Théo Challande
Conseiller Fédéral EELV, Militant pour le droit au logement, activiste « LGBTI »
Abonné·e de Mediapart

2 Billets

0 Édition

Billet de blog 1 mai 2020

Michèle Rubirola: "1er mai, notre meilleur espoir de réussir, c’est le rassemblement"

Michèle Rubirola est la tête de liste écologiste du Printemps Marseillais, le rassemblement de la gauche, des écologistes et des citoyens aux élections municipales 2020 à Marseille. Suspendue d'Europe Ecologie - Les Verts pour avoir choisi la voie du rassemblement, elle arrive 1ère au 1er tour et bouscule la droite jusque dans leurs fiefs.

Théo Challande
Conseiller Fédéral EELV, Militant pour le droit au logement, activiste « LGBTI »
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

PH Lucy Vigoureux, Marseille, 2018 © Lucy Vigoureux

"Aujourd’hui, nous ne nous retrouverons pas entre travailleuses et travailleurs, ou en famille, pour partager le 1er mai et la fête du travail. Cette première fois doit être la dernière. Pour ne plus jamais vivre cela, nous devons transformer notre société. De cette crise sans précédent, nous pouvons construire collectivement de grandes avancées sociales et écologiques.

Notre meilleur espoir de réussir, c'est le rassemblement.

Je pense à Éric Piolle d'Europe Écologie-Les Verts qui a ouvert le chemin à Grenoble, je pense à Benoît Hamon et à Guillaume Balas de Génération.s qui défendent ardemment le Revenu universel contre la destruction de nos emplois, je pense à Damien Carême d'EELV qui a créé le Revenu minimum garanti sur la commune de Grande-Synthe, je pense à Julien Bayou d'EELV aussi qui s'est engagé en politique pour "rapprocher la gauche et l'écologie", je pense à Anne Hidalgo qui compris la nécessité de l'écologie à Paris, je pense à Clémentine Autain, initiatrice depuis longtemps du dialogue et de la réconciliation des gauches, je pense à Raphaël Glucksmann qui a lui aussi fait le pari de rassembler au-delà des étiquettes avec Place publique, je pense à toutes celles et tous ceux qui ont entre leurs mains la clef du rassemblement, de la gagne et de la transformation écologique et sociale pour notre pays.

Je pense bien sûr aux 11 partis politiques et aux collectifs citoyens, qui, à Marseille, se sont rassemblés pour créer Le Printemps Marseillais et qui, le 15 mars 2020 ont prouvé qu’il est désormais possible de gagner le pouvoir pour transformer notre ville. Nous avons montré l’exemple et nous allons bientôt transformer l’essai.

Je pense à Benoît Payan, notamment, qui a porté comme personne et continue de porter la volonté de rassemblement et l'espoir de la gagne. Et je pense à vous, à nous, dont la mobilisation et dont l'implication militante et le vote aux élections, sont les premières pierres du changement.

Nous devons continuer à travailler notre culture commune, à échanger ce que nous partageons. A cette condition, nous arriverons à refonder notre ville sur des bases durables pour que le peuple de Marseille retrouve son identité, son caractère fraternel et pluriel.

Nous sommes, ensemble, les porteuses et porteurs du flambeau de l’espoir. A l’heure de la crise et du dérèglement climatique, nous devons être toutes et tous conscients qu'il y a des changements radicaux que nous devons construire. Ce tournant doit en priorité changer la vie des habitants des dits quartiers populaires et de toutes celles et ceux qui auront été fragilisés par la crise.

Relocalisation de l'économie, circuit courts, transition énergétique (premier levier de création d’emploi aujourd'hui), alimentation saine, locale et bio à petit prix, alternatives à la voiture individuelle et démultiplication des transports collectifs, renforcement des services publics et des solidarités nationales, européennes et internationales, rééquilibrage des territoires par respect et mesure d'égalité envers les habitants des quartiers dits populaires. Voilà le cocktail qui nous permettra de résister collectivement face aux crises, aux effondrements environnementaux et au tragédies sociales.

Cette énumération n’est pas un marché de la promesse politique. C’est une vision cohérente pour une société qui tourne dans le bon sens, qui peut faire face aux crises à venir et qui montre l’exemple dans le monde.

Je souhaite que ce 1er mai soit le dernier confiné et le début d’une grande transformation sociale et écologique pour une société qui ne craint ni son passé, ni son présent, et encore moins son avenir.

Aujourd’hui, je rends hommage à toutes les travailleuses et à tous les travailleurs qui sont en première ligne de la pandémie ou obligés de travailler un 1er mai et à toutes celles et tous ceux qui ont construit les solidarités dans les quartiers, les collectes alimentaires et les cagnottes. Ils et elles sont le coeur de notre société."
Michèle Rubirola

-----------------------

Pour suivre Michèle Rubirola

Facebook |  https://www.facebook.com/michele.rubirola/

Twitter |  https://twitter.com/MicheleRubirola

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viol, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud.
par Pierre Sassier