mot de passe oublié
onze euros les trois mois

Restez informé tout l'été avec Mediapart

Profitez de notre offre d'été : 11€ pour 3 mois (soit 2 mois gratuits) + 30 jours de musique offerts ♫

Je m'abonne
Le Club de Mediapart sam. 23 juil. 2016 23/7/2016 Dernière édition

Leçon de stratégie politique à l'usage de ceux qui veulent changer le monde

Par Pablo Iglesias. Leader de Podemos, parti espagnol issu du Mouvement des Indignés qui, en même pas un an d'existence, est devenu la deuxième force politique en Espagne. Les sondages le donnent même en tête des intentions de vote pour les élections générales qui approchent à grands pas.

Une petite leçon de politique par Pablo Iglesias, citoyen madrilène, professeur de sciences politiques et homme du peuple, devenu en quelques mois le porte-voix de tous ceux que la crise a frappés et que les pouvoirs publics ont abandonnés.

L'intervention (traduite ci-dessous) est disponible en version originale ici : https://www.youtube.com/watch?v=6-T5ye_z5i0&feature=youtu.be

Je sais pertinemment que la clé pour comprendre l'histoire des cinq siècles passés est l'émergence de catégories sociales spécifiques, appelées “classes”. Laissez-moi vous raconter une anecdote. Quand le mouvement des Indignés a commencé, sur la place de la Puerta del Sol, des étudiants de mon département, le département de sciences politiques de l'Université Complutense de Madrid, des étudiants très politisés (ils avaient lu Karl Marx et Lénine) se confrontaient pour la première fois de leur vie à des gens normaux.

Ils étaient désespérés : “Ils ne comprennent rien ! On leur dit qu'ils font partie de la classe ouvrière, même s'ils ne le savent pas !” Les gens les regardaient comme s'ils venaient d'une autre planète. Et les étudiants rentraient à la maison, dépités, se lamentant : “ils ne comprennent rien”.

[A eux je dis], “Ne voyez-vous pas que le problème, c'est vous? Que la politique n'a rien à voir avec le fait d'avoir raison ?” Vous pouvez avoir la meilleure analyse du monde, comprendre les processus politiques qui se sont déroulés depuis le seizième siècle, savoir que le matérialisme historique est la clé de la compréhension des mécanismes sociaux, et vous allez en faire quoi, le hurler aux gens ? “Vous faites partie de la classe ouvrière, et vous n'êtes même pas au courant !”

L'ennemi ne cherche rien d'autre qu'à se moquer de vous. Vous pouvez porter un tee-shirt avec la faucille et le marteau. Vous pouvez même porter un grand drapeau, puis rentrer chez vous avec le drapeau, tout ça pendant que l'ennemi se rit de vous. Parce que les gens, les travailleurs, ils préfèrent l'ennemi plutôt que vous. Ils croient à ce qu'il dit. Ils le comprennent quand il parle. Ils ne vous comprennent pas, vous. Et peut-être que c'est vous qui avez raison ! Vous pourrez demander à vos enfants d'écrire ça sur votre tombe : “il a toujours eu raison – mais personne ne le sut jamais”.

En étudiant les mouvements de transformation qui ont réussi par le passé, on se rend compte que la clé du succès est l'établissement d'une certaine identification entre votre analyse et ce que pense la majorité. Et c'est très dur. Cela implique de dépasser ses contradictions.

Croyez-vous que j'aie un problème idéologique avec l'organisation d'une grève spontanée de 48 ou même de 72 heures ? Pas le moins du monde ! Le problème est que l'organisation d'une grève n'a rien à voir avec combien vous ou moi la voulons. Cela a à voir avec la force de l'union, et vous comme moi y sommes insignifiants.

Vous et moi, on peut souhaiter que la terre soit un paradis pour l'humanité. On peut souhaiter tout ce qu'on veut, et l'écrire sur des tee-shirts. Mais la politique a à voir avec la force, pas avec nos souhaits ni avec ce qu'on dit en assemblées générales. Dans ce pays il n'y a que deux syndicats qui ont la possibilité d'organiser une grève générale : le CCOO et l'UGT. Est-ce que cette idée me plaît ? Non. Mais c'est la réalité, et organiser une grève générale, c'est dur.

J'ai tenu des piquets de grève devant des stations d'autobus à Madrid. Les gens qui passaient là-bas, à l'aube, vous savez où ils allaient ? Au boulot. C'étaient pas des jaunes. Mais ils se seraient faits virer de leur travail, parce qu'à leur travail il n'y avait pas de syndicat pour les défendre.Parce que les travailleurs qui peuvent se défendre ont des syndicats puissants. Mais les jeunes qui travaillent dans des centres d'appel, ou comme livreurs de pizzas, ou dans la vente, eux ne peuvent pas se défendre.

Ils vont se faire virer le jour qui suivra la fin de la grève, et ni vous ni moi ne serons là, et aucun syndicat ne pourra garantir qu'ils pourront parler en tête-à-tête avec le patron et dire : “vous feriez mieux de ne pas virer cet employé pour avoir exercé son droit de grève, parce que vous allez le payer”. Ce genre de choses n'existe pas, peu importe notre enthousiasme.

La politique, ça n'est pas ce que vous ou moi voudrions qu'elle soit. Elle est ce qu'elle est, terrible. Terrible. Et c'est pourquoi nous devons parler d'unité populaire, et faire preuve d'humilité. Parfois il faut parler à des gens qui n'aiment pas notre façon de parler, chez qui les concepts qu'on utilise d'habitude ne résonnent pas. Qu'est-ce que cela nous apprend ? Que nous nous faisons avoir depuis des années. Le fait qu'on perde, à chaque fois, implique une seule chose : que le “sens commun” des gens est différent de ce que nous pensons être juste. Mais ça n'est pas nouveau. Les révolutionnaires l'ont toujours su. La clé est de réussir à faire aller le “sens commun” vers le changement.

César Rendueles, un mec très intelligent, dit que la plupart des gens sont contre le capitalisme, mais ne le savent pas. La plupart des gens sont féministes et n'ont pas lu Judith Butler ni Simone de Beauvoir. Il y a plus de potentiel de transformation sociale chez un papa qui fait la vaisselle ou qui joue avec sa fille, ou chez un grand-père qui explique à son petit-fils qu'il faut partager les jouets, que dans tous les drapeaux rouges que vous pouvez apporter à une manif. Et si nous ne parvenons pas à comprendre que toutes ces choses peuvent servir de trait d'union, l'ennemi continuera à se moquer de nous.

C'est comme ça que l'ennemi nous veut : petits, parlant une langue que personne ne comprend, minoritaires, cachés derrière nos symboles habituels. Ca lui fait plaisir, à l'ennemi, car il sait qu'aussi longtemps que nous ressemblerons à cela, nous ne représenterons aucun danger.

Nous pouvons avoir un discours très radical, dire que nous voulons faire une grève générale spontanée, parler de prendre les armes, brandir des symboles, tenir haut des portraits de grands révolutionnaires à nos manifestations – ça fait plaisir à l'ennemi ! Il se moque de nous ! Mais quand on commence à rassembler des centaines, des milliers de personnes, quand on commence à convaincre la majorité, même ceux qui ont voté pour l'ennemi avant, c'est là qu'ils commencent à avoir peur. Et c'est ça qu'on appelle la politique. C'est ce que nous devons apprendre.

Il y avait un gars qui parlait de Soviets en 1905. Il y avait ce chauve, là. Un génie. Il comprit l'analyse concrète de la situation. En temps de guerre, en 1917, en Russie, quand le régime s'effondra, il dit une chose très simple aux Russes, qu'ils soient soldats, paysans ou travailleurs. Il leur dit “pain et paix”.

Et quand il dit ces mots, “pain et paix”, qui était ce que tout le monde voulait (la fin de la guerre et de quoi manger), de nombreux Russes qui ne savaient plus s'ils étaient “de gauche” ou “de droite”, mais qui savaient qu'ils avaient faim, dirent : “le chauve a raison”. Et le chauve fit très bien. Il ne parla pas au peuple de “matérialisme dialectique”, il leur parla de “pain et de paix”. Voilà l'une des principales leçons du XXème siècle.

Il est ridicule de vouloir transformer la société en imitant l'histoire, en imitant des symboles. Les expériences d'autres pays, les événements qui appartiennent à l'histoire ne se répètent pas. La clé c'est d'analyser les processus, de tirer les leçons de l'histoire. Et de comprendre qu'à chaque moment de l'histoire, si le “pain et paix” que l'on prononce n'est pas connecté avec les sentiments et les pensées des gens, on ne fera que répéter, comme une farce, une tragique victoire du passé.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

Tous les commentaires

A ne pas vous déplaire,c'est que nous faisons à l'UPR:parler aux gens,aller vers eux en leur disant des mots qu'ils veulent entendre,d'une manière simple et claire.

Le lectorat français a été longtemps intoxiqué et il faut parfois du temps pour que ceux et celles qui ont vu notre programmes,nos analyses décident d'adhérer et de devenir à leur tour des messagers.

Toutes ces années de conditionement médiatique et psychologique seront longues à effacer mais le chemin se fait.

Cet été, Mediapart vous accompagne partout !

onze euros les trois mois

À cette occasion, profitez de notre offre d'été : 11€/3 mois (soit 2 mois gratuits) et découvrez notre application mobile.
Je m'abonne

Le blog

suivi par 22 abonnés

Le blog de Tatiana Ventôse