"Plaquage" : un documentaire à charge !

Je ne donne pas deux minutes à une mère de famille, pour retirer son fils d'un club après visionnage de ce docu.

Très beau documentaire que celui-là mais clairement anti-rugby. Je ne donne pas deux minutes à une mère de famille, pour retirer son fils d'un club après visionnage de ce docu.

Ce documentaire n'est pas sur le rugby mais sur le sport business, sur les dérives que provoque la médiatisation des sports. On aurait très bien pu faire la même chose à propos du foot, du hand ou tout autre sport médiatisé. Il n'est pas sans rappeler le film d'Oliver Stone "L'enfer du Dimanche". Ce documentaire souligne la déshumanisation provoqué par l'impératif de la rentabilité. Les corps sont abîmés, niés, pour le spectacle. Mais cette aliénation du corps est présente dans le capitalisme en général comme l'a très précocement dénoncé Chaplin dans "Les temps modernes".

Ce documentaire fait beaucoup de mal à un sport magnifique. Je l'ai pratiqué pendant 20 ans. C'est un sport où la notion de sacrifice pour autrui n'est présent nul part ailleurs. C'est les seul endroit au monde où le qualificatif de "gros" est un compliment. Ce sport laisse laisse de la place à chacun : les grands et maigres, les gros et grands, les petits maigres ou gros. C'est un sport ou l'exploit individuel n'est possible qu'à la condition que le collectif soit efficace. 

Voilà maintenant longtemps que je ne regarde plus les compétitions sportives à la télé. Je ne veux plus participer à cette mascarade. En revanche, aller voir un petit match local, où les joueurs pleurent d'avoir gagner le derby en division d'honneur et après manger un jambon cornichon avec l'équipe adverse, ça c'est du sport.

Vive le rugby ! Le vrai !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.