Commensalisme

Un commensal est une personne qui mange à la même table que vous...

                 

images

 

          Un commensal (du latin cum, avec, et mensa, la table) est une personne qui mange à la même table que vous, que vous l’ayez invitée ou non, cela n’a pas d’importance. Encore que, mais nous allons y venir.

   Le commensalisme, terme plus général, désigne une relation, provisoire ou définitive – cela a son importance dans l’affaire qui nous occupe – relation provisoire ou définitive, et, c’est l’essentiel, bénéfique pour les deux partenaires.

   En cela, le commensalisme diffère du parasitisme qui, s’il est bénéfique pour l’un est souvent nuisible pour l’autre.

 

           Initialement théorisé par les zoologistes pour désigner l’interrelation bénéfique entre espèces animales, le commensalisme se voit souvent donner comme exemple la relation de certains crabes, les pinnothères, avec les crustacés comme la moule. Mais attention, l’interrelation est bénéfique entre les deux espèces jusqu’au moment où, la nourriture venant à manquer, ils deviennent alors parasites, le pinnothère dévorant le manteau de la moule. La chose est également à retenir dans l’affaire qui nous occupe.

  Le commensalisme peut ainsi emprunter différentes formes, non plus liées directement à la nutrition, mais encore au transport, comme la phorésie qui désigne l’interaction particulière entre deux organismes où l’un est transporté par l’autre, les sources de nourriture de l’un et de l’autre restant indépendantes. Ainsi le rémora, transporté par le requin.

                                                  

img-0717

 

          Nous vous le disions à l’instant, initialement théorisé par les zoologistes, le concept de commensalisme est maintenant volontiers utilisé en politologie pour désigner les bénéfices mutuels que peuvent attendre deux partenaires, nous allions dire adversaires, de leur interrelation, ceci même si celle-ci est ostensiblement désignée comme belliqueuse.

 

           Mine Derrien, politologue, directrice au CEVIPOF (Centre d’Études de la Vie Politique Française), du laboratoire de recherche de zoo-politologie et de politologie agro-environnementale, a bien voulu répondre à nos interrogations quant à cette forme particulière de commensalisme étalée sous nos yeux depuis maintenant plusieurs  semaines, rebondissement d’une relation fructueuse déjà entamée il y a deux ans.

                                     

numeriser-3

 

          Bonjour Mine Derrien, en politologue, rangeriez-vous cette relation si particulière dans le cadre du commensalisme ?

  Tout à fait, cher ami. La chose est claire. Nous sommes là devant une relation mutuellement fructueuse pour les deux espèces dans leur quête nutritionnelle et électorale.

 

           Pensez-vous Mine Derrien qu’une élection bien particulière comme celle-ci, celle d’une assemblée de parlementaires européens, puisse se prêter facilement à ce type de mise en scène, disons-le, largement hystérisée – qui l’emportera de l’un sur l’autre, et eux deux exclusivement – alors que l’offre électorale porte sur une trentaine de listes, dont au moins cinq ou six peuvent prétendre à être justement représentées ?

   Non, il y a là une manipulation assez grossière, je souligne d’ailleurs pour vous qu’elle est à la limite de l’infraction au Code électoral, dont l’article L97 sanctionne toute tentative de tromperie.

   Mais effectivement, l’affaire est frutueuse pour les deux partenaires. Je m’en explique. Le message envoyé est triple :

       - à l’électorat du macrobate-saltimbanquier, électorat quelque peu échaudé et désorienté, on le comprend – ISF et CSG sont passés par là – l’injonction est claire : face à la « lèpre populiste », vote utile et obligatoire.

       - à tous les autres, abstentionnistes tout particulièrement, mais surtout à l’immense et composite peuple de la Droite : le vote utile, c’est le vote RN. Si vous voulez voter contre moi, c’est RN qu’il faut voter ! Fracturer la Droite avec le RN, voilà l’objectif. Certains avaient parlé de fracturation hydraulique. Dans ce cas précis, j’utiliserai le terme de fracturation lepénique .

       - à l’électorat RN, coup de pouce final d’encouragement dans les derniers jours d’avant-scrutin : je suis votre vrai adversaire. Vous savez ce qu’il vous reste à faire.

   Vous jugerez probablement assez cruelle cette présentation de la chose, mais ce qui réunit ces deux figures commensales est vraiment capital. Retranchons l'affection, je vous le concède. 

                                 

img-0158
                             

 

              Merci Mine Derrien pour cet éclairage savant. Mais à votre avis, cette relation commensale peut-elle perdurer et se poursuivre au-delà du scrutin européen ?

   Tout, cher ami, dans la Ve République, tend à organiser la lutte pour le pouvoir dans une composition bipartidaire, notamment ce primat de l’élection présidentielle sur toutes les autres. C’est bien là le fondement et l’objectif de ce type de commensalisme. Pour y mettre un terme, une Refondation complète de nos institutions seraient nécessaire. Par l’élection d’une Constituante par exemple. 

   Car attention, comme dans votre exemple zoologique, celui du crabe – pinnothère et de la moule, la chose pourrait au final brutalement basculer dans une autre relation, celle où le crabe dévore la moule.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.