Quand la justice descendra dans la rue

Hémoglobine sur le pavé et scoop pour fait d’hiver,Versus canicule en été, la cigale en cravate se fend la gueuleQuand s’y glacent les bannières des quelques fourmisQui font semblant d’y croire encore…
Hémoglobine sur le pavé et scoop pour fait d’hiver,Versus canicule en été, la cigale en cravate se fend la gueuleQuand s’y glacent les bannières des quelques fourmisQui font semblant d’y croire encore…A quoi ? A quand ? L’armistice ?Drapeaux en berne et guerre civile,L’indifférence ayant chanté quelques annéesSe trouvera fort dépourvue quand la justice descendra dans la rue.S’en aller crier famine, rôles inversés depuis un bail,A la cigale sur son micro perchée après son rail,La fourmi s’en rapporte à son langageEt ouvre un large bec pour égaler son ramage…Peine perdue quand nuit et jour,Il manque plus d’un grain pour subsisterL’indifférence n’est pas prêteuseMais son nom ne sera plus quand la justice descendra dans la rue.La cigale chantait hier, quoi qu’il vous plaise,Phénix des hôtes de son malaise,Le nouvel ordre mondial, à l’odeur alléchante,Mais au goût amer du mensonge qui s’enfle et se travaillePour bâtir, comme les grands saigneurs, un monde sans faillesVoulant se faire, à ses dépends, parfait en tout comme un bœufMais la fourmi, fertile en alliance absolue,Ne laissera pas tomber sa proie quand la justice descendra dans la rue.La raison du plus fort est toujours la meilleureLa cigale vous l’aura montré sans pudeur« Révolue, la révolution » comme la cigale disait« Vous chantiez, vous aussi, j’en suis fort aise,Eh bien raquez maintenant ! » comme elle le dit toujoursEt la fourmi, honteuse et lasseJura d’une voix aujourd’hui trop basseQu’on ne l’y pendra plus quand la justice descendra dans la rue.Dijon – 03/09 - Isabelle MONIN

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.