La route de Michel Bousquet

bousquet-1

"1er jour de marche, avec ardeur.
De Gramat à Themines.
Certains livres, parfois, pour un moment semblent tout nous dire, même sans rapport ils nous sont pertinents. J’ai deux petits livres avec moi. Le jour et la nuit, cahiers de Georges Braque en est un.
Il dit : "Où l'on fait appel au talent, c'est que l'ardeur défaut".
Alors c'est le jour, je me suis renseigné, le soleil s'est levé avant moi, vraisemblablement à l'est comme à son habitude et je vais aller vers lui, sans appréhension mais avec ardeur. Ma direction sera la route vers le soleil qui s'appelle, d'où je pars la D15, une marche à contre jour.
La journée est passée, ma marche s'est dirigée vers le sud, puis l'ouest, au grès du soleil. J’ai enfin trouvé un endroit où dormir. Il y a un chien, né l'année des J mais qui bizarrement (de l'avis même de son maître) s'appelle Georges." Michel Bousquet .

 

bousquet-2

"2ème jour de marche : De Thémines, à Rudelle, puis Cardaillac.
Ce que je veux. Pas de soleil aujourd'hui. Il doit bien être quelque part mais il se cache. De même sa route. J'ai essayé des chemins, des départementales, la boussole pour la trouver. Est, sud, ouest n'a plus de raison d'être, la lumière est uniforme .
Vous allez où ? Je ne sais pas trop, je marche.
Vous faîtes quel genre de photographies ?
Je ne sais pas trop.

Georges Braque dit: "Il n'y a que celui qui sait ce qu'il veut qui se trompe".
Et aussi : "C'est le détail qui fait vivre et qui distrait".
Je tourne finalement vers un village dit un des plus beaux villages de France. Je ne me simplifie pas la tâche... J'ai bien marché". Michel Bousquet

 

bousquet-3

"3ème jour de marche : Cardaillac-Figeac
.
Georges Braque dit : "Il faut choisir : une chose ne peut être à la fois vraie et vraisemblable".
Le musée éclaté de Cardaillac, décrit par sa brochure comme "un arrêt sur image au fil du temps".
J'ai rencontré Annie Mage.
Oui c'est vrai c'est son nom.
La situation m'a semblé vraisemblable
Mais il y a une erreur flagrante.
Le premier qui la trouve gagne la photo !" Michel Bousquet

 

bousquet-4

Figeac-capdenac
.
Figeac la ville de Champollion Jean-François qui aimait lire la pierre de Rosette. De nos jours il serait certainement un sacré hacker.
Puis je pars vers Capdenac le haut, puis Capdenac le bas et là je m'arrête à l'hôtel de Paris sans autre raison que l'heure tardive.
Georges Braque dit:
"Le vase donne une forme au vide comme la musique au silence". Michel Bousquet

 

bousquet-5

5ème jour
Capdenac-Capdenac
.
"Orages annoncés et je suis un peu fatigué quand même.
Alors je reste ici et je marche dans la ville.
Georges Braque dit: "Contrarions les vocations"
Je fais donc des portraits dans les rues, ce qui ne m'est pas facile.
J'ai photographié Jean-Luc, Kevin, Thomas, Timéo, Laurie et son chien Cali, Alain, Samantha, Boum n'a pas voulu, Clément, Christian, Jean-Marc, Steph mais sans qu'il soit reconnaissable, juste son tatouage araignée, Ichem et Amaryllis, Monique, Simone, Romain, Abdou et Michel, ancien maçon, "chauffeur, un temps, d'un bateau à vapeur interdit de naviguer puis d'un tracteur à vapeur autorisé à rouler parfois."
Michel Bousquet

 

bousquet-6

6ème jour : Capdenac - Livinhac-Le-Haut
.
"Georges Braque dit: "Au jour le jour, chemin faisant".
Je rejoins le Chemin de Saint-Jacques de Compostelle. Mais je chemine à l'envers et c'est plus pratique pour rencontrer les pèlerines et les pèlerins et faire des portraits. Pas besoin de leur courir après.
Je rencontre Jose-Maria, parti du sud de l'Espagne pour Santiago, Lourdes, Rome, Jérusalem et retour. Une coquille Saint-Jacques est cousue sur son chapeau et une flèche pour se rappeler la direction.
Je rencontre aussi un drôle d'animal.
Vous savez ce que c’est ?" Michel Bousquet

 

bousquet-7

7ème jour Livinhac-Le-Haut - Decazeville
.
"Mon arrière grand-père Gildas était mineur, mon grand-père Paul était mineur.
Decazeville est un ancien bassin minier, très important, 1 pays noir.
Les mines ont fermé, les gens sont partis et peu à peu la végétation et le temps font disparaître les traces. Après l’emploi c’est la mémoire ouvrière qui disparaît.
Ma marche Azimut s’arrête ici. J’ai adoré la faire, j’ai beaucoup appris. .
Georges Braque dit: « A toute acquisition répond une perte équivalente; c'est la loi des compensations ».
.
Vive la marche, bon chemin." Michel Bousquet

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.