Apotemnophilie

L'apotemnophilie est un trouble neurologique désignant chez un individu le fort et pressant désir…

                                 

unknown

          L'apotemnophilie est un trouble neurologique désignant chez un individu le fort et pressant désir de se voir amputé d'un ou plusieurs membres. En l'occurrence, c'est le cas qui nous occupe, le membre inférieur gauche.

  La chose soulève naturellement toute une série de questions d'ordre médical, éthique, juridique, mais aussi politique. Nous allons y venir.

                               

images-2

         « C'est pour mieux rentrer en campagne », a affirmé l'intéressé, désignant par là, non son intérêt pour une promenade dans la nature, mais sa volonté d'être prêt, déjà un an à l'avance, à l'entrée en campagne, vous l'avez deviné, électorale.

  Les psychiatres ont forgé à ce sujet le concept de TIIC, « trouble de l'identité et de l'intégrité corporelle », ce membre inférieur gauche étant devenu insupportable à l'individu se réclamant pourtant depuis plusieurs années être « en même temps de Droite et de Gauche », et estimant dorénavant devoir être amputé de sa guibolle gauche pour enfin redevenir lui-même.

  « Ce corps de droite et de gauche n'est plus le mien », aurait affirmé notre impatient. « Je veux renouer avec mon identité ».

                                         

images-3

          La chose était déjà suspectée depuis quelques temps, tant, pour obtenir cette amputation, l'intéressé n'a cessé depuis son accession au pouvoir de tenter d'infecter ou de blesser ce membre gauche dans l'idée d'en être enfin débarrassé. Les agressions n'avaient pas manqué : abolition de l'ISF, mise en place d'un Code de la Corvée, remplaçant celui du Travail, tentative heureusement encore inaboutie d'une réforme des Retraites…

                                     

images

  Tout à sa précampagne, le Président, c'est de lui qu'il s'agit, le Président police sa pensée. « Je veux renforcer ma jambe Droite ». Les Lois Séparatisme et Sécurité globale ne seront pas suffisantes. Sont au programme désormais, annonce-t-il dans un grand entretien au Figaro, l'augmentation des places en prison, 15 000 d'ici cinq ans, l'augmentation également des effectifs de la police, 10 000 d'ici la fin du quinquennat. « Chaque Français devra voir plus de bleu sur le terrain en 2022 qu'en 2017 ».

  Accusé de vouloir plagier un de ses prédécesseurs en compagne en 2007, il a répondu :

                                       

nume-riser-1

         Attention ! Nombre de praticiens psychiatres ainsi qu’une étude de la Fondation Jean Jaurès ont souligné le danger pour l'ancien start-upper et banquier, tant les cartes se brouillent, de voir cette nouvelle incursion sur le terrain sécuritaire menacer d'éloigner certains électeurs de Gauche pourtant indispensables pour faire barrage dans un deuxième tour à l'Extrême - Droite.

                                             

img-1007

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.