Dessine ton nom sur les mots (words in love – premières déclinaisons)

Dessiner sur les mursEt/ouDessiner sur les motsA(p)/prendre un peu d[e l]’azurPour plonger dans l’échoProlonger l’échoCohérence de sa propre souffranceE-car-te-lée

Dessiner sur les murs

Et/ou

Dessiner sur les mots

A(p)/prendre un peu d[e l]’azur

Pour plonger dans l’écho

Prolonger l’écho

Cohérence de sa propre souffrance

E-car-te-lée

Allée/Allez/Aller

Jusqu’au bout

De ce que ça signifie

Pour eux comme pour moi,

L’abondance…

De vérités brèves/éphémères

Mais là pour longtemps à éclairer le passé

Répéter

A l’infini

Le son

Le mien

Le son

Le sien

- plus besoin de moi -

Le leur / à l’heure

Lors

De l’abandon funeste qui creuse un trou dans cette histoire

L’attente/La tempe/Tic-tac

Et moi/Emois par-dessus bord

Qui médite en plongeant

Plongée

Surveillée des arrières

Garde

Re-garde – rire à nouveau tes amants

Une fois qu’ils t’ont quitté(e)

SLT – JT TEJ – DSL ;-) :’( voix off (voire chœur antique)

poésie mobile

touche pad /next exit/ glissement de terrain

connotation débile profond

HAUT DE PAGE

Dessiner sur les murs

Dessiner sur les mots

Pas de zique

Là-dessus – juste

Le son de ton flow sur ma libido

Feuille volante pour feuille volée

A voir

Moi j’ai tout vu… voler… en éclats

Lé-vo Je vo… Je vaux

Nous vaux ?

Lo-ve

n.f. au pluriel

Eclatantes

Entières et passagères

Passagères parce qu’entières

Tu n’oses aimer que parce que ça ne dure pas

parce que ça ne peut durer…

(ellipse)

…plus tard…

plus loin que la force qui te l’arracha des yeux

qui te l’arracha du coeur

qui te l’arracha des jours

/pour une nuit sans fin/

/pour une nuit sans toi/

Une force qui n’est que son amour pour elle – l’éternité –

Qui se bat contre toi,

Le toi que ton amour exècre

Le toi qui exècres ton amour

Qui pourtant te remplit d’une joie que personne d’autre que toi POSSEDE

Dans le sens où elle n’envahit que toi

TE Possède

En écho au silence qui pose l’une après l’autre ses barricades

Autour

T’efface

Des songes en exil

Accours

Dessine son nom sur ceux qui restent

Et n’oublie pas le tien.

Hommage aux larmes de ceux qui marchent debout

Malgré tout Isabelle Monin

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.