tatia
Toujours tenter, derrière les symptômes, d'identifier la maladie ; derrière les faux-semblants, la réalité (Louis Pasteur).
Abonné·e de Mediapart

472 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 sept. 2022

tatia
Toujours tenter, derrière les symptômes, d'identifier la maladie ; derrière les faux-semblants, la réalité (Louis Pasteur).
Abonné·e de Mediapart

Violation de sépulture

Historiquement, les violations de sépulture ont toujours été rares, perpétrées la plupart du temps par des simples d'esprit, des pervers nécrophiles ou des membres de sectes sataniques.

tatia
Toujours tenter, derrière les symptômes, d'identifier la maladie ; derrière les faux-semblants, la réalité (Louis Pasteur).
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

 

 

           Historiquement, les violations de sépulture ont toujours été rares, perpétrées la plupart du temps par des simples d'esprit, des pervers nécrophiles ou des membres de sectes sataniques. L’affaire reste cependant considérée comme d’une grande gravité.

  Selon le Selon le Code pénal, la violation de sépultures – on parle encore de profanation – de tombeaux ou monuments édifiés à la mémoire d'un ou d'une défunte est punie d'emprisonnement. L'atteinte à la sépulture, même superficielle, est suffisante, sans qu'il y ait eu, c'est pourtant une circonstance aggravante, une atteinte au cercueil ou à la dépouille.

                                         

          La violation de sépulture revient aujourd'hui sur le devant de la scène après l'arrestation dans l'enceinte du Cimetière du Père-Lachaise par deux gardiens de la paix sociale en patrouille dans les travées de ce lieu sacré, d'un énergumène tentant d'extraire d'un caveau la dépouille d'une belle endormie à jamais.

                                     

   Détrompez-vous chers amis, nous ne vous entraînerons pas revisiter aujourd'hui l'inoubliable Cadaveri eccellenti (Cadavres exquis) du cinéaste Francesco Rosi.

                                           

           Sitôt arrêté par les deux agents et remis aux autorités judiciaires, le profanateur a été entendu par le Procureur Pierre Collins, lequel a communiqué à la presse et au grand public les premiers éléments de l'enquête.

  Tout d'abord, l'identité du profanateur. Vous la découvrirez de vous-même lorsque lorsque vous sera révélé le nom de la défunte, BlackRocka, déjà aperçue il y a environ deux ans, avant son brusque décès, au bras du profanateur d'aujourd'hui.

                                                 

 Encore en excellente santé il y a moins d'un an, la belle américaine aux 7000 milliards de dollars d'actifs, spécialiste de la gestion des fonds de pension, en visite en France fin 2019 pour vampiriser la Répartition au profit de la Capitalisation, s’était retrouvée terriblement malmenée par une contestation sociale hostile à son projet. Un temps semble-t-il confortée par l'administration d'une potion de 49-3, elle s’éteignait au printemps dernier à Paris, emportée par la terrible pandémie du Covid-19.

  Inhumée nuitamment dans un lit de chrysanthèmes, sans tambours ni trompettes, sans éloge funèbre ni discours commémoratif, on la pensait oubliée à jamais. Requiesce in pace Capitalisatio.

                                               

  Eh bien voyez-vous, il n'était pas. Témoin, cette profanation et sa vraisemblable motivation d'après le Procureur Collins. Non pas la nécrophilie, cette monstrueuse perversion, l'attirance sexuelle pour les cadavres. Mais, l'enquête ne fait que commencer, nous a indiqué le Procureur Collins, nous soupçonnons déjà, comme raison profonde de ce terrible passage à l'acte, la volonté du profanateur de reprendre l'avantage dans l'épuisant combat qu'il avait mené il y a deux ans contre un mouvement social coalisé comme jamais dans l'histoire du pays.

  « Il n'y aura pas d'abandon de la réforme des retraites, la belle n’était qu’endormie », c’est le leitmotiv insistant de la déclaration du forcené aux enquêteurs et à la presse.

  L'incrimination de profanation de sépulture est avérée, a conclu le Procureur Collins, pour qualifier cette tentative de redonner vie à une défunte que l'on pensait promise au repos éternel.

  La réquisition du Parquet est prête et la Justice ne devrait pas tarder à se prononcer.

                                     

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
La campagne pour la présidence de LR achève la radicalisation de la droite
Les 90 000 adhérents revendiqués du parti Les Républicains (LR) doivent désigner, à partir du 3 décembre, leur nouveau président. Les semaines de campagne interne ont montré le rétrécissement idéologique d’un mouvement en lutte pour sa survie.
par Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal
Affaire Perdriau : les coulisses d’une censure
Nous revenons ce soir sur les coulisses de la censure préalable d’une enquête de Mediapart : après douze jours, la justice a finalement mis fin à cette mesure inédite, mais le mal est fait.
par À l’air libre
Journal
Punir les petits délits par des amendes : l’extension du domaine de la prune
Avec la Lopmi, adoptée par le Parlement en commission mixte paritaire jeudi 1er décembre, une vingtaine de délits supplémentaires pourront faire l’objet d’une « amende forfaitaire délictuelle » infligée par les policiers et les gendarmes. Cette « condamnation express » pose de sérieux problèmes. 
par Jérôme Hourdeaux et Camille Polloni
Journal — France
Corse : l’arrestation de nationalistes complique le dialogue avec Darmanin
Un leader du mouvement indépendantiste Corsica Libera et deux autres hommes ont été arrêtés jeudi dans le cadre d’une enquête du Parquet national antiterroriste. À quelques jours d’une visite du ministre de l’intérieur, plusieurs élus insulaires évoquent un « très mauvais signe ».
par Ellen Salvi et Matthieu Suc

La sélection du Club

Billet de blog
« Crise de l’École », crise climatique : et si on les mettait en parallèle ?
En scolarisant les enfants de tous les milieux sociaux, l’École s’est « démocratisée ». Mais elle n’a pas changé sa logique élitaire. Dans une large proportion, les enfants d’origine populaire y sont mis « en échec ». En imposant aux pays dominants un standard de vie prédateur et mortifère, le capitalisme a engendré la crise climatique. Quels parallèles entre ces deux crises de la domination ?
par Philippe Champy
Billet de blog
Le socle commun au collège... Où en est-on ?
A-t-on réussi à créer ce « commun » dans les collèges ? Comment ce socle pourrait-il évoluer ? Pourrait-il être étendu ?
par Guillaume Co
Billet d’édition
L’indice de position sociale, révélateur de la ségrégation scolaire
À la suite d'une décision de justice, le ministère de l’Éducation nationale a publié les indices de position sociale de chaque école et collège (public + privé sous contrat). Le Comité National d’Action Laïque analyse la situation dans une note en ligne.
par Charles Conte
Billet de blog
Les inégalités ethno-raciales à l'école (13/15)
Si la classe est le facteur déterminant des inégalités scolaires, des processus ethno-raciaux sont également à l'œuvre. Ce billet présente les principaux mécanismes discriminatoires qui traversent l’école, quand ce n’est pas elle qui les coproduit, afin de mieux comprendre la fragilisation des trajectoires scolaires et sociales des enfants racisés, qu’ils soient français ou immigrés.
par Marcuss