Mesdames, messieurs les journalistes faites votre boulot.

L'affaire Cambridge analytica traque l'internaute pour des raisons politiques et personne ne s'en offusque. Nous sommes à l'aube de la surveillance électronique. C'est faux ! Ça fait bien longtemps que c'est le cas, et nous ne sommes pas épargnés en France.

Ce matin dans le Monde, édition électronique, je tombe sur un article concernant l'affaire Facebook et Cambridge analytica.http://www.lemonde.fr/pixels/article/2018/04/10/facebook-commence-a-informer-les-utilisateurs-touches-par-l-affaire-cambridge-analytica_5283380_4408996.htmlOn peut y lire ceci : "Facebook est accusé depuis plusieurs semaines d’avoir laissé Cambridge Analytica, une entreprise spécialiste de l’influence politique proche de Donald Trump, s’emparer des données personnelles de dizaines de millions d’utilisateurs (majoritairement américains), par le truchement d’une application de quiz présentée comme un outil de recherche académique."Ça a fait tilt ! Il n'y a en fait rien de nouveau à cela. En mars 2017, le magazine Science et vie publiait un article sur l'usage des big data en politique et citait déjà Cambridge analytica comme entreprise au service de D. Trump dans les élections. Cet article révèle également que la société Proxem en France fait le même boulot pour  les partis politiques, dont En Marche !Allez faire un tour sur leur site c'est flippant https://www.proxem.com/ : "Proxem Studio transforme vos données textuelles en prises de décision". Chouette ! Donc par tous les mots laissés sur internet, on va me choisir mon futur candidat à la présidence. N'est-ce pas ce qui c'est peut être déjà produit pour des élections précédentes ? Mesdames, messieurs les journalistes faites votre boulot. Révélez-nous un scandale de plus ou mettez-nous en garde contre des dérives anti-démocratiques.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.