Vaccination contre le fascisme

Audacieuse comparaison entre la vaccination et l'abstention.

Alors que comme beaucoup de français je me posais la question de mon vote au second tour, la solution m'est apparue au détour d'un article de Science et Vie sur la vaccination. Je ne souhaite pas évidemment, voter pour Marine Lepen. Mais il est difficile d'envisager de voter pour Emanuel Macron étant donné tout ce qu'il représente et compte tenue de ce que Médiapart nous renseigne sur le personnage. Cependant, voter blanc ou s'abstenir, c'est prendre le risque d'avoir Marine Lepen à l'Elysée, un rique que je ne suis pas prêt d'assumer.

En fait cela revient à transférer la reponsabilité du vote et de l'élimination du FN à d'autres citoyens. C'est comme la vaccination. Refuser de vacciner son enfant ou soi-même, tout en espérant que d'autres le feront à notre place, c'est refuser le risque du vaccin pour soi-même en espérant que d'autres le prendront pour nous. C'est l'aspect solidaire de la vaccination. Elle n'a d'effets que si la couverture vaccinale est très large.

Ne pas voter ou voter blanc au second tour, c'est compter sur la prise de risque d'un autre. Cette attitude très individualiste est totalement contraire à la devise de la République à laquelle nous sommes très attachés :"Liberté, égalité, fraternité"

Alors oui, Macron peut passer.

Mais ...

La réforme du quinquennat permet aux législatives de juin de placer la majorité que l'on souhaite. Il sera alors temps de placer les députés qui méneront la politique que nous souhaitons. Le président n'aura alors d'autres choix que de réaliser une cohabitation, ce que justement les réfomarteurs de la V° République ne voulaient pas.

Je laisse cette réflexion à votre sagacité

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.