Deux pieds nus sur la paille (histoire d'une sieste)

Deux pieds nus sur la pailleHistoire d’une sieste Vacances d’été, Gaby sait pas quoi faire de ses journéesPartir ? Aller où ? Partir comment ?

Deux pieds nus sur la paille

Histoire d’une sieste

 

Vacances d’été, Gaby sait pas quoi faire de ses journées

Partir ? Aller où ? Partir comment ?

 

Bien trop de trous dans le bastingage

Aération mensuelle excessive

Limite aérophagie

D’une vie

Rampante

ET en panique

 

Gaby préfère la sieste, les deux pieds nus sur la paille

 

Cachées par la nuit

Succombent ses fiestas honteuses

Maladies frénétiques dont il ne peut guérir

Néfrétique alcôve de l’ivresse butoir

Un vaccin ? Encore moins.

 

Gaby préfère la sieste, les deux pieds nus sur la paille

 

Deux pieds nus

Accrochés lâchement aux semelles d’un cuir non-chevelu

Lisse, mis en boîte

ET en bouteilles à la:’(ex-illusion de) propriété

Cuir coloré en rouge-rosé

Avant...

 

Rugueux par en-dessous

Ou par-dessus

Sa voix

Loin de l’entaille

Phosphorescente

D’une descente

En apné dans la faille

La lumière ? Une clarté ?

Piqûre de rappel… … …Rappel … Vite !!

Jusqu’à la surface inactive

 

Deux pieds nus

Décochés dans la tronche

Accident de biture

Pour Gaby, à qui on a donné la réplique

ET un bitume entaché

Flanqué d’un air imperméable

Limite enflaqué

De quelques taches sombres

Trop de sang dehors

EN DEHORS du cuir

C’est clair

Ça le fait moyen.

 

Deux pieds nus

Décrochés du sol

Exilés de l’azur

Limite baveux entre ciel et terre

Evanouis par endroits

Noyés dans l’apesanteur précaire et conditionnée par la sieste

Imposée du corps mort.

 

Les vacances d’été == == == == == == La sieste

Ça commence toujours par

Deux pieds nus sur la paille

Isabelle MONIN

29 Juin 2010

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.