théo rifumeuse
Abonné·e de Mediapart

17 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 mars 2014

théo rifumeuse
Abonné·e de Mediapart

Une promenade dans les chiffres du Vatican

Mû par une impulsion soudaine, ou alors frappé par la grâce divine, j’ai décidé de partir faire une balade en papauté.Soyons honnête, le sort des catholiques ne me préoccupe guère.

théo rifumeuse
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Mû par une impulsion soudaine, ou alors frappé par la grâce divine, j’ai décidé de partir faire une balade en papauté.

Soyons honnête, le sort des catholiques ne me préoccupe guère.

Par contre, les finances du Vatican, elles, m’attirent tout particulièrement. Au gré des derniers scandales qui ont secoué tout notre petit peuple de croyants, j’ai décidé de me pencher tout particulièrement sur l’état de cet Etat, désormais gouverné par le Pape François.

Le défenseur des pauvres est devenu le PDG de Vatican Company !

Bon, sans pour autant lui donner la pièce, il faut toutefois reconnaître que ce nouveau pape a entrepris de faire faire des cures d’austérité aux dépenses et a démarrer son règne en montrant l’exemple.

Vêtu d’une simple soutane et d’une croix de fer, il a royalement renoncé aux appartements de ses prédécesseurs pour opter pour un tout simple 3 pièces dans une résidence collective.

Gonflé le gars ! Et encore, si il s’était arrêté là. Que nenni ! Il a dans le même temps prié ses cardinaux, vous savez, les gars en mozette rouge sur un superbe rochet de dentelle blanche, de remiser leurs grosses cylindrées et, outrage suprême, exigé de la très opaque banque du Saint-Siège qu’elle publie le liste de la totalité de ses avoirs.

Shocking !!!

Bon, quand on y regarde de plus près, entre son patrimoine immobilier, ses œuvres d’arts  et son tas d’or, le tout petit Etat reste bien assis, … justement sur un tas d’or !

Rendons à César, ou plutôt à François, ce qui lui appartient !

Depuis son arrivée ; les dépenses ont diminuées :

-         la voiture papale est passée de la Volkswagen Phaeton à la Ford Focus, donc de 86000 à 12000 euros

-         le logement du big boss de l’église catholique est passé de300 m2à90 m2

-         Le coût de la crèche de noël est passé de 550 000 euros en 2009 à 110 000 euros en 2013 (sacrée économie !)

Bon, ok, l’église est toujours aussi peu généreuse avec ses salariés, les rémunérations moyennes en Europe sont de :

-         3000 euros pour un cardinal

-         1300 euros pour un évêque

-         800 à 1000 euros pour un prêtre

-         et quand même 2500 euros pour la retraite de Benoit XVI

Bon, ça fait pas lourd. Pas de quoi susciter des vocations. Encore qu’ils ont fait vœu de pauvreté, alors…

Alors les choses se gâtent quand on regarde d’un peu plus près le patrimoine du Vatican.

En patrimoine immobilier, rien qu’en Italie, le Vatican c’est :

-         115 000 immeubles

-         23 000 terrains

-         9 000 écoles

-         4 000 hôpitaux et centres de soins

Le musée du Vatican qui détient 70 000 œuvres pour une valeur estimée de 90 milliards d’euros et des recettes annuelles sur les ventes de billets de 91,3 millions d’euros. Doit bien rester quelques subsides pour les pauvres !

La banque du Saint-Siège, le gros morceau, c’est :

-         3,3 milliards d’euros d’obligations

-         1,2 milliard d’euros de dépôts

-         194 millions d’euros de fonds d’investissement

-         100 millions d’actions

Tout ça pour un bénéfice de 86n6 millions d’euros, selon les chiffres 2012.

A ceci, il faut rajouter 2 tonnes d’or !

Mais reconnaissons qu’avec ces menues rentrées le Vatican est un état bien géré avec 862 millions d’euros de recettes pour 834 millions d’euros de dépenses.

Ce qui est amusant c’est de regarder les répartitions.

Pour les recettes :

-         368 millions de dons des fidèles

-         150 millions de recettes commerciales (souvenirs, timbres)

-         128 millions de loyers et produits financiers

-         91,3 millions des musées

-         54 millions apportés par la banque du Vatican

-         24 millions venant des diocèses

-         46,7 millions intitulés autres sans que l’on ne sache vraiment de quoi il s’agit. Ca doit être la volonté divine.

Et pour les dépenses :

-         324 millions de frais de personnel. Doit y avoir du monde parce que les salaires sont pas gras.

-         252 millions de dons

-         112 millions d’achats divers. Faut bien se nourrir…

-         30 millions de budget communication

-         28 millions d’impôts et taxes foncières

-         12 millions reversés aux diocèses (pour 24 piqués !)

-         76 millions autres (ça reste nébuleux)

Bref, voilà un tout petit aperçu des ressources de l’église catholique et de ses dépenses. Mais il faut reconnaître à François qu’il est une formidable machine à cash. Son déplacement au Brésil a rapporté 552 millions d’euros en retombées économiques pour un coût de voyage de 45 millions et 3 millions de participants.

On devrait peut être l’embaucher comme commercial !

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Un hommage à la société civile de Russie, Bélarus et Ukraine
En pleine guerre en Europe, le prix Nobel de la paix a été décerné vendredi au défenseur des droits humains Ales Bialiatski, du Belarus, à l’organisation russe Memorial et à l’organisme ukrainien Center for Civil Liberties. Une façon de dénoncer les politiques dictatoriales de Vladimir Poutine et de son allié bélarusse Alexandre Loukachenko.
par La rédaction de Mediapart
Journal
Annie Ernaux, Nobel de littérature, une œuvre intime et percutante
Annie Ernaux vient de se voir décerner le prix Nobel de littérature, et il y a de quoi se réjouir. Mais que vient dire cette récompense d’une écrivaine qui déclare : « Ce que je veux détruire, c’est aussi la littérature » ?
par Lise Wajeman
Journal
Des tâches en plus pour gagner plus, piège antiféministe tendu aux enseignants
Le ministre Pap Ndiaye est chargé de la mise en musique du nouveau « pacte » que souhaite signer Emmanuel Macron avec les enseignants, qui consiste à mieux les rémunérer en échange de nouvelles missions. Mais ces « extras » aggravent déjà les inégalités salariales entre les femmes et les hommes dans l’Éducation nationale.
par Mathilde Goanec
Journal — Migrations
En France, « rien n’a été prévu » pour accueillir les exilés russes
Depuis le début de la guerre d’invasion russe en Ukraine, des centaines de Russes sont venus chercher refuge en France. Confrontés à un manque criant de politique d’accueil et à des obstacles en tout genre, ils ont surtout trouvé de l’aide auprès de réseaux d’entraide.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique
Attac publie ce jour une note intitulée « Reprendre la main pour financer la bifurcation sociale et écologique ». Avec pour objectif principal de mettre en débat des pistes de réflexion et des propositions pour assurer, d’une part, une véritable justice fiscale, sociale et écologique et, d’autre part, une réorientation du système financier.
par Attac
Billet de blog
Doudoune, col roulé et sèche-linge : la sobriété pour les Nuls
Quand les leaders de Macronie expliquent aux Français comment ils s'appliquent à eux-mêmes les injonctions de sobriété énergétique, on se prend à hésiter entre rire et saine colère.
par ugictcgt
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Transition écologique ou rupture sociétale ?
La crise actuelle peut-elle se résoudre avec une transition vers un mode de fonctionnement meilleur ou par une rupture ? La première option tend à parier sur la technologie salvatrice quand la seconde met la politique et ses contraintes au premier plan.
par Gilles Rotillon