« Là où je passe, les écoles ne repousseront pas » - MONGOL, de Karin Serres

 

 

Les cours d’école ne sont pas des endroits paisibles, surtout pour les enfants un peu différents des autres. Karin Serres offre à son personnage la possibilité d’un lieu où il ne sera plus victime, mais héros, un lieu généré par les livres et par l’imaginaire. Un joli voyage auquel vous convie le Théâtre de l’Est parisien, les samedi 7 et mardi 10 mai, dans le cadre du festival 1.2.3. théâtre !

 

 © Marie Iris Chevallier © Marie Iris Chevallier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mongol a d’abord été un roman que l’auteur, Karin Serres, a adapté à la scène à la demande de Pascale Daniel-Lacombe, metteur en scène. Le personnage central, Ludovic, est un garçon un peu plus lent que les autres, victime de l’intolérance et des moqueries de ses camarades. Un jour,une insulte fuse : « mongol !». Ludovic ne comprend pas ce mot. En ouvrant le dictionnaire, il découvre … la Mongolie, ses guerriers, ses chevaux, sa langue et ses coutumes. D’être traité de Mongol à la Mongolie, il n’y a qu’un pas, un pas « de sept lieus » !

 

 © Marie Iris Chevallier © Marie Iris Chevallier

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La pièce s’articule autour de ce temps de l’enfance où l’on cherche sa manière d’être au monde et sa réponse à la violence de notre société, une violence exacerbée à l’encontre du personnage de Ludovic qui ne se plie pas aux exigences de la vie d’un enfant de notre époque. L’histoire véhicule malgré tout un formidable espoir. Grâce aux livres, Ludovic va se construire un espace imaginaire dans lequel il ne sera non plus le souffre-douleur, mais un courageux cavalier : « les livres, et c’est ce qui est euphorisant, n’ont aucun impact studieux, sage et rébarbatif mais sont bien les alliés de la rébellion de l’enfant ! » explique Pascal Daniel-Lacombe. Et le jeune garçon qui se rêve en Gengis Khan de la cour de récré ne bousculera pas seulement son quotidien mais aussi celui de son entourage, tout en changeant le regard que sa famille et ses camarades pouvaient porter sur lui. « La réponse efficace à une souffrance est parfois radicalement ailleurs et peut prendre une forme que l’on peut penser absurde en premier lieu (…) Le problème peut devenir la force pour rebondir, et il faut juste trouver le tout premier courage curieux de s’élancer », affirme Pascale Daniel-Lacombe.

 

Extrait du carnet de mise en scène de Pascale Daniel-Lacombe © Pascale Daniel-Lacombe Extrait du carnet de mise en scène de Pascale Daniel-Lacombe © Pascale Daniel-Lacombe

 

 

La mise en scène s’attachera à faire voir la construction de cet espace mental qui ira jusqu’à imprégner la réalité de Ludovic. De l’école à sa chambre, en passant par la bibliothèque et la cuisine, le jeune héros nous entraîne dans une sorte de road-movie, succession d’univers dans lesquels il élabore et expérimente sa propre culture. Les corps sont soulignés, les attitudes dessinées, et les visages travaillés par des masques. Son imaginaire transforme sa réalité : toute illusion réaliste est donc abandonnée au profit d’un voyage intérieur un peu fou, dans un mouvement qui fera avancer les yeux et le cœur.

 

 

Retrouvez le spectacle Mongol sur le site du Théâtre du Rivage en cliquant ici


 

 

 

1.2.3. théâtre !

festival pour tous à partir de l'enfance

8e édition, du 29 avril au 22 mai

 

 

MONGOL

Karin Serres

pour tous à partir de 8 ans

 

Durée du spectacle : 1 heure

Samedi 7 mai –19h30

Mardi 10 mai –19h30

Mercredi 11 mai –15h

 

Théâtre de l'Est parisien

159 avenue Gambetta Paris 20ème

Réservations : 01 43 64 80 80

Mº Saint-Fargeau, Pelleport, Gambetta, Porte des Lilas.

www.theatre-estparisien.net

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.