Terra Nova, après le 6 mai 2012

Terra Nova a précisé la ligne qui est désormais la sienne depuis le 6 mai 2012 lors d'une réunion de son Conseil d'administration le 22 septembre dernier : à juste distance de l'actuelle majorité, en conservant plus que jamais ses exigences d'honnêteté intellectuelle et de rigueur scientifique. Le présent texte détaille l'actuel positionnement de la fondation, et réaffirme, fidèle au projet d'Olivier Ferrand, l'esprit qui a guidé les réflexions et activités de Terra Nova depuis 2008.

Depuis sa fondation, en 2008, Terra Nova a contribué au renouvellement de la pensée et de la pratique politique progressiste et social-démocrate. Bien au-delà des analyses critiques ponctuelles qui alimentaient le débat politique quotidien, elle a présenté de nombreux travaux de fond et des propositions qui ont contribué à moderniser le « logiciel » de la gauche de gouvernement.

 Depuis le 6 mai dernier, une nouvelle phase s’est ouverte. Avec la majorité issue de l’élection présidentielle et des législatives du mois de juin, Terra Nova entend adopter une relation équilibrée et trouver la juste distance, ni trop loin, ni trop près.

 Terra Nova a depuis longtemps choisi son camp, à gauche, favorable à la construction européenne, appuyant tous les progressistes qui cherchent à construire une société plus efficace et plus juste en reconnaissant la complexité du réel, combattant tous les populistes qui se servent de la caricature pour abaisser le niveau du débat politique et servir leurs ambitions cyniques. C’est pourquoi l’engagement le plus important de Terra Nova est de ne jamais renoncer, quelle que soit la majorité en place, à ses exigences d’honnêteté intellectuelle et de rigueur scientifique. Ce sont elles qui donnent de la force aux convictions.

 Terra Nova continuera donc de jouer son rôle d’éclaireur, en produisant des travaux de fond sur les grands enjeux des politiques publiques qui associeront des compétences de tous les segments de la société civile, et en particulier du secteur associatif et syndical comme des entreprises. Le programme des travaux engagés et le rythme des publications seront déterminés en toute liberté, par les organes statutaires de l’association. D’ores et déjà, nous avons décidé de travailler sur la rénovation démocratique en vue des prochains scrutins locaux et sur les évolutions de la société française, sur les enjeux environnementaux que la planète doit absolument relever, sur les enjeux énergétiques et d’alimentation et sur les questions de compétitivité, dans leurs différentes dimensions. L’Europe a également toujours fait partie de nos préoccupations premières. Eclairer, très vite, sa nécessaire rénovation en profondeur est à notre programme, dans le cadre des coopérations étroites nouées avec d’autres think tanks européens.

 Sur le fond, la substance des textes et la nature des propositions seront déterminées en toute indépendance, laquelle est le gage de la qualité des productions. Si la proximité avec la gauche de gouvernement permet de mettre certaines de ces propositions au cœur de l’action, ce sera un atout supplémentaire.

Pour nos adhérents et nos experts, qui donnent tant de temps et d’énergie, il s’agit de la garantie de continuer à être utiles, en portant les idées du progrès à travers cette législature et au-delà. A nos partenaires et nos mécènes, qui nous honorent de leur confiance, Terra Nova redit sa détermination à ouvrir des brèches, à provoquer des débats, à faire émerger des idées nouvelles, à surprendre, à innover. Fidèle à l’idée originelle portée par Olivier Ferrand, Terra Nova a plus que jamais l’ambition d’être, dans les années qui viennent, utile au pays et à l’Europe, en toute indépendance.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.