.-C., il reçut l’épithète d’Évergète, le Bienfaiteur, en raison de la largesse de ses dépenses en faveur de son peuple. Ainsi, soucieux du bien-être de son peuple, lors d’une grande sécheresse qui mettait les populations à la famine, il fit acheter et acheminer sur ses deniers personnels, du blé en provenance de Chypre et de Phénicie.

   La formule est maintenant consacrée. L’évergétisme (du grec evergetéô, signifiant faire le bien) consiste, pour un notable, à faire profiter ses concitoyens de sa richesse, par exemple par l’embellissement de leur ville, la construction de monuments et de statues ; à penser à leur distraction par l’organisation de jeux et de spectacles ; jusqu’à veiller à l’amélioration de leur ordinaire, la consommation d’huile et de vin.

                                

images

 

  Apparu dans le monde hellénistique, puis propagé au monde romain, l’évergétisme était devenu une obligation morale pour les riches, ceci d’autant plus qu’en raison de leur place au sommet de la société, ils n’étaient pas soumis au tribut ou à l’impôt, fardeaux réservés à la plèbe.

   Témoin encore actuel de la magnificence et de la munificence des évergètes – nous ne distinguerons pas les deux termes, tous deux renvoyant à la disposition à la générosité et à la prodigalité – sur nombre de thermes, de théâtres et amphithéâtres construits grâce à leur générosité, on retrouve, gravé dans la pierre, le nom du donateur toujours suivi de la modeste mention, non pas L.V.M.H., mais D.S.P.F. (De Sua Pecunia Fecit, « Il fit avec son financement »).

                            

unknown

 

           Dans son livre, Le Pain et le Cirque, l’historien Paul Veyne écrit que l’évergétisme n’était ni un don pour l’obtention de magistratures, la plus modeste comme la suprême, ni une redistribution destinée à acheter la « paix sociale ». Les évergètes ne donnaient pas pour obtenir un pouvoir qu’ils avaient déjà par leur fortune, mais pour affirmer leur supériorité sociale.

   Selon Paul Veyne toujours, l’évergétisme n’avait rien à voir avec la charité chrétienne, par laquelle le donateur quête l’obtention du Paradis.  L’évergéte le détient déjà sur terre, son paradis. Nous ajouterons, fiscal.

 

           Fiscal. Cette transition conclusive de ce long préambule vous indiquera certainement notre but d’aujourd’hui. Vous instruire quant au fait que l’évergétisme que l’on pensait disparu avec la fin de l’Antiquité gréco-romaine, renaît aujourd’hui sous la forme de ce que certains ont pu appelé le Téléthon des Milliardaires. Selon la formule d’Héraclite d’Éphese, panta rhei (tout coule et se renouvelle), l’évergétisme est de retour.

                          

d4wetgzw4aawan9

 

   Les Canadairs ont survolé Notre-Dame tout au long de la journée. 200 millions d’euros pour Bernard Arnault et Françoise Bettencourt, 100 millions pour François Pinault, le célèbre collectionneur d’art moderne et contemporain. C’est l’avalanche des donations : Total, JCDecaux, Bouygues, BNP Paribas, Société Générale, Axa, Vinci, que les généreux donateurs nous pardonnent de ne pas tous les citer. « Un pognon de dingue ».

   Défiscalisés, leurs dons vont leur être en grande partie rétrocédés sous forme de réduction d’impôt. Pour cette raison, vous aussi, misérables petits pingres, serez contributeurs, car, in fine, c’est vous qui épongerez mensuellement le manque-à-gagner fiscal pour l’État de ces réductions d’impôts.

                              

d4vdjdawaaii-q

 

  Peut-être, eux aussi se verront-ils récompensés par l’apposition de leur signature sur le monument restauré.

                                        

d4teuacwsaecdke

 

            Non, vous le voyez, ils n’ont pas un cœur de pierre.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.