[6 déc] Conf. Esprit Public: "réconcilier l’économie et l’écologie: vers un capitalisme vert?"

Qu’est-ce que la croissance verte, comme solution à la crise économique et écologique ? Aujourd’hui, l’écologie semble être passée au dernier rang des priorités des politiques publiques.

Qu’est-ce que la croissance verte, comme solution à la crise économique et écologique ? Aujourd’hui, l’écologie semble être passée au dernier rang des priorités des politiques publiques.

Le concept de capitalisme vert propose de rompre l’opposition entre écologie et croissance économique, en y opposant notamment la notion de fonction régulatrice : les services que rend la nature ne peuvent rester gratuits si on veut maintenir la possibilité d’une croissance.

Cette vision intégrative de l’écologie a des conséquences pour tous les acteurs économiques : qui paiera ? La nature a-t-elle un prix ? Comment valoriser le capital qu’elle représente pour construire un autre rapport de l’homme à son environnement ? La croissance verte sera-t-elle de gauche ou de droite ? Quels sont les atouts de l’Europe dans cette nouvelle compétition face au monde émergent ? Quels sont les enjeux de la transition énergétique et écologique ? Quelles politiques publiques mettre en place pour y répondre ?

Pour débattre de ces enjeux, nous accueillerons  :

Christian de Perthuis, professeur d’économie à l’université Paris-Dauphine et fondateur de la Chaire d’économie du climat. Il préside le Comité pour la fiscalité écologique. Il est le co-auteur avec Pierre-André Jouvet de : Le Capital Vert : une nouvelle perspective de croissance, Odile Jacob.

Bruno Rebelle, directeur de Transitions, agence conseil en développement durable, ancien responsable de Greenpeace en France et à l'international

 

Informations pratiques

Vendredi 6 décembre, à 19h, en partenariat avec Alternatives Economiques, Esprit, et la Mairie du 3è, Paris.

Entrée libre

Mairie du 3ème arrondissement de Paris

2, rue Eugène Spuller, 75 003 Paris

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.