Scène de ménage

Nous ne commenceront pas sans évoquer pour vous la belle, tendre et pourtant tragique relation de Héro et Léandre

          Nous ne commencerons pas sans évoquer pour vous la belle, tendre et pourtant tragique relation de Héro et Léandre.

                                         

he-ro

 

          Héro et Léandre étaient un couple d'amoureux de la mythologie grecque.

  Héro était une prêtresse d'Aphrodite à Sestos, sur la rive européenne de l'Hellespont.  Léandre, lui, habitait Abydos, sur la rive asiatique. Une mer les séparait, mais toutes les nuits, Léandre rejoignait à la nage son amoureuse, guidé par une lampe qu'Héro allumait en haut de la tour où elle vivait.

  Une nuit de tempête, la lampe s'éteignit sous les effets du vent et Léandre se perdit dans les ténèbres. La mer rejeta le lendemain son corps au pied de la tour, d'où Héro désespérée se jeta pour trouver la mort.

                                       

he-ro-2

 

          Cette histoire, telle celle de Roméo et Juliette, a inspiré de nombreux auteurs, mais nous, aujourd'hui, avons choisi de vous parler, un océan les sépare aussi, et c'est une histoire d'amour tout aussi tragique, de Joë et d’Emmanuelle, les deux amants pervers.

   Joë, l’homme sans cœur, et Emmanuelle, la femme humiliée.

                                         

joe-emmanuelle

 

(Il paraît que c’est dans les moments difficiles qu’on reconnaît ses vrais amis, et c’est bien peut-être ce que vit la France actuellement. Flouée dans la crise des sous-marins, qui a vu l’Australie résilier brutalement le « contrat du siècle » au profit de navires américains, Paris a demandé à l’union européenne de venir à sa rescousse. Les 27 ont dénoncé « le manque de loyauté » des Américains, et par la voix de la présidente de la Commission Européenne, Ursula von der Leyen ont jugé totalement « inacceptable » le traitement réservé à la France par les États-Unis dans ce dossier.)

                                         

ursula

 

         La situation tragique d’Emmanuelle est maintenant portée au grand jour. Comble de l'humiliation, portée au grand jour, non par elle-même, car, battue, elle est aussi soumise, portée à la connaissance de tous, ce qui rajoute l'humiliation au tragique, à la connaissance de tous par la grande presse et l’ensemble des médias.

                                               

emmanuelle-pas-content

 

  Humiliée et mise aujourd'hui en demeure, pour ne pas perdre totalement la face, de se plaindre et de désigner son bourreau, celui à qui elle tient pourtant entre tous. Humiliée jusqu'à subir tous les commentaires, des plus sincères qui la plaignent – l'infortunée – aux plus malveillants – elle n'a que ce qu'elle mérite.

  Battue et humiliée par un concubin dominateur. Sans aller jusqu’à parler de violence conjugale, il nous faut tout de même évoquer le thème de la scène de ménage.           

  Une question revient souvent à laquelle nous peinons toujours à trouver réponse : femmes humiliées, pourquoi restent-elles ?

  Et que peuvent-elles faire pour exprimer leur désaccord et leur ressentiment ? Nous allons y venir.

                                                 

riposte

              

          Nous rencontrons aujourd’hui Éliane Saunier, rue Mendelssohn, à Paris, au siège de la Halte Femmes Battues. Éliane Saunier est Déléguée nationale de la Fédération Aidons les à résister, mouvement féministe de solidarité avec les femmes victimes de violences conjugales. Reconnue d'utilité publique, la Fédération travaille à la sensibilisation du public, à l'information des victimes et à leur placement en lieu d'accueil. Éliane Saunier devrait nous aider à mieux comprendre.

 

           Bonjour Éliane Saunier. À travers votre longue expérience, pouvez-vous nous dire s'il existe un profil social ou psychologique propre à la personnalité de la femme battue ?

  Vous mettez, cher ami, le doigt sur une question-clé. Je pense effectivement que dans la construction de ce profil de femme battue et soumise, l'enfance et l'adolescence sont des moments-clés.

  Pour Emmanuelle, le pire était à craindre déjà depuis la plus tendre enfance. Élevée dans le culte de l'Economique et de l'Anglo-saxonnisme, Emmanuelle s'est rapidement structurée comme une personnalité faible, toujours subordonnée à des symboles fétiches : Dollar, OTAN, Free-Trade, Leadership, Start-Up… Et par là, à toutes leurs injonctions menaçantes.

  L'âge adulte l'a trouvée ainsi toute formatée et prête à tous les abandons. Ma consœur, la psychologue Leonore Walker, dans son ouvrage The battered woman syndrome, nous a beaucoup appris sur cet état qu'elle qualifie d'impuissance apprise et sur ses conséquences : l’auto-culpabilisation et la tendance à reporter sur soi-même la responsabilité de la violence, la crainte des représailles.

 

          Éliane Saunier, certains ont avancé l'hypothèse d'une relation, dans ce syndrome des femmes battues et soumises, d'une relation avec le sadomasochisme, cette pratique sexuelle utilisant douleur, domination et humiliation dans la recherche du plaisir. Vous référez-vous à cette catégorie ?

  On peut comprendre cette approche. Mais je préfère l'éviter, la contourner, en raison de ses trop lourdes connotations. Elle a de plus l'inconvénient, en mettant en avant le caractère prétendument consentant des deux protagonistes, qui plus est dans le contexte néolibéral qui est le nôtre, celui de la souveraineté partout proclamée de l'individu, de ses désirs et de leur satisfaction, l'inconvénient de légitimer cette relation de domination. Ne nous attardons pas sur ce point.

 

          Merci Éliane Saunier. Vos propos nous permettent de mieux cerner cette difficile question : « Pourquoi restent-elles ? » À votre avis, et pour conclure, comment prendre en charge ces « malheureuses », la formule est-elle la bonne, et surtout comment les extraire de ses impasses destructrices ?

  À ces créatures dans l'illusion de la toute-puissance du Roi-Dollar, il faut, c'est le plus difficile, réapprendre à dire Je, à affirmer la souveraineté que le suffrage leur a confié, à briser la relation d'emprise dans laquelle elles se sont enfermées.

  Il semblerait qu’à cet égard Emmanuelle ait compris la leçon, et pas seulement pour des raisons de campagne électorale à venir.

  À leur dominateur, toujours dans le déni – il n'est pas toujours un psychopathe mais a trop longtemps vécu dans l'impunité et la non-remise en cause – il faut apprendre à opposer que l'autre existe.

  C'est un difficile programme de travail pour tous nos intervenants travailleurs sociaux. En somme, le réapprentissage de la souveraineté de chacun.

  Et pas seulement dans de dérisoires réparties.

                                                           

img-1071

 

          D’après le New York Times, Emmanuelle envisagerait d’aller jusqu’à retirer la France du commandement militaire intégré de l’OTAN, qu’elle avait rejoint en 2009 à l’instigation de Nicolas Sarkozy.

  Mais il faut le dire, sa personnalité demanderait alors à être totalement reconstruite.

                                                 

img-1072

 

              

 

 

 

       

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.